Un proche de Claude Bartolone nommé à la tête de la Société du Grand Paris

 |   |  383  mots
La nomination de Philippe Yvin à la présidence de la société du Grand Paris laisse la voie libre à Claude Bartolone pour devenir le Président de Paris Métropole... | REUTERS
La nomination de Philippe Yvin à la présidence de la société du Grand Paris laisse la voie libre à Claude Bartolone pour devenir le Président de Paris Métropole... | REUTERS (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La Société du Grand Paris va changer de président le 21 janvier. Un proche de Claude Bartolone et de Jean-Marc Ayrault, Philippe Yvin, remplacera le sortant, Etienne Guyot, nommé, lui, par François Fillon. Prélude à une redistribution des cartes de la Métropole au profit du président de l’Assemblée nationale...

La Société du Grand Paris doit être un peu maudite, ses présidents n'en quittant généralement pas la présidence du directoire aussi doucement qu'ils le devraient. Ce qui était arrivé à son prédécesseur Marc Véron vient d'arriver à Etienne Guyot, le préfet titulaire du poste. Il savait pourtant depuis (très) longtemps que Philippe Yvin, actuel conseiller de Jean-Marc Ayrault pour les questions territoriales et la décentralisation, voulait le fauteuil.

L'unanimité autour de Philippe Yvin

Le "Tout Grand Paris" le savait aussi depuis tout aussi longtemps. Mais, visiblement, l'État n'a pas eu le temps de trouver à Etienne Guyot, que nul n'a jamais trouvé déméritant, un beau poste, une sortie "par le haut". 

Dommage car, pour le reste, Philippe Yvin fait à peu près l'unanimité : ancien directeur de cabinet de Claude Bartolone au ministère de la Ville, ancien directeur général des services de Seine St-Denis, il a été nommé auprès de Jean-Marc Ayrault pour bétonner la loi décentralisation et la création des métropoles. C'est un travailleur acharné qui connait parfaitement le dossier.  Sa mission terminée à Matignon, il récupère la SGP.  Conséquence : les élus parisiens sont définitivement persuadés que le président de l'Assemblée nationale vise la présidence de la Métropole du Grand Paris en 2016.

Aucun homme de gauche ne veut du poste

La nomination de Philippe Yvin en est la première preuve. La deuxième en serait que Claude Bartolone abandonne son mandat au conseil général et se présente aux municipales (au Pré-Saint-Gervais par exemple) pour se mettre en position d'être élu par ses pairs en 2016. La troisième en est qu'aucun homme politique de gauche (à part Jean-Marie Le Guen) ne semble vouloir ce poste. François Lamy et Manuel Valls ont tous les deux en tête la présidence du Conseil régional en 2015 : leurs deux villes n'appartiennent pas en effet à la future Métropole et ils ne peuvent donc prétendre à rien.

Et comme chacun sait que le premier président de la Métropole ne viendra pas, pour des raisons culturelles historiques de Paris, Claude Bartolone a, s'il le décide, un parcours bien balisé devant lui.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/03/2014 à 17:57 :
je voyais plutôt l'épouse d'Ayrault, et bien oui si le mari est viré il y aura toujours de quoi manger dans la famille Ayrault. Et dire que des gens modestes pour ces anti sociaux(istes).
a écrit le 16/01/2014 à 16:07 :
Image parfaite de l'incroyable déconnection entre nos politiques et le peuple. Les franciliens attendent le grand paris express avec impatience, tous les matins dans les bouchons (que Delanoé n'a fait qu'amplifier sans proposer d'alternatives) et notre élite politique n'y voit qu'une planque à copains. Retard de 12 à 18 mois en perspective ... d'ici là, quels autres postes brigueront-ils ?
a écrit le 10/01/2014 à 9:47 :
tous les matins nous avons droit à nos 5 minutes de bouchons parisiens sur la radio ...
Quand est-ce que ces cons arrêteront de concentrer toute l'économie française sur paris+RP ?
a écrit le 08/01/2014 à 16:02 :
droite ,gauche ,ils veulent tous la bonne soupe ,au chaud ,bien paye ,chauffeur ......!
a écrit le 08/01/2014 à 15:56 :
Il pourra s'offrire une belle maison a 1,'2 millions d'euros comme Bartolone
a écrit le 08/01/2014 à 13:32 :
copains et coquins ça fonctionne toujours ! Après le père , le fils voici le saint Crésus . La gauche est fidèle à elle même de Marseille au Pas de Calais en passant par le grand Paris ...
a écrit le 08/01/2014 à 10:56 :
moi je en republique bananiere j aurais carrement nommé au poste la POMPADOUR ! ;o))
Réponse de le 08/01/2014 à 12:20 :
@lheritier , le cœur de système révélé !
a écrit le 08/01/2014 à 10:54 :
Voilà qui ne va pas améliorer le dossier des transports, déjà à échéance tellement lointaine.
a écrit le 08/01/2014 à 9:41 :
La Nomenklatura...de la pensée unique, comme la pieuvre ...déploie ses tentacules de partout...
a écrit le 08/01/2014 à 9:22 :
C'est sans doute le côté irréprochable promis par le President
a écrit le 07/01/2014 à 21:02 :
Et ils n'ont aucune HONTE ? Que de chemin parcouru depuis sa naissance en Tunisie ?
La politique paye bien ?
a écrit le 07/01/2014 à 20:59 :
Ils sont hallucinants c'est à vomir
a écrit le 07/01/2014 à 20:36 :
Miam miam la soupe est bonne chez l'UMPS, les copains coquins pullulent dans cette republique bananiere de socialie hollandiste.
Réponse de le 07/01/2014 à 21:42 :
Nos politicards nous inspirent une diarrhée continue sans fin.

En effet l'UMP et le PS auxquels il ne faut pas oublier de compter le Nouveau Cente mou mou complie de tous les sales coups portés à la Nation Française.
Réponse de le 06/03/2014 à 18:00 :
parce que vous pensez que l'autre le pen, ne s'en mettra pas plein les poches avec ses colistiers ramassés n'importe où pour faire le nombre, incapables de quoi que ce soit; on rigole quand on voit les clampins qu'elle va chercher. Là la ruine en 1 an, déjà qu'avec Monsieur Hollande on est au bord du précipice avec le pen on fera un grand pas en avant.
a écrit le 07/01/2014 à 20:03 :
Pour les magouilles les Socialos sont champions toutes catégories.
a écrit le 07/01/2014 à 19:35 :
Le précédent Gouvernement avait lui, l'élégance de proposer certains postes à des personnes de l'opposition, on appelle çà la démocratie républicaine.
a écrit le 07/01/2014 à 19:29 :
une République irréprochable qu'il disait l'autre hollande. Depuis 19 mois on assiste à une chasse aux sorcières effrénée de la part de ses dictateurs national-socialistes au pouvoir; c'est une honte, l'autre avait promis une République exemplaire, tu parles il place TOUS ses potes sachant qu'il va se faire virer ce pov type.
a écrit le 07/01/2014 à 19:16 :
Ben voyons, pourquoi se gêner quand on a tous les pouvoirs, personne en face, et des veaux à gaver de subventions, avec la dette. C'est pas cela gouverner ? Heueueu !
a écrit le 07/01/2014 à 18:55 :
Encore des copains à caser ! il faut remplir les caisses et les poches avant la prochaine défaite électorale.
Réponse de le 08/01/2014 à 11:14 :
oups la politique des petits copains , on place les siens pour mieux diriger

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :