Les marchés apprécient la perspective de fin de grève chez Boeing

 |   |  490  mots
Boeing et le syndicat des mécaniciens IAM ont signé un protocole d'accord qui, s'il est approuvé, devrait mettre fin à la grève qui paralyse l'activité de l'avionneur américain depuis le 6 septembre. Le titre s'est envolé en Bourse.

Boeing entrevoit-il enfin une sortie de crise ? L'avionneur américain et le syndicat des mécaniciens IAM ont signé un protocole d'accord qui, s'il est approuvé, mettra fin à la grève qui paralyse l'activité de l'avionneur américain depuis début septembre. Une longue grève qui menaçait de retarder davantage son nouveau long courrier 787 "Dreamliner". (Retrouvez le communiqué de Boeing sur l'accord signé avec l'IAM).

"Le protocole d'accord a reçu le soutien unanime du comité de négociation de l'IAM et sera présenté aux membres pour ratification dans 3 à 5 jours", indique le syndicat, précisant qu'une "simple majorité est nécessaire pour ratifier l'accord". Boeing et le syndicat des mécaniciens IAM "ont atteint un protocole d'accord sur un nouveau contrat qui va assurer la sécurité de l'emploi à ses membres et limiter le recours aux sous-traitants", a indiqué le syndicat dans un communiqué lundi soir.

Cette annonce est saluée ce mardi par les investisseurs. A la Bourse de New York, l'action Boeing s'est envolée ce mardi de 15,46% à 48,91dollars, dans un marché en très forte hausse.

Depuis le 6 septembre, 27.000 ouvriers mécaniciens, soit 16% des effectifs de Boeing, ont cessé le travail, faute d'avoir trouvé un accord avec la direction sur le renouvellement de leur contrat salarial. La grève affecte principalement la région de Seattle (Etat de Washington) où sont regroupées ses principales usines dans l'aviation civile. En conséquence, Boeing n'est parvenu à livrer que 84 appareils pendant le trimestre (35 de moins que prévu) après 115 au premier trimestre et 125 au deuxième.

En se basant sur un coût estimé à 100.000 dollars par jour, cette grève a déjà coûté 5,2 milliards de dollars à l'avionneur, selon un décompte en temps réel affiché sur le site de l'IAM. Ajouté aux retards accumulés de son nouvel avion, le 787, et à un environnement économique difficile, ce mouvement social a fait plonger de 38% le bénéfice de Boeing au troisième trimestre, à 695 millions de dollars.

Et l'avionneur avait prévenu que le vol d'essai du 787 "Dreamliner" pourrait être retardé si le mouvement se prolongeait trop longtemps, alors que le programme a déjà pris près de deux ans de retard sur son calendrier de lancement en raison de problèmes industriels à répétition. Boeing s'expose ainsi à des demandes d'indemnisation des compagnies clientes, qui ont commandé à ce jour près de 900 exemplaires du nouvel appareil.

L'avionneur est engagé dans un autre bras de fer avec les ingénieurs et les techniciens, avec qui il renégocie le renouvellement de deux contrats triennaux, l'un concernant 13.390 ingénieurs et l'autre 6.889 techniciens. Ces contrats expirent le 1er décembre. Ces négociations, qui s'annonçaient "très difficiles" selon le SPEEA (syndicat d'ingénieurs) avaient débuté lundi, mais avaient été reportées pour permettre à Boeing de se concentrer sur le conflit avec les mécaniciens. Elles devaient reprendre mercredi matin, selon le SPEEA.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ca aux US quand ils font grève ils font pas semblant comme en France, où on fait grève de manière régulière sans trop savoir pourquoi et où on n'avance plus avec les syndicats qui perdent ainsi toute crédibilité...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :