Un milliard d'euros de fraude fiscale française au Liechtenstein, selon le ministre du Budget

 |   |  370  mots
Selon Eric Woerth, le ministre du Budget, le montant de la fraude fiscale imputable aux Français dotés d'un compte bancaire au Liechtenstein s'élèverait autour d'un milliard d'euros; une fraude évaluée à un montant légèrement supérieur s'agissant de la TVA.

Un milliard d'euros environ. Cette somme correspondrait selon Eric Woerth, au montant que les Français ont transféré sur des comptes au Liechtenstein et qui dès lors, échappe au fisc. Interrogé sur Europe 1 ce lundi, le ministre a déclaré: "C'est possible que ce soit de l'argent transféré légalement. C'est tout ce que nous devons vérifier". Des vérifications qui s'effectueront à partir d'une liste établie de 200 personnes. "Nous en sommes à établir la réalité de cette liste", a-t-il dit en rappelant qu'elle avait été fournie gratuitement par la Grande-Bretagne et qu'il ne s'agissait pas d'une liste détaillée.

On "ne lâche pas des noms en pâture" a déclaré Eric Woerth, interrogé sur l'identité des quelques 200 personnes citées dans la liste, tout en invoquant le "secret fiscal".

La justice allemande a annoncé avoir pris dans ses filets plus de 160 personnes dans le cadre d'une vaste enquête sur des fraudeurs du fisc, grâce à des informations qu'elle a obtenues via un informateur du Liechtenstein. Plusieurs pays, dont les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l'Italie ont également annoncé avoir identifié de nombreux contribuables soupçonnés de fraude.

Mais l'évasion fiscale n'est pas le seul fléau. Le ministre a également soulevé le cas de la fraude à la TVA qu'il évalue à "plus de dix milliards d'euros" en Europe dont "probablement un à deux milliards d'euros, peut-être même plus" en France. Ce type de fraude, autrement appelée technique des "carrousels" consiste pour les escrocs à faire tourner de la marchandise entre des pays de l'Union européenne pour encaisser de la TVA sans jamais la reverser à l'Etat.

Pour contrer ce phénomène, Eric Woerth en appelle à "la création d'un organisme qu'on pourrait appeler par exemple Eurofisc, doté de pouvoir juridique qui viendrait s'inscrire dans le cadre des organismes européens et qui lutterait contre la fraude fiscale dans son ensemble".

Le redressement réalisé par le fisc français sur des entreprises et des particuliers s'élève à 7 milliards d'euros par an, a rappelé le ministre en précisant que quelque 50.000 contrôles sont réalisés chaque année dont 5.000 de manière approfondie auprès de personnes physiques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :