Très cher traître

 |   |  295  mots
Un idéaliste tombe sous le charme d'un révolutionnaire. Qui se révélera ne pas être celui qu'on croit. Voyage à travers une Irlande en guerre.

Prix Albert Londres (le "Goncourt des journalistes") en 1988, pour un reportage sur l'Irlande en guerre publié dans Libération, Sorj Chalandon a été fortement marqué par cette lutte fratricide. Moins soumis à la pression du quotidien - il a quitté son journal - le voilà qui retourne en Irlande via un roman fait de phrases courtes, de dialogues restreints, de descriptions à minima.

Antoine est un luthier parisien pour qui l'Irlande est un immense pub où la bière brune coule au son de ballades reprises en choeur. Mais un passage par Belfast et la rencontre de quelques farouches indépendantistes bouleversent sa paisible vie. En Tyrone Meehan, responsable de l'IRA, il se découvre un frère, symbole de la résistance gaëlique face aux troupes de la Reine qui n'hésitent pas à torturer.

Prenant fait et cause pour l'armée secrète, il va même jusqu'à accueillir en son appartement parisien quelques militants particulièrement recherchés, et n'hésite pas à faire d'innombrables allers et retours pour devenir une petite main de la lutte que mène son mentor et qu'il soutient de toute son âme.

Quand l'IRA dépose les armes, Antoine est interloqué. Il est carrément bouleversé quand, juste après, il apprend que Tyrone Meehan dévoile sa vraie identité: pendant vingt cinq ans, il a été un agent double au service de sa Majesté. L'ami est devenu "mon traître..."

D'une histoire véridique, l'auteur a fait un roman coup de poing. Car le vrai traître est bien réel: Denis Donaldson avait pris Sorj Chalandon sous son aile puis avait été liquidé par ses anciens compagnons après ses aveux. Quand la fiction rejoint la réalité.


"Mon traître" par Sorj Chalandon, Grasset, 276 pages, 17,90 euros

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :