Wall Street dans le rouge avant les conclusions de la Fed

Les places américaines reculent ce mercredi en raison d'une nouvelle statistique immobilière décevante. En outre, la Fed pourrait se montrer moins optimiste pour la reprise de l'économie.
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Wall Street se dirige vers une troisième séance consécutive de baisse. Comme la veille, les marchés réagissent à un très mauvais chiffre concernant le marché immobilier. La prudence du début de séance s'est transformée en inquiétudes, dans l'attente des conclusions du Comité de politique monétaire de la Réserve fédérale (à 20h15). La Fed devrait maintenir son taux directeur à son plus bas niveau historique, proche de zéro. Mais plus cette décision qui ne fait aucun doute, les investisseurs examineront de près le communiqué final de l'institution, qui pourrait faire état d'une détérioration des perspectives de l'économie américaine.

Vers 16h10, le Dow Jones recule de 0,51% à 10.241 points, le Nasdaq cède 1,02% à 2.239 points et le S&P 500 perd 0,85% à 1.086 points.

Sur le front des statistiques, les ventes de logements neufs ont chuté de 33% au mois de mai, la plus forte baisse de cet indicateur depuis sa création. En rythme annuel, seulement 300.000 transactions ont été enregistrées, ce qui représente un nouveau plus bas historique. Les économistes avaient anticipé un repli bien moins important, en raison de l'arrêt du crédit d'impôt accordé aux primo-accédants. Mais ils tablaient sur 410.000 ventes. Ce repli intervient au lendemain de la publication d'une baisse surprise des ventes de logements anciens en mai.

Du côté des valeurs, les compagnies pétrolières restent globalement mal orienté au lendemain d'une nette baisse provoquée par les incertitudes sur la règlementation des forages en eaux profondes. Pénalisés par le repli des cours du pétrole et en attendant la publication des stocks hebdomadaires américains, Chevron recule de 0,99% à 73,27 dollars et ConocoPhilips cède 0,94% à 53,95 dollars. Les groupes parapétroliers Schlumberger et Halliburton abandonnent respectivement 0,15% à 58,17 dollars et 0,27% à 25,92 dollars.

Adobe Systems chute de 4,43% à 31,31 dollars après avoir pourtant publié des résultats supérieurs aux attentes. L'éditeur de logiciels a dégagé un bénéfice net de 149 millions de dollars au titre de son deuxième trimestre. Hors exceptionnels, cela représente 44 cents par action. C'est légèrement mieux que le consensus des marchés (42 cents). Son chiffre d'affaires a progressé de 34%, à 943 millions de dollars contre 906 millions escomptés par les investisseurs. Mais ces derniers sanctionnent les prévisions du groupe pour le troisième trimestre (un BPA compris entre 46 et 50 cents et des ventes allant de 950 millions à un milliard), qu'ils espéraient plus optimistes.

Toujours au chapitre des résultats, Red Hat a fait état d'un bénéfice net de 24 millions de dollars lors du premier trimestre de son exercice et d'un chiffre d'affaires de 209 millions de dollars. Ces performances sont conformes aux prévisions des analystes. Le premier distributeur du système d'exploitation libre Linux a par ailleurs annoncé un programme de rachat d'actions d'un montant de 74 millions de dollars ce trimestre. Le titre s'adjuge 1,85% à 31,43 dollars.

Philip Morris International grimpe de 3,71% à 46,66 dollars, malgré la révision à la baisse de ses prévisions de résultats annuels. Le fabricant de cigarettes prévoit désormais un bénéfice par action compris entre 3,70 et 3,80 dollars cette année, contre une précédente fourchette allant de 3,75 à 3,85 dollars. Les analystes tablaient en moyenne sur 3,77 dollars. Le groupe se dit pénalisé depuis le mois d'avril par la faiblesse de l'euro.

Enfin, AT&T prend 0,83% à 25,57 dollars, Verizon gagne 1,38% à 29,46 dollars et Sprint Nextel progresse de 1,16% à 4,37 dollars. Credit Suisse a relevé sa recommandation sur le secteur américain des télécommunications, passant de "sous-pondérer" à "pondération en ligne". L'intermédiaire estime que les tarifs devraient se stabiliser, permettant aux opérateurs de maintenir, voire de renforcer, leurs revenus. Sprint reste la valeur préférée de Credit Suisse, avec un conseil de "surpondérer".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.