Wall Street s'envole de plus de 10% malgré le fort repli de la confiance des consommateurs

 |   |  935  mots
L'indice de confiance des consommateurs américains du Conference Board a atteint son plus bas niveau historique.
Les places américaines se sont envolées en fin de séance à la veille de la décision sur les taux de la Réserve fédérale et malgré le très net repli de la confiance des consommateurs. Le Dow Jones gagne ainsi 10,88% à 9.065 points, le Nasdaq progresse de 9,53% à 1.649 points et le S&P 500 prend 10,79% à 940 points.

Wall Street s'est envolé ce mardi dans le sillage des places asiatiques et européennes. Les marchés étaient tombés lundi à leur plus bas niveau en plus de cinq ans et attendent désormais la décision de la Réserve fédérale, dont le Comité de politique de monétaire se réunit aujourd'hui et demain. Une nouvelle baisse des taux est attendue, après l'abaissement d'un demi-point décidé début octobre lors d'une action coordonnée des principales banques centrales mondiales.

Après avoir ouvert en hausse de près de 4%, les indices new-yorkais se sont rapprochés de l'équilibre suite à la publication du très fort repli de la confiance des consommateurs. Avant de s'envoler en fin de séance. Le Dow Jones gagne ainsi 10,88% à 9.065 points, le Nasdaq progresse de 9,53% à 1.649 points et le S&P 500 prend 10,79% à 940 points.

L'indice de confiance des consommateurs américains du Conference Board s'est en effet effondré en octobre à 38 points, contre 61,4 en septembre. C'est le plus bas niveau depuis la création de cette série statistique en 1985. Et les analystes s'attendaient à un recul bien plus limité, à 52 points. Par ailleurs, les prix des logements neufs ont reculé de 1% en septembre dans les vingt principales métropoles américaines, selon l'indice S&P/Case-Shiller. Sur un an, ils ont chuté de 16,6%, un repli record. C'est le vingtième mois consécutif de baisse de ces deux indices.

Sur le front des valeurs, Boeing s'envole de 15,46% à 48,91 dollars. La grève qui touche l'avionneur américain depuis près de deux mois pourrait prendre fin après la signature d'un protocole d'accord entre la direction et le syndicat des mécaniciens, l'IAM. Selon ce dernier, ce mouvement social, le plus long depuis 13 ans chez Boeing, a déjà coûté 5,2 milliards de dollars au groupe et menaçait de provoquer de nouveaux retards pour la livraison des 787 Dreamliner, son futur long-courrier.

Egalement en forte hausse, General Motors prend 14,68% à 6,25 dollars. Selon le Wall Street Journal, le premier constructeur automobile américain pourrait obtenir rapidement 5 milliards de dollars de la part du département à l'Energie, ce qui lui permettrait de racheter son concurrent Chrysler. Cette somme serait prélevée sur les 25 milliards de dollars votés par le Congrès pour aider les groupes automobiles américains à réorienter leur gamme vers des modèles plus respectueux de l'environnement. De son côté, Ford gagne 5,91% à 2,15 dollars.

Les valeurs bancaires ont fortement grimpé ce mardi alors que le Trésor a annoncé que Les 125 milliards de dollars promis par l'administration américain aux plus grandes banques du pays vont commencer à être versés. Citigroup bondit de 14,83% à 13,47 dollars, Bank of America prend 12,13% à 23,02 dollars, Wells Fargo gagne 11,77% à 34,46 dollars et JPMorgan s'octroie 10,59% à 37,60 dollars. Les banques d'affaires Morgan Stanley et Merrill Lynch progressent respectivement de 10,71% à 15,20 dollars et de 18,61% à 18,04 dollars.

Seule Goldman Sachs n'est pas gagné par l'euphorie. La première banque d'investissement de Wall Street ne gagne que 0,74% à 93,57 dollars, après avoir perdu près de 10% en séance. L'établissement pâtit de rumeurs de marché selon lesquelles il aurait subi d'importantes pertes après l'envolée spectaculaire de l'action Volkswagen.

Whirlpool chute de 8,32% à 45,87 dollars. Le numéro un mondial de l'électroménager a publié ce mardi une baisse de 6,8% de son bénéfice net au troisième trimestre, à 163 millions d'euros. Le bénéfice par action (BPA) ressort à 2,15 dollars, un chiffre nettement supérieur aux attentes des analystes qui tablaient sur un BPA de 1,69 dollar. Mais le groupe a par ailleurs abaissé ses prévisions de profits pour l'ensemble de l'année passant de 7-7,50 dollars à une fourchette allant de 5,75 et 6 dollars. Pour faire face au ralentissement de la demande, Whirlpool va supprimer 5.000 emplois d'ici à fin 2009.

Les spécialistes des cartes de crédit MasterCard et Visa progressent respectivement de 7,65% à 136,01 dollars et de 7,25% à 49,97 dollars. Les deux groupes ont annoncé lundi soir avoir trouvé un accord avec leur concurrent Discover Financial Services pour mettre un terme à la procédure engagée par ce dernier pour pratiques anticoncurrentielles. Montant de l'accord: 2,75 milliards de dollars. Discover bondit de son côté de 20,35% à 11,65 dollars.

Les valeurs technologiques sont bien orientées, après plusieurs semaines de fortes baisses. Cisco gagne ainsi 11,87% à 18 dollars. L'équipementier en réseaux de télécoms a intégré la liste des valeurs recommandées de la banque d'affaires Goldman Sach. Google profite de son côté d'une recommandation du Credit Suisse, passé à "surperformance" avec un objectif de cours à 400 dollars. Le titre prend 11,89% à 368,67 dollars.

McGraw-Hill grimpe de 12,71% à 22,79 dollars, après avoir touché lundi son plus bas niveau en 10 ans. La maison mère de Standard & Poor's et du Business Week a vu son bénéfice net reculé de 13,7% au troisième trimestre, à 390 millions de dollars. Hors exceptionnels, il ressort à 1,28 dollar par action, contre 1,23 dollar attendu par les marchés. Le groupe a par ailleurs abaissé ses prévisions pour l'ensemble de l'année, ne tablant plus que sur un BPA compris entre 2,63 et 2,65 dollars, contre une précédente fourchette allant de 2,65 à 2,75 dollars.

Enfin, Estee Lauder prend 8,53% à 35,37 dollars. Le fabricant de cosmétiques a réalisé un bénéfice net supérieur aux attentes au troisième trimestre, à 55 millions de dollars. Il s'établit à 26 cents par action, contre 22 cents escomptés par les analystes. Pourtant, le groupe a revu à la baisse ses prévisions annuelles. Il n'attend plus qu'une progression de 3 à 5% de ses ventes, contre hausse comprise entre 6 à 8% précédemment, et un bénéfice par action compris entre 2,20 et 2,50 dollars. Les analystes tablaient jusque là sur un BPA annuel de 2,60 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
l'indice de confiance des consommateurs américains du conference board à 38 n'augure rien de bon!!! personnellement je reprends des positions à la baisse! je vous invite à les suivre sur mon portefeuille http://www.delit-d-initie.com/portefeuille/148

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :