L'inflation française accélère en mars à 3,2%, au plus haut depuis 17 ans

Les prix à la consommation en France ont augmenté de 0,8% en mars par rapport au mois précédent, soit une hausse de 3,2% sur les douze derniers mois, contre 2,8% en février, a annoncé l'Insee mardi. Un seuil qui déclenche un relèvement automatique du Smic au 1er mai.

Les prix de détail ont augmenté de 0,8% au mois de mars en France, leur progression sur un an s'établissant à +3,2%, au plus haut depuis novembre 1991, selon des données définitives publiées mardi par l'Institut national de la statistique (Insee). Il faut remonter à vingt ans (janvier 1987 avec (+0,9%) pour trouver une hausse mensuelle aussi importante.

En données corrigées des variations saisonnières, l'indice progresse de 0,5% en variation mensuelle, après être resté stable en février, et s'affiche en hausse de 3,2% également sur
un an après +2,9%.

L'indice des prix IPCH (qui permet une comparaison au niveau européen) a aussi augmenté de 0,8% en mars par rapport à février, soit une hausse de 3,5% sur un an. Vingt-six économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur une hausse de 0,6% de l'indice IPCH en janvier, correspondant à une inflation sur un an de 3,3%.

Dans l'alimentation, les prix ont progressé de 0,4% sur un mois et de 5,3% sur un an. La hausse est de 1,2% pour les produits manufacturés (+0,5% sur un an), avec une augmentation des prix de 6,7% en mars pour le secteur de l'habillement et des chaussures. La hausse n'est toutefois que de 0,5% par rapport à mars 2007. L'énergie est repartie à la hausse en mars (+2,7%) après une légère accalmie en février (-0,6%). Mais les produits pétroliers montent plus vite (+4,3%). Sur un an, les prix de l'énergie s'envolent de 12,7% en moyenne, avec +19,5% pour les seuls produits pétroliers et +38,6% pour les combustibles liquides. Les prix des services progressent en moyenne de 0,2%, soit une hausse de 2,5% sur les douze derniers mois. En mars, l'indice des prix des produits de grande consommation dans la grande distribution s'accroît de 0,2% après une hausse de 0,8% en février. Sur un an, l'augmentation est de 4,9%.

L'inflation mesurée par l'Insee a franchi en mars le seuil qui déclenche un relèvement automatique du Smic au 1er mai. L'indice de référence est celui des prix à la consommation hors tabac pour les ménages urbains dont le chef est un ouvrier ou un employé. Il a progressé de 2,3% depuis la dernière revalorisation du Smic en mai dernier (indice 117,35 en mars, contre 114,71 en mai), a précisé l'Insee. Habituellement, la hausse du Smic intervient le 1er juillet. Plus de deux millions de salariés sont concernés, payés actuellement 8,44 euros brut de l'heure, soit 1.279 euros mensuels (1.000 euros nets) à condition d'être à temps plein, ce qui n'est pas le cas de tous.

Inflation également dans d'autres pays d'Europe, la BCE s'inquiète
On avait appris hier, lundi, que les prix flambaient également en Suède et au Portugal. Ce mardi, c'est l'Italie qui affiche le même phénomène. Les prix y ont augmenté de 3,3% en mars sur un an en Italie (+2,9% en février), soit le plus haut niveau pour l'inflation depuis septembre 1996, selon l'institut national de la statistique Istat mardi dans un communiqué. Sur un mois, l'inflation a atteint +0,5% en mars. L'Istat précise que la hausse des prix du panier des biens les plus fréquemment acquis (alimentaires, essence, transport...) est de 5,2% en mars sur un an.
Au Royaume-Uni, elle reste élevée en mars mais progresse moins que prévu : + 0,4% par rapport au mois précédent et 2,5% sur un an, selon l'Office des Statistiques nationales (ONS). On reste très au dessus de l'objectif limité à 2% par an fixé par la Banque d'Angleterre (BoE, Bank of England). Du coup, le marché s'attend une nouvelle baisse des taux de la BoE prochainement. La livre réagit en atteignant un nouveau plus bas historique à 80,64 pence pour un euro, soit 1,24 euro par livre. Elle a perdu 15% de sa valeur face à l'euro depuis l'été 2007.
Le chef économiste de la BCE, la Banque centrale européenne, Jürgen Stark, a estimé ce mardi lors d'un forum sur l'euro à Bruxelles que le niveau record actuel de l'inflation dans la zone euro est un "sujet de préoccupation". "Contenir ces pressions inflationnistes est donc crucial", a-t-il lancé.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.