Renault Laguna Estate 2,0 dci : un break familial pour tous les jours

 |   |  500  mots
Ses lignes allongées lui donnent une personnalité que n'avait pas la berline. Le coffre pratique et suffisamment logeable permet d'envisager les grands départs en vacances. La voiture est globalement agréable.

Avec ses lignes allongées, le break Laguna apparaît plus équilibré et, finalement, plus affirmé dans sa personnalité que la berline trop lisse. Le coffre n'en devient pas pour autant immense, mais ses formes carrées le rendent suffisamment logeable et pratique. Des astuces intelligentes comme une tablette facilement escamotable rendent la voiture fonctionnelle. Un des atouts traditionnels de Renault. En outre, la forme des portes arrières, plus carrées, autorise une meilleure accessibilité et les passagers de la banquette n'auront plus la tête dans le pavillon comme sur la berline. Certes, la place pour les jambes demeure un peu étriquée. Mais la Laguna Estate répond quand même beaucoup mieux à l'idée que l'on se fait d'une vraie familiale utilisable au quotidien.

Pour le reste, on retrouve ce qui fait le charme de la Laguna: une tenue de route précise, un bon freinage, une douceur générale des commandes, des sièges ergonomiques, une finition correcte. Sur notre version 2,0dci de 150 chevaux à boîte automatique six vitesses, performances rimaient avec onctuosité et souplesse. Si la transmission rétrograde d'elle-même sur un coup de frein, elle manque toutefois un peu de réactivité. Le confort est supérieur à ce qu'offrent la plupart des rivales germaniques et nippones. Mais, Renault a eu tort de durcir ses suspensions par rapport au modèle précédent, au profit d'un plus grand dynamisme de conduite. Le phénomène est en outre aggravé par les grandes roues et les pneus à flancs plus bas, selon la stupide mode actuelle qui privilégie un "look" prétendument sportif. La voiture percute ainsi désagréablement sur les petites inégalités de la route. Et les suspensions travaillent bruyamment, ce qui donne naissance à des grincements et crissements dont on se passerait. Heureusement, les choses s'améliorent nettement dès que la vitesse s'élève.

Le surcoût de 1.200 euros par rapport à la berline se justifie amplement. Et on a toujours droit aux 3 ans de garantie. Comptez 24.700 euros pour une version diesel de base 110 chevaux, aux performances acceptables, avec un bonus écologique de 200 euros. Notre modèle d'essai en finition Privilège, bien équipé mais sans aucune luxe, coûte 33.050 euros. C'est plus cher que la concurrence, mais la dotation en gadgets est plus fournie. La boîte automatique entraîne un malus de 750 euros. Les coûts d'entretien restent modérés par rapport à une Volkswagen Passat ou une Toyota Avensis. Et le réseau Renault affiche une rassurante densité, avec une bonne réputation de qualité de service.

Modèle d'essai: Renault Laguna Estate 2,0dci (bva) Privilège

Prix: 33 050 euros (malus de 750 euros en plus)

Puissance du moteur: 150 chevaux

Dimensions: 4,80 mètres (long) x 1,81 mètres (large) x 1,44 mètres (haut)

Qualités: prestations routières, transmission automatique douce, coffre pratique

Défauts: trépidations sur route dégradée, bruits de suspension

Concurrentes: Peugeot 407 SW 2,0 HDI 136 Premium Pack (bva) : 32 800 euros, VW Passat SW 2,0 TDI 140 Confort (bva): 31 650

Note: 14,5 sur 20

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :