L'A400M donne des ailes à EADS

Le premier vol d'essai de ce gros porteur militaire permet au titre EADS de s'adjuger plus de 3% en bourse.
(Crédits : Gael Vautrin)

Le fantôme des airs n?en est plus un. Oh miracle ! L?A400m est enfin devenu un coucou volant aujourd?hui avec son premier vol d?essai. A vrai dire l?évènement tient un peu du surnaturel. Le gros porteur militaire d?Airbus Military, filiale d?EADS, pourrait presque passer pour un ovni. Ce monstre de technologie a mis tout de même six ans à voir le jour et il faut souligner à ce titre que les ingénieurs de chez Airbus n?ont pas démérité. Les services financiers non plus si l?on sait que les retards se sont traduits par des provisions aussi grosses que ce nouveau pachyderme des cieux. Alors que 2,4 milliards d?euros de provisions ont été passées jusqu?ici, le surcoût total du projet est estimé à 8 milliards d?euros.

Comme si, en s?arrachant du tarmac aujourd?hui pour devenir autonome en vol, ce boulet financier délestait EADS d?un poids certain. L?A400M est aussi une réalité qui va désormais permettre au groupe de rééquilibrer son assiette en faveur des activités de défense et par là même de lisser quelque peu les soubresauts cycliques du secteur de l?aéronautique civil. Le projet A400M, devenu au fil des ans l?arlésienne du consortium européen, a connu tellement de rebondissements que le marché n?y croyait plus.

Ce qui explique en partie la réaction ce matin du cours de bourse. Cela fait bien longtemps que le titre EADS n?avait plus affiché un encéphalogramme pareil. L?action s?adjuge ainsi 3 %.

En direct dès 8h30 - Une époque formidable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.