Pierre et Vacances change de décor

 |   |  286  mots
(Crédits : Tribune)
Le titre rebascule dans le rouge par rapport à ses niveaux de fin 2009. Et cela alors que le durcissement de la concurrence dans le monde du tourisme rend les résultats plus volatils.

La crise a changé les mentalités et les m?urs en matière de voyage. Plus question de payer pour voir. Et quand on choisit de dépenser, ce n'est pas à n'importe quel prix. L'offre est suffisamment abondante pour permettre au consommateur de bénéficier de séjours à petits prix, quitte à se décider au dernier moment. Cette tendance, Pierre et Vacances la connaît bien. Les décisions tardives provoquent un retrait de ses niveaux de réservations pour le mois de juillet par rapport à l'an passé à la même époque. Sans compter que son chiffre d'affaires du troisième trimestre a légèrement reculé à périmètre constant à cause de revenus immobiliers bien inférieurs aux attentes. La direction a beau évoquer des réservations stables pour août et septembre, le marché n'est pas convaincu.

En chutant de près de 6% depuis ce matin, l'action Pierre et Vacances rebascule dans le rouge par rapport à sa valeur de fin 2009. Ce retournement pourrait laisser penser que la perception des opérateurs à l'égard de l'exploitant de résidences de tourisme est en train de muter. Son modèle économique n'est plus aussi résiliant qu'avant. Le contexte réduit la visibilité sur ses revenus et le contraint de redoubler d'efforts promotionnels. Dans un cas comme dans l'autre, cela est de nature à alimenter la volatilité de ses résultats. Et, par la même, de nourrir des incertitudes dont les investisseurs se seraient bien passés. En trois ans, le cours du titre a été réduit de plus de moitié. Et tant que l'horizon restera encombré, notamment sur l'évolution des marges, le cours de l'histoire n'a pas de raison de s'inverser.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :