Une toute petite taxe sur les banques

 |   |  308  mots
Le gouvernement britannique annonce dans son budget qu'il va taxer les banques. La France et l'Allemagne devraient suivre. Mais cette taxe ne rapportera pas grand chose et ne changera pas grand chose non plus.

0,04%. Puis 0,07%. C'est le niveau auquel la taxe sur les banques sera introduit en Grande-Bretagne, d'abord au 1er janvier 2011, puis au taux supérieur l'année suivante.

L'assiette de l'impôt portera sur la valeur du  bilan des banques. Mais attention, il s'agit uniquement du bilan dans le pays imposé. Ainsi, la Société Générale aurait à payer un impôt de 0,07% sur ses actifs basés en Grande-Bretagne, pa sailleurs.

Au total, en rythme de croisière, le Trésor britannique espère lever ainsi 2,5 milliards de livres (3 milliards d'euros). C'est moins que le chiffre de 3 milliards qui circulait le week-end dernier. Et moins que ce qui était envisagé initialement.

Pourquoi un niveau si bas? "Nous avons fait attention à ne pas endommager la compétitivité de la City", estime Mark Hoban, secrétaire d'Etat à la City. En clair, pas question d'imposer une taxe qui favoriserait New York ou les places asiatiques.

Pourtant, l'annonce britannique était accompagnée d'une lettre commune avec la France et l'Allemagne, qui promettent la mise en place d'une taxe similaire. L'Allemagne devrait en donner les détails cet été, et la France lors du budget à venir. Mais ce n'est pas assez. Le gouvernement britannique souhaite un accord dans l'ensemble du G20 avant de potentiellement aller plus loin. Et vu que le G20 -particulièrement les pays émergents qui y siègent- ne sont pas pour...

Ce n'est pas forcément une mauvaise nouvelle. Ecraser les banques n'est certainement pas une bonne idée, particulièrement si l'on veut qu'elles prêtent plus facilement aux PME, pour relancer l'économie. Mais cela met en perspective les grandes déclarations des chefs d'Etat du G20, qui proclamaient hauts et forts que les banques n'échapperaient pas à leur main vengeresse. Effectivement, elles n'y ont pas échappé. Mais la grande gifle s'est transformée en simple remontrance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :