Le déficit budgétaire français a atteint 38,4 milliards d'euros en 2007

 |   |  356  mots
Le déficit budgétaire est très proche de l'objectif de 38,3 milliards d'euros retenu dans le collectif fixé à l'automne. Le ministre du Budget annonce que la réduction des dépenses publiques se poursuivra.

Le déficit budgétaire de la France a été relativement contenu en 2007. Il s'élevait à 38,4 milliards d'euros à la fin de l'année, très proche de l'objectif de 38,3 milliards retenu dans le collectif budgétaire fixé à l'automne, a annoncé ce mardi Eric Woerth, ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique. En comprenant une cession de titres EDF réalisée en fin d'année pour le plan immobilier en faveur des universités, le déficit est de 34,7 milliards, a-t-il précisé lors de la présentation de ses voeux à la presse. Le budget initial avait été voté à 42 milliards d'euros.

"Ce résultat est la conséquence de deux éléments: une maîtrise sans faille de la dépense et une bonne tenue des recettes en dépit d'une conjoncture internationale moins favorable", a souligné le ministre. Bercy précise aussi que "pour la deuxième année consécutive, le déficit budgétaire rapporté à la richesse nationale s'inscrit aux alentours de 2% du PIB et le solde primaire (hors charges de la dette) est légèrement excédentaire".

Les dépenses de l'Etat se sont montées à 266,8 milliards d'euros, niveau inférieur à l'autorisation parlementaire. Eric Woerth a réaffirmé l'objectif de diviser par deux la croissance des dépenses publiques à l'avenir. "C'est à ce prix qu'il nous sera possible d'envisager un retour à l'équilibre en 2012", a-t-il dit.

Si le déficit budgétaire est précisément de 2,1% du PIB, il ne donne pas pour autant une image complète du déficit français dans son ensemble. Au sens du traité de Maastricht, le déficit public englobe aussi, outre celui du budget de l'Etat, celui des collectivités locales et d'autres administrations publiques telles que l'hôpital, qui n'est pas encore connu pour 2007. Le Pacte de stabilité européen interdit théoriquement que le déficit public des Etats membres de la zone euro dépasse 3% du PIB et leur impose des engagements de réduction du déficit pour tendre à l'équilibre. En 2006, la France avait enregistré un déficit public de 2,6% du PIB, selon l'OCDE.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :