Le pétrole poursuit son ascension au dessus des 142 dollars

 |   |  315  mots
Dans les échanges en Asie ce mercredi , le cours du pétrole était en hausse d'un peu plus de 1%, au-dessus des 142 dollars le baril, soit non loin du record établi lundi à 143,67 dollars. Les investisseurs attendent la publication cet après midi des stocks hebdomadaires de pétrole aux Etats-Unis.

Les cours du brut poursuivaient leur course ce mercredi dans les échanges électroniques en Asie. A la mi-journée, le prix du baril de "light sweet crude" pour livraison en août a bondi de 1,28 dollar à 142,25 dollars le baril contre 140,97 dollars mardi soir à New York. Lors de cette première séance du mois de juillet, le cours de l'or noir était repassé en séance au-dessus des 143 dollars, échouant à quelques cents de son record absolu (143,67 dollars le baril à New York et 143,91 dollars à Londres), établi la veille. Le baril de pétrole Brent de la mer du Nord pour livraison en août gagne, quant à lui, 1,51 dollar à 142,18 dollars.

Le marché attend maintenant le point sur l'état des réserves américaines qui sera publié cet après-midi. Selon une enquête préliminaire de Reuters, les stocks de brut aux Etats-Unis devraient avoir baissé de 200.000 barils la semaine dernière, ceux de produits distillés devraient être en hausse de 1,4 million de barils et ceux d'essence de 100.000 barils.

En attendant, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) s'est déclarée mardi à Madrid "préoccupée" par une éventuelle stagnation de la demande pétrolière. "Nous sommes préoccupés par la stabilité de la demande" dans le futur, a déclaré le président de l'Opep Chakib Khelil, soulignant que celle-ci pourrait décourager les investissements dans les capacités de production réclamés par les pays industrialisés. "Il y a de grosses incertitudes sur ces investissements", a-t-il ajouté devant le Congrès mondial du pétrole.

Par ailleurs, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a réduit mardi ses prévisions de capacité de livraisons internationales de pétrole de 2,7 millions de barils par jour (bpj), à 95,33 millions bpj à l'horizon 2012, ce qui a dopé les cours déjà à la hausse en raison des tensions entre l'Iran et Israël.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :