LVMH se renforce dans les montres en rachetant Hublot

Le numéro un mondial du luxe va acquérir Hublot auprès de Carlo Crocco, fondateur de la marque en 1980, et de Jean-Claude Biver, dirigeant de la marque depuis 2004. Hublot a réalisé un chiffre d'affaires net de plus de 150 millions de francs suisses (environ 93 millions d'euros) en 2007 avec une excellente rentabilité.

3 mn

LVMH complète son portefeuille de marques de luxe. Cette fois c'est son pôle "Montres et Joaillerie" dirigé par Philippe Pascal qui réalise une opération de croissance externe. Le groupe qui détient déjà dans son portefeuille des marques comme Tag Heuer, Chaumet et Zenith notamment, vient en effet de s'offrir l'un des grands spécialistes du secteur, le suisse Hublot, dont les prix oscillent entre 8.000 et plus d'un million d'euros. Une occasion que le groupe ne voulait pas laisser passer compte tenu du peu de marques encore disponibles sur le marché de l'horlogerie. Une opération qui permettra aussi à cette division (5% de l'activité de LVMH) de grandir encore un peu plus.

"LVMH annonce la signature d'un accord en vue de l'acquisition du groupe Hublot, l'une des marques horlogères haut de gamme connaissant le plus fort développement", indique le groupe dans un communiqué, sans dévoiler le montant de la transaction. Le groupe a précisé, lors d'une conférence de presse, que cette acquisition avait été réalisée sur la base de multiples de deux fois les ventes estimées pour 2008 et d'environ 12 fois le résultat d'exploitation attendu cette même année.

"En très forte croissance depuis 2004, la marque Hublot a réalisé un chiffre d'affaires net de plus de 150 millions de francs suisses (environ 93 millions d'euros au cours actuel, NDLR) en 2007 avec une excellente rentabilité (31 millions de résultat opérationnel soit une marge de 20%). Une progression très significative du chiffre d'affaires est attendue en 2008", assure LVMH dans son communiqué.

Le numéro un mondial du luxe va acquérir Hublot auprès de Carlo Crocco qui fut le fondateur de la marque en 1980 et d'une société contrôlée par Jean-Claude Biver, dirigeant de Hublot depuis 2004. Ce dernier restera au sein de l'équipe dirigeante de la marque, après l'opération. Le groupe LVMH a été conseillé dans cette opération par la société de conseil en fusion-acquisition Michel Dyens and Co.

Hublot, qui a son siège et ses ateliers près de Genève, a entamé la construction d'une manufacture à Nyon. L'horloger suisse dispose "d'un réseau de distribution très sélectif et performant, limité à 300 points de vente dans le monde" et d'"une implantation géographique équilibrée entre Suisse, Espagne, France, Allemagne, Etats-Unis, Amérique Latine, Moyen-Orient, Russie, Japon, Hong Kong, Singapour", ajoute LVMH. La marque suisse vient d'être par ailleurs lancée en Chine et en Inde.

"Hublot est pour nous une acquisition stratégique et très complémentaire. Son positionnement haut de gamme, sa distribution très sélective, sa performance financière et son potentiel de développement font de Hublot une marque qui vient idéalement renforcer notre groupe montres et joaillerie déjà en forte croissance depuis 3 ans", a commenté Philippe Pascal, président de cette division au sein du géant du luxe. Au premier trimestre, le pôle "Montre et Joaillerie" a réalisé un chiffre d'affaires de 211 millions d'euros en croissance de 12% en publié et de 19% en organique. En 2007, ce pôle avait vu ses ventes atteindre 833 millions tandis que le résultat opérationnel avait progressé de 76% à 141 millions, représentant une marge opérationnelle de 17%.

3 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.