Election présidentielle : Hillary Clinton revient dans la course face à Obama, McCain champion des républicains

 |   |  363  mots
Hillary Clinton a vu mardi sa quête de la Maison Blanche relancée par ses victoires dans les primaires de l'Ohio et du Texas qui ont ranimé son espoir d'être en novembre la candidate démocrate face au champion désormais désigné des républicains, John McCain.

Après dépouillement des deux tiers des bureaux de vote, Hillary Clinton avait remporté 57% des voix, contre 41% pour son rival Barack Obama dans l'Etat de l'Ohio. Et selon des projections de médias américains, la victoire était également au rendez vous au Texas, où après dépouillement de 54% des bureaux de vote, elle était créditée de 50% des voix contre 48% pour Barack Obama.

Ce dernier, saluant les victoires d'Hillary Clinton, a pourtant assuré à ses partisans rassemblés à San Antonio (Texas, sud) qu'il était "en route pour gagner l'investiture" de son parti. "Quoi qu'il arrive ce soir, nous avons pratiquement la même avance en termes de délégués que ce matin", a souligné le sénateur de l'Illinois, qui a néanmoins échoué à écarter sa rivale de la course. Il a aussi vu stoppée net la série de victoires qui le portait depuis un mois.
.
Avant les primaires de mardi, Barack Obama était crédité par le site indépendant RealClearPolitics de 1.392 délégués contre 1.279 pour Hillary Clinton. Des sondages réalisés à la sortie des urnes ont montré que l'ex-First Lady avait reconquis ses soutiens traditionnels parmi les cols bleus non diplômés, les femmes et les Hispaniques, au terme d'une campagne qui était devenue de plus en plus hargneuse ces derniers jours.

Hillary Clinton et Barack Obama se sont par ailleurs partagé des petits Etats de Nouvelle-Angleterre, le Rhode Island tombant dans l'escarcelle de l'ex-Première dame et le Vermont dans celle du sénateur de Chicago.

Chez les républicains, les quatre victoires de John McCain lui ont permis d'éliminer son rival Mike Huckabee. Héros de la guerre du Vietnam, âgé de 71 ans, John McCain avait frôlé l'abandon l'été dernier faute d'argent et de conseillers. Il a obtenu plus des 1.191 délégués du parti républicain nécessaires pour s'assurer l'investiture.

"La bataille commence ce soir, elle aura ses hauts et ses bas", a annoncé John McCain, en s'engageant à combattre le terrorisme islamique. Un entretien entre John McCain et le président républicain sortant George W. Bus est prévu ce mercredi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :