EADS : les marchés s'inquiètent sur les prises de commandes

 |   |  604  mots
Le groupe européen aéronautique et de défense vise toujours un résultat d'exploitation (EBIT) "significativement positif" en 2009, après avoir vu ce dernier baisser de 70% au premier trimestre à 232 millions d'euros.

Le groupe européen aéronautique et de défense vise toujours un résultat d'exploitation (EBIT) "significativement positif" en 2009. Dans un communiqué publié ce mardi avant l'ouverture des marchés, EADS indique qu'il prévoit que sa filiale "Airbus enregistrera jusqu?à 300 nouvelles commandes brutes en 2009 même si cette prévision sera difficile à réaliser dans l?environnement commercial actuel. Sur la base d?une hypothèse de livraisons stable et d?un taux de change du dollar sur la base d'un euro = 1,39 dollar, le chiffre d?affaires d?EADS devrait globalement être en ligne avec celui de 2008. Selon ces hypothèses, l?EBIT avant exceptionnels devrait baisser en 2009, mais rester significativement positif, soutenu par une solide performance opérationnelle". 

En attendant, à fin mars, le chiffre d?affaires du groupe s?est élevé à 8,5 milliards d?euros (contre 9,9 milliards d?euros à fin mars 2007), reflétant la diminution des livraisons chez Airbus (116 appareils contre 123 un an plus tôt), les effets de change négatifs et une reconnaissance plus faible de chiffre d?affaires au titre du programme A400M. Le chiffre d?affaires d?Astrium (en progression de 20 %) et d?Eurocopter (en hausse de 4 %) s?est toutefois amélioré.

L?EBIT d?EADS s?est élevé à 232 millions d?euros, contre 769 millions d?euros l?année précédente. Ce repli est principalement dû aux effets de change négatifs et à une charge comptable liée à l?A400M. Avant ces éléments exceptionnels, l?EBIT d?EADS s?est contracté, 400 millions d?euros, principalement sous l?effet de la dégradation des prix des avions livrés chez Airbus, d?une baisse des volumes et d?un mix produits défavorable. EADS a réalisé un résultat net de 170 millions d?euros contre 285 millions d?euros à fin mars 2007), soit un bénéfice par action de 0,21 euro (0,35 euro un an plus tôt).  
 
Les prises de commandes se sont élevées à 9,3 milliards d?euros (bien loin des chiffres du premier trimestre 2008: 39,3 milliards d?euros), reflétant clairement la baisse des commandes des appareils civils chez Airbus et Eurocopter, avec toutefois l?enregistrement au premier trimestre 2009 de la commande de 35 lanceurs Ariane 5 d?une valeur supérieure à 4 milliards d?euros et de la commande par la France de 22 hélicoptères NH90. Fin mars 2009, le carnet de commandes d?EADS se maintenait à un niveau record, à 412,6 milliards d?euros (fin 2008: 400,2 milliards d?euros), bénéficiant d?un effet favorable de 13 milliards d?euros lié à la variation du taux de change du dollar américain. Compte tenu des prises de commandes soutenues des activités de défense, le carnet de commandes Défense est resté stable, à 54,9 milliards d?euros. 

Louis Gallois, Président exécutif d?EADS, a déclaré: «Malgré les difficultés économiques, EADS demeure robuste. Nous continuons à gérer de manière proactive notre carnet de commandes et nos livraisons et nous améliorons notre efficacité. Le programme A400M reste l?une de nos préoccupations majeures et nous devons trouver des solutions communes portant sur le cadre technique et commercial du contrat afin de partager les risques de manière équilibrée avec nos clients. Malgré les difficultés actuelles, nous restons déterminés à investir pour le long-terme. Nos efforts d?intégration, nous permettent de dégager des synergies tangibles, au-delà des simples réductions de coûts. Nos compétences nous offrent une position exceptionnelle pour répondre aux besoins de nos clients».

En Bourse, le titre EADS figure parmi les plus fortes baisses de ce début de séance mardi. Il perd 4,36% à 10,85 euros. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
EADS à pour moi les yeux plus gros que le ventre, elle vise des résultat significativement positive pour 2009,mais refuse de faire le moindre investissement pour réduit les délais d'attente de ces clients notamment chez Airbus elle n'a aucune politique d'emplois
En Bourse, le titre EADS figure parmi les plus fortes baisses de ce début de séance mardi. Il perd 4,36% à 10,85 euros.
attendez, vous avez encore rien vue ! demandez donc à Mr Arnaud Lagardère, pourquoi a t'il vendu une grande partie de ses actions EADS, peu avant que l'action ne chute en bourse suite à l'annonce des retards dans le programme A380 !
le carnet de commande puis t 'il être bien remplis aucun investissement pour l'emploi ne sera fait,ce groupe est comme une prostituée qui rapporte beaucoup que les proxénètes se revendent tour à tour

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :