Le titre EADS en hausse malgré la perte du troisième trimestre

 |   |  546  mots
Le groupe européen annonce une perte nette de 87 millions d'euros au troisième trimestre contre un bénéfice de 679 millions d'euros l'an dernier. Néanmoins, le marché reste confiant : le titre bondit de plus de 4% et signe la plus forte hausse du CAC 40.

Le groupe aéronautique européen EADS a traversé un troisième trimestre difficile à en croire les résultats publiés ce lundi. Le groupe annonce sur la période une perte nette de 87 millions d'euros. A comparer aux 679 millions d'euros enregistrés l'an dernier à la même époque. Le résultat est bien en dessous des attentes du marché qui tablait sur un léger profit de 14 millions d'euros.

Au troisième trimestre, le chiffre d'affaires s'établit à 9,52 milliards d'euros contre les 9,64 attendus par les économistes. L'Ebit (excédent brut d'exploitation) chute de 77% à 201 millions d'euros. La trésorerie nette s'établit à 8,1 milliards d'euros.

Sur les neuf premiers mois, le résultat net est de 291 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 29,72 milliards d'euros et un Ebit de 1,08 milliard d'euros, après impact des effets de changes.

EADS accuse le coup du ralentissement de sa filiale Airbus. Sur les neuf premiers mois de l'année, l'Ebit de cette dernière chute de 64% à 523 millions d'euros. L'avionneur enregistre sur la période 24,6 milliards d'euros de prises de commandes contre 88,7 milliards l'an dernier. Un recul qui témoigne du ralentissement actuel de l'aviation commerciale. Le carnet de commandes atteint encore 378 milliards d'euros, mais la performance reste inférieure à l'an dernier où à la même époque, le carnet de commande atteignait 400,7 milliards d'euros.

Le programme A400M reste assujetti aux négociations avec les pays à l'origine du projet. Les retards de l'A400m se sont traduits par un impact sur l'Ebit 9 mois de 224 millions d'euros. Selon le groupe, le contexte macroéconomique a eu des répercussions sur la situation financière des clients d' EADS dans le secteur civil.

Le marché reste confiant

"Dans l'hypothèse d'un scénario de maintien du programme, lequel semble le plus probable, la provision au titre du programme A400M, pour lequel 2,4 milliards d'euros ont déjà été passés en charges, peut déboucher sur un large éventail de possibilités selon l'évolution du processus de négociation et pourrait considérablement affecter dans l'avenir les comptes d'EADS", ajoute le groupe dans un communiqué. Concernant le gros porteur A380, EADS déplore le fait que ce programme "reste toujours une source de préoccupations".

Malgré les incertitudes, le groupe maintient son estimation du nombre des nouvelles commandes brutes d'Airbus, à 300 appareils en 2009. Les livraisons devraient se situer autour de 490 appareils pour cette année. Le chiffre d'affaires en 2009 devrait être proche de son niveau de 2008.

EADS estime ne pas être en mesure de donner une estimation concernant son Ebit pour 2009 compte tenu des incertitudes sur l'A400m et l'A380. Il espère toutefois que l'Ebit avant éléments exceptionnels pour 2009 devrait s'élever à 2 milliards d'euros. La consommation de flux de trésorerie est, elle, maintenant attendue à un niveau inférieur à 1 milliard d'euros en 2009 (hors A400M).

Malgré ces annonces peu enthousiamantes, les investisseurs restent néanmoins confiants. Les incertitudes autour de la rentabilité du groupe semblent être prises en compte dans la valorisation actuelle d'EADS. Par ailleurs, les investisseurs ont préféré regarder du côté de l'actualité sur le salon de l'éaronautique de Dubai. Du coup, ce lundi, le titre bondit de 4,52% à 13,75 euros à la clôture et signe la plus forte hausse du CAC 40.

(retrouvez le communiqué de EADS).
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :