L'indien Tata plein d'ambition pour son activité de fournisseur télécoms

 |   |  513  mots
Dans la famille Tata voici Tata Communications! Après accord du conseil d'administration, VSNL, fournisseur global en télécommunications détenu par le conglomérat indien Tata, change de nom à partir du 13 février pour devenir "Tata Communications". Claude Sassoulas, directeur Europe pour les services de données, explique cette transformation à latribune.fr.

Décidément, le conglomérat indien Tata fait parler de lui tous azimuts! Après la "Nano", la voiture la moins chère du monde dévoilée par Tata Motors le 10 janvier dernier, le groupe annonce la naissance de Tata Communications. Effective à partir de mercredi 13 février, cette dénomination va regrouper désormais les activités de VSNL (Videsh Sanchar Nigan Limited), fournisseur global en télécommunications indien privatisé en 2002 et dont Tata est devenu actionnaire majoritaire cette année-là. Les acquisitions de Tyco Global Networks (fournisseur de câbles sous-marins) en 2004 pour 130 millions de dollars, puis de Teleglobe (fournisseur de services internationaux de voix, d'itinérance sans-fil et de données sur Internet) en 2006, lui ont permis non seulement d'accroître sa présence en Inde mais également à l'international.

Il ne s'agit donc pas de la création d'une énième entité: Tata Communications s'intègre dans l'activité "Systèmes d'informations et télécommunications" avec TCS (SSII) et TeleServices (opérateur mobile). Un changement de nom donc, "une étape majeure dans notre engagement envers nos clients et nos partenaires. Le nom Tata Communications rappelle notre concentration sur le business des communications globales dont nous sommes un acteur majeur; en même temps il fait clairement référence à notre héritage ainsi qu'à notre position de leader sur le marché indien", explique Srinath Narasimhan, directeur général de VSNL dans un communiqué.

"Au cours de l'exercice annuel du groupe 2007-2008 clos le 31 mars prochain, Tata Communications devrait réaliser 2 milliards de dollars de chiffre d'affaires (6% des revenus globaux de Tata) dont deux tiers issus de l'international, alors que l'intégralité des revenus étaient encore générés en Inde en 2004", précise Claude Sassoulas.

Présent sur trois segments en Inde - grand public avec l'Internet à haut débit (wimax notamment), les services aux entreprises (réseaux) et les activités de grossistes (voix, infrastructures,...) - Tata Communications ne développe en Europe que les deux derniers; c'est-à-dire qu'il propose ses services aux entreprises et intervient globalement en tant que grossiste.

Tata Communications entend donc poursuivre en Europe ce que VSNL a déjà commencé. Ainsi, il continuera de "contribuer au développement du haut débit pour permettre aux fournisseurs d'accès Internet (FAI) domestiques de se focaliser sur leur marché", explique Claude Sassoulas. En France par exemple, la société indienne fournit des FAI tels que Free et NeufCegetel.

Parmi les perspectives de Tata Communications en Europe, il est prévu de renforcer son positionnement en termes de services aux entreprises, notamment en ce qui concerne le stockage de données. "Deux centres de données vont d'ailleurs s'ouvrir au Royaume-Uni", annonce Claude Sassoulas. En termes d'infrastructures, la société indienne va, selon ce dernier, étendre son réseau paneuropéen déjà existant vers la Russie et la Hongrie. "Elle prévoit aussi l'extension de son réseau de fibre optique jusqu'à Marseille", ajoute-t-il; sachant que le réseau en place passe déjà par Lisbonne, Madrid, Francfort, Amsterdam et Paris.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :