EADS au long cours

 |   |  207  mots
(Crédits : Gael Vautrin)
En dépit de piètres résultats et de sombres perspectives, le titre décolle en Bourse.

Des pertes trimestrielles, des commandes en baisse, des incertitudes concernant l'A380 et l'A400M et, comble du comble, une totale incapacité à donner une prévision d'Ebit pour 2009 à un mois et demi de la fin d'année ... Si cela n'est pas encore la fin du monde, cela pourrait y ressembler pour EADS. Mais la Bourse a ses raisons que la raison a, parfois, bien du mal à déchiffrer ... Puisque le titre du géant européen de l'aéronautique s'adjuge plus de 4 % ce lundi.

Certains analystes louent les mérites du groupe en matière de gestion de cash. Malgré la crise et le soutien financier apporté à la filière aéronautique, EADS affiche encore une trésorerie nette de 8,1 milliards d'euros contre 9,2 milliards fin 2008. Mais cela ne fait pas tout.

Pour d'autres experts, il s'agit plus d'un « effet » Dubaï (le grand salon aéronautique qui se tient cette semaine), qu'autre chose. Pour conjurer le sort, Boeing et EADS s'accordent en tout cas aujourd'hui à dire que le trafic devrait reprendre l'année prochaine. Mais vraisemblablement cela ne se ferait pas ressentir sur leurs comptes avant 2011-2012. Pas de quoi emballer les investisseurs. Et pourtant, ceux que l'on sait traditionnellement «court-termistes», semblent manifestement jouer aujourd'hui EADS au long cours.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :