Natixis restera en Bourse, le titre s'effondre

 |   |  286  mots
Face à l'intense spéculation sur le titre Natixis, la banque BPCE, née de la fusion entre la Caisse d'Epargne et la Banque Populaire affirme qu'il n'y aura pas de retrait de la cote de sa filiale. Le titre Natixis s'effondre.

La banque BPCE, née de la fusion entre la Caisse d'Epargne et la Banque Populaire sort de son silence sur le dossier de sa filiale Natixis, objet d'une intense spéculation (+33% la semaine dernière, +84% depuis le 29 juillet) via un communiqué publié lundi soir par l'Autorité des marchés financiers (AMF).

Elle, qui contrôle 71,54% du capital et des droits de vote de cette banque de financement et d'investissement, malmenée en Bourse (elle avait été introduite à 19,55 euros et est tombée sous la barre d'un euro avant de remonter un peu à 2,5 euros actuellement) Natixis, annonce qu'elle n'envisage pas de la retirer de la cote alors que cette rumeur nourrissait la spéculation.

"Il n'est pas envisagé, en l'état du marché et de la revue stratégique, de projet de radiation des négociations d'une catégorie de titres financiers de Natixis", explique BPCE dans cette déclaration d'intention transmise le 6 août à l'AMF et retranscrite dans le communiqué.

Alors que la BPCE a engagé une revue stratégique de plusieurs actifs du groupe, notamment Natixis, indique toutefois que dans le cadre du rapprochement, "il pourrait être procédé à l'étude d'opérations de réorganisation et/ou de transfert d'actifs de Natixis". 

BPCE n'exclut pas d'ailleurs de se renforcer au capital de Natixis "en fonction des circonstances et en conformité avec son rôle d'actionnaire de référence et d'organce central de Natixis". Les plus soupçonneux pourront toujours se dire que si BPCE se renforce au capital, elle se rapprochera du niveau auquel un retrait de la cote deviendrait une hypothèse plausible.

En Bourse, le titre Natixis s'est effondré de 17,49% ce mardi à 2,06 euros après plusieurs jours de vives hausses.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Quel est encore à nos jours le rôle de la Bourse ? plutôt Casino que Baromètre de l'activité économique !
Il serait temps d'envoyer les traders aux champs, sur les chantiers de construction ou dans les usines pour une profonde rééducation "culturelle" avant qu'ils deviennent véritablement nuisibles pour toute la population laborieuse.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il faut les avoir à l'oeil tous ces margoulins de la finance, surtout qu'ils agissent en bandes très organisées un peu comme les délinquants des banlieues
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
MAIS CE SONT AUSSI NOS PARLEMENTAIRES qu'il FAUT ENVOYER DANS LES MINES DE CHARBONS et FAIRE LES VENDANGES puisqu'ils DORMENT à l'ASSEMBLEE NATIONALE et au SENAT
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La parade l'analyse et la patate Natixis à 19,5? très belle affaire que çà soit la BP ou l'écureuil ils vous l'ont bien mise. Action/Réaction. Les surveillants du marché seraient très bien rémunérés. La valeur à zéro ils seront toujours payés.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
a qui profite le crime? Pourquoi n'avoir pas annoncé plus tôt cette nouvelle dont on se doutait quelque peu? A qui profite le crime? A ceux qui savaient que la rumeur ferait monter le titre et qui ont vendu à temps.......peut être avant, justement, de l'annoncer.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
pas mal la revente acheté 0.80 bien vendue
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Génial. On s'est goinfré à s'en craquer les coutures. Je crois que c'est mieux que le livret A, non ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
NATIXIS ou l'art de se faire b..... 2 fois :
- au grattage en achetant l'action à 19,55?, suivi de la déconfiture que tout le monde connaît !
- au tirage, en espérant que la spéculation allait peut être faire monter un tant soit peu sa valeur actuelle (de 1,50? à 3? ??????)
Malheureusement tout celà n'est affaire que de spéculation pure permettant d'enrichir quelques prédateurs et certainement pas le fruit d'opérations menées par les investisseurs primaires qu'étaient les nombreux clients de la CE et de la BPO ayant écouté et cru leurs conseillers financiers !
Grand merci à Monsieur PEROL, en qui ils peuvent avoir toute confiance...... pour ne rien retrouver!!!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
pour un salaire familiale modeste, j'estime que rien n'est fait, compenser la perte d'un trimestre.La confiance naive trahie ne pourait etre pas un delit?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :