Le ministre des Finances allemand prévoit une consolidation accélérée entre les banques régionales

 |   |  424  mots
Le ministre des finances allemand, Peer Steinbrück, a plaidé dans le contexte actuel de crise du crédit pour un effort accru et rapide de transparence des acteurs bancaires. Il voit la crise déboucher en Allemagne sur une consolidation entre banques régionales publiques, particulièrement affectées par les effets dévastateurs du subprime.

Les banques n'ont pas à lésiner avec le provisionnement de pertes dues à l'éclatement de la crise des crédits hypothécaires à risque (subprime) des milliards d'euros, a affirmé lundi soir le ministre des finances allemand, Peer Steinbrück (SPD). "La priorité du moment est de faire place propre, et ce sans tarder", a-t-il plaidé lors de la réception annuelle de l'opérateur boursier Deutsche Börse à Francfort.

Le ministre s'en est pris aux établissements qui ne délivrent dans le public que des "fragments d'informations" sur les risques encourus par leurs portefeuilles d'actifs. Ceux-ci ne risquent pas seulement une sanction par les investisseurs, ils nuisent aussi à tout le secteur financier, a-t-il déclaré. Il s'est montré choqué du fait que certains dirigeants de banque ne comprennent pas eux-mêmes la complexité de produits financiers avec lequels leurs banques étaient engagés.

En Allemagne, certains établissements ont dû, à l'image de Commerzbank ou WestLB, réviser à la hausse des premières estimations de provisions compte tenu de l'agitation sur les marchés. La conséquence de cette crise va consister dans un mouvement de consolidation accéléré entre Landesbanken, a souligné le ministre des finances. Outre-Rhin, le secteur des banques publiques régionales, détenues par les caisses d'épargne et Etats régionaux, a déjà payé en grande partie les pots cassés d'engagements financiers pris sans commune mesure avec les fonds propres de ces établissements, le tout par le biais d'entités non consolidées.

Après le désastre SachsenLB et l'annonce de pertes de l'ordre d'un milliard d'euros chez WestLB, on peut s'attendre à "des provisions pour perte de l'ordre du milliard d'euros ou plus" dans les comptes de la BayernLB, indiquait lundi soir en marge de la manifestation un expert proche de l'établissement. La banque bavaroise est celle qui a pour le moment le moins communiqué sur son exposition aux effets du subprime.

A propos de la situation agitée sur les marchés de capitaux, le ministre a eu cette formule emprunte d'humour : "à la bourse, deux et deux ne font pas quatre, mais cinq moins un. Et il faut avoir les nerfs solides pour supporter ce 'moins un'". Il a de cette manière appelé les acteurs sur les marchés financiers à ne pas "tomber dans l'hystérie". Il a toutefois souligné que la correction en cours en bourse était inévitable après les excès du passé et estimé que les marchés allaient connaître une bonne partie de 2008 une situation agitée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :