Les Européens ont envie de vacances, les Français plus que les autres

Deux Européens sur trois prévoient de partir en vacances cet été, selon la dernière édition du baromètre Ipsos-Europ Assistance.

La morosité de la consommation ne se perçoit pas encore dans les intentions des Européens de départs en vacances pour cet été. Selon un sondage effectué comme chaque année auprès des habitants de huit grands pays d'Europe (France, Royaume-Uni, Allemagne, Espagne, Italie, Belgique et Autriche) par Ipsos et Europ Assistance, 67% des Européens déclaraient en février et mars dernier avoir l'intention de partir en vacances cet été. C'est un point de plus que l'an passé. La demande semble donc se maintenir à un bon niveau même si au final un peu moins partiront effectivement en vacances.

Autre bonne surprise de ce sondage, la durée des vacances semble s'allonger. Les sondés espère partir au moins deux semaines en majorité. Ainsi 39% partiront seulement deux semaines (soit 3% de moins que l'an passé) tandis que 29% d'entre eux partiront trois semaines et plus (+4 points par rapport à 2007). Enfin, le budget vacances des foyers est en hausse à 2.206 euros en moyenne, contre 2.145 euros en 2007.

Sur le marché français spécifiquement, les intentions de départs sont nettement en hausse (+9%) pour s'élever à 74%, soit l'un des plus forts taux d'intention d'Europe, juste derrière l'Italie. Les Français sont également les champions des vacances longues en été puisque 24% d'entre eux comptent partir plus de trois semaines (contre 16% pour la moyenne en Europe) et 16% envisagent même un congé de quatre semaines et plus (contre 13% en moyenne en Europe).

Ces intentions s'associent mal avec l'annonce d'une volonté de baisser le budget consacré aux vacances. En moyenne, les foyers français prévoient de dépenser cet été 1.934 euros, soit 72 euros de moins que l'an passé. La France est le seul pays, avec l'Espagne, à anticiper une baisse des dépenses pour les vacances. C'est d'autant plus surprenant que ces deux pays affichent déjà les plus faibles budgets d'Europe. Les Britanniques dédieront 2.584 euros (en hausse de 5 euros) à leurs vacances d'été et les Allemands 2.235 euros (+210 euros).

Cette différence s'explique notamment par le fort taux de Français restant en France à l'occasion des vacances tandis qu'à l'inverse, les Allemands et les Britanniques ont pour habitude de partir à l'étranger pour trouver le soleil et la mer notamment. Dans ce sondage qui date du début de l'année, l'effet pétrole sur le budget vacances est peu marqué. Mais il devrait au final être particulièrement sensible pour les vacanciers français qui restent en France et dont la grande majorité se déplacera en voiture. Il semble que la hausse du budget essence sera compensée par moins de dépenses sur d'autres postes du budget vacances.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.