Wall Street à nouveau dans le rouge après des statistiques mitigées

 |   |  913  mots
Les places américaines ont signé une troisième séance de baisse consécutive après une série de statistiques mitigées. Le Dow Jones perd ainsi 0,44% à 9.665 points, le Nasdaq chute de 0,79% à 2.091 points et le S&P 500 laisse 0,61% à 1.044 points.

Wall Street a de nouveau terminé dans le rouge ce vendredi, après deux séances consécutives de baisse. Les investisseurs consolident toujours les forts gains enregistrés dans le milieu de l'été alors que les chiffres macro-économiques du jour sont mitigés: la forte hausse de la confiance des ménages étant compensée par la baisse inattendue des commandes de biens durables. Les valeurs technologiques ont en outre pesé sur la tendance après les prévisions jugées decévantes d'Hewlett-Packard et surtout de Research in Motion.

A la clôture, le Dow Jones perd ainsi 0,44% à 9.665 points, le Nasdaq chute de 0,79% à 2.091 points et le S&P 500 laisse 0,61% à 1.044 points.

Sur le front des statistiques, l'indice de confiance des consommateurs, mesuré par l'Université du Michigan, est remonté à 73,5 en septembre, touchant son plus haut niveau depuis janvier 2008. Les économistes avaient anticipé une hausse plus limitée, avec un chiffre de 70,3. Les anticipations des ménages sur leur situation future ont atteint leur plus haut depuis septembre 2007. Le moral des ménages est particulièrement suivi outre-Atlantique alors que leur consommation est le principal moteur de l'activité économique.

Par ailleurs, les commandes de bien durables ont reculé de 2,4% en août alors que les économistes avaient anticipé une hausse de 0,7%. En outre, la progression du mois de juillet n'a finalement été de que 4,8% au lieu de 5,1% précédemment annoncé. Les commandes de biens d'équipement hors défense et hors aviation ont reculé de 0,4% en août, après un recul de 1,3% en juillet et un bond de 3,8% en juin. Ce dernier indicateur donne une idée de l'effort d'investissement des entreprises dans leur outil de production.

Autre indicateur décevant: les ventes de logements neufs, dont la hausse en août a été bien moins importante que prévu. Ces ventes ont en effet progressé de 0,7% le mois dernier, à 429.000 unités en rythme annualisé. Mais les économistes anticipaient de leur côté 440.000 ventes après les 426.000 réalisées en juillet. En outre, le prix médian a chuté de 9,5% sur un mois, la plus forte baisse jamais enregistrée depuis la création de cette série statistique en 1963. Il est tombé au plus bas depuis octobre 2003.

Du côté des valeurs, Hewlett-Packard gagna 0,32% à 47,02 dollars. Le premier fabricant mondial d'ordinateurs a prévu ce vendredi qu'il ne devrait enregistrer qu'une croissance modeste de son chiffre d'affaires au cours de son exercice fiscal 2010, qui prendra fin en octobre 2010. Les ventes sont ainsi attendues à 117 ou 118 milliards de dollars sur la période, contre environ 113 milliards pour l'exercice en cours. Le consensus s'établit pour l'instant légèrement au-dessus des 118 milliards. Côté profits, HP mise sur un bénéfice par action (BPA) allant de 4,20 à 4,30 dollars par actions, contre 4,21 dollars anticipés par les opérateurs.

Research in Motion plonge de 17,04% à 78,91 dollars. Le concepteur canadien du BlackBerry, également coté sur à New York, a fortement déçu les marchés en publiant un bénéfice net de 476 millions de dollars au titre de son troisième trimestre. Cela représente 83 cents par action, là où les analystes escomptaient 1 dollar. Le chiffre d'affaires est ressorti à 3,53 milliards de dollars, en hausse de 37% mais inférieur aux attentes (3,63 milliards). En outre, les investisseurs n'apprécient pas les prévisions du groupe pour le trimestre en cours, à savoir un BPA allant de 1 à 1,08 dollars et des ventes comprises entre 3,6 et 3,85 milliards de dollars. Ils tablent respectivement sur 1,05 dollar et sur 3,9 milliards.

Sara Lee bondit de 6,36% à 11,21 dollars. Le géant des produits de consommation courante Unilever a annoncé ce vendredi le rachat de l'unité de produits d'hygiène et de beauté du groupe américain pour 1,87 milliard de dollars. Sara Lee avait mis en vente cette division plus tôt cette l'année afin de se recentrer sur son pôle alimentaire. Il lui reste maintenant à trouver un repreneur pour son unité de produits d'entretien.

Le géant de la restauration rapide McDonald's s'adjuge 1,39% à 56,90 dollars. Le leader mondial du secteur a annoncé ce vendredi qu'il allait relever de 10% son dividende trimestriel, le portant de 50 à 55 cents par action. Le groupe fait plus que résister à la morosité économique, ayant dégagé des profits supérieurs à deux milliards de dollars sur les six premiers mois de son exercice décalé 2009-10.

AMR Corporation prend 3,62% à 8,02 dollars. La maison mère d'American Airlines, la deuxième compagnie aérienne américaine, profite du relèvement de la recommandation d'UBS, passé de "neutre" à "achat" sur la valeur en raison des récentes levées de fonds. L'intermédiaire suisse a également amélioré ses recommandations pour trois autres compagnies américaines: Continental Airlines (+4,87% à 16,81 dollars), US Airways (+1,02% à 4,96 dollars) et Alaska Air (+3,17% à 27 dollars).

Enfin, Ford abandonne 0,55% à 7,29 dollars. Le deuxième constructeur automobile américain, le seul des trois géants de Detroit à ne pas avoir dû déposer le bilan, assure être en bonne voie pour renouer avec les profits en 2011, conformément à l'objectif qu'il s'était fixé. Régulièrement déficitaire depuis trois ans, le groupe a publié en juillet dernier un bénéfice net de 2,3 milliards de dollars au deuxième trimestre, mais principalement en raison des gains réalisés dans le cadre d'un plan de réduction de la dette de 10 milliards de dollars. En août, Ford a affiché la première progression mensuelle de ses ventes en près de deux ans, avec une hausse de 2,3% par rapport à l'année précédente.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :