Ipsen, une thérapie contre la sinistrose

 |   |  333  mots
(Crédits : Tribune)
L'augmentation des chances de succès clinique du GLP-1 libère un potentiel de valeur sur le titre qui, tout comme les majors pharmaceutiques, fait partie des délaissés du rebond des marchés actions amorcé le 9 mars dernier.

Ipsen est à la lisière de deux mondes. L?un composé de sociétés biotechnologiques de taille moyenne dont l?effort de recherche et développement est encore substantiel, tout comme le risque financier associé. L?autre, dominé par des géants de l?industrie pharmaceutique dont le potentiel de croissance est limité par la concurrence grandissante des fabricants de génériques et un effet de taille critique.

La société récolte aujourd?hui les fruits de nombreuses années passées derrière les paillasses de laboratoires dans l?attente d?en voir émerger quelques produits phares, sans être confronté à la menace de voir son portefeuille de médicaments s?appauvrir dans les années à venir. En clair, le profil idéal pour des investisseurs soucieux d?optimiser leur ratio "gain/risque". Dans ce contexte, il n?est pas étonnant de voir l?action s?envoler de près de 4% dans un marché baissier sur des perspectives de succès clinique potentiel de l?un de ses produits.

Car, compte tenu de sa modeste taille au regard de l?échelle de la pharmacie mondiale, tout nouveau lancement constitue une source de levier importante. En l?occurrence, la bonne nouvelle du jour provient du feu vert accordé par les autorités sanitaires américaines au laboratoire danois Novo Nordisk pour la commercialisation du Victoza, utilisé contre le diabète. Or, la FDA a visiblement porté une attention particulière à la limitation des effets secondaires du produit. L?un des principaux atouts du GLP-1, un médicament développé conjointement par Roche et Ipsen et destiné à traiter la même maladie. Améliorant, ainsi, les chances de succès du produit dont les résultats cliniques seront présentés à la FDA en juin prochain.

Une telle issue ne manquerait pas de se révéler un catalyseur boursier pour Ipsen sachant que le GLP-1, valorisé autour de 7 euros par action, équivaut à plus de 15% de la capitalisation boursière du groupe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :