Inspiré par Wikipédia, Larousse veut faire revivre l'encyclopédie sur le Net

 |   |  518  mots
Les éditions Larousse lancent larousse.fr, une version en ligne de l'encyclopédie traditionnelle qui comprend une section "contributive",

"Avec Wikipédia, nous avons réalisé que le savoir s'était très étendu et très spécialisé. Nous avons également pris conscience que les internautes venaient sur le Web pour chercher de l'information mais également pour en fournir", explique la PDG des Editions Larousse, Isabelle Jeuge-Maynart, qui a annoncé ce mardi le lancement de larousse.fr.

Prenant acte de la mort de l'encyclopédie en 20 volumes, trop généraliste "par rapport aux besoins réels", larousse.fr proposera aux internautes 150.000 articles, soit la totalité de son fond encyclopédique et proposera aux internautes d'apporter - dans un espace dédié afin de ne pas créer de confusion avec les contenus Larousse - leurs propres contributions, à la manière de Wikipédia. En ouvrant ses pages aux profanes, les éditions Larousse s'attaquent à un sujet tabou dans le petit monde des encyclopédistes. Car, si les articles mis en ligne sur ce site sont rédigés parfois par des experts, ils sont aussi souvent le fait d'amateurs, quand ce n'est pas par des individus désireux de faire leur propre publicité. Ils ne répondent à aucun critère de qualité particulier et ne sont passés à aucun crible de vérification, le site misant sur la communauté pour jouer les gardes fous. Pourtant, magie du système, les contributions sont souvent de très bonnes qualités, même si les erreurs sont nombreuses, ce qui n'est pas sans poser problème dans le monde du savoir.

Surtout, la Toile constitue un apport précieux les éditions Larousse dans la mesure où elle nous "permet à partir des mots clefs de savoir ce qui intéresse les internautes", explique la PDG, brisant également un autre tabou dans la mesure où la hiérarchisation et le choix des articles sont à l'origine du domaine des experts de l'encyclopédie. "Il faut des encyclopédies plus compactes mais plus intéressantes pour le public", rétorque Isabelle Jeuge-Meynart. Ainsi, la PDG compte utiliser les informations remontées par les internautes pour concevoir des ouvrages papier à destination par exemple des élèves de collège ou de lycées. A ce jour, Larousse ne commercialise plus qu'une encyclopédie en 3 volumes, mais a renoncé aux collections exhaustives. La création de nouveaux ouvrages est pour le moment l'unique retombée économique du site. Car Larousse.fr, qui veut attirer un maximum de contribution d'internautes sera en accès libre, afin de pouvoir remonter sur les pages de Google en fonction des recherches effectuées par les internautes.

Larousse compte également se servir du Net pour recruter de nouveaux auteurs à moindre prix. "La création d'une encyclopédie coûte extrêmement cher. Ce système nous permettra de trouver de nouveaux auteurs spécialisés sur leur sujet que nous rémunèrerons". Même si Wikipédia compte bien des erreurs, l'encyclopédie en ligne a détrôné sur le Web ses consoeurs traditionnelles. Le site, compte 390.000 auteurs aujourd'hui et 10 millions d'articles. Face à l'ampleur de ce fond, Larousse est donc prêts à s'accommoder des inexactitudes des internautes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :