La Bourse de Paris en baisse, toujours victime des bancaires

 |   |  448  mots
La Bourse de Paris évolue en baisse, tirée vers le bas par les valeurs bancaires.

Comme la veille, la Bourse de Paris est pénalisée par le secteur bancaire. Mais alors que le CAC 40 a cédé 1,11% mardi, il ne perd que 0,18% à 3.637 points ce mercredi quelques minutes après l'ouverture.

Les inquiétudes portant sur la solidité des banques européennes ont gagné l'ensemble des grandes places. Londres, le Footsie se replie de 0,35% et Francfort, le Dax de 0,16%. Mardi soir, les marchés américains ont également chuté pour les mêmes raisons.

L'euro, toujours pénalisé par les doutes entourant les "stress tests" européens, a touché un plus bas historique contre le franc suisse, valeur refuge, à 1,2829. Face au dollar, il vaut 1,2707.

Du coté des valeurs, Crédit Agricole signe la plus forte baisse de l'indice parisien. Le titre baisse de 3,15% à 10,29 euros. Dexia recule de 1,88% et Société Générale de 2,09%. BNP Paribas perd 1,21%.

Vivendi perd 0,65% à 19,24 euros. L'Elysée souhaite un réexamen du régime fiscal du "bénéfice mondial consolidé" dont bénéficie le groupe de médias et de télécommunications, rapporte mercredi La Tribune. Selon le journal, Vivendi reçoit chaque année près d'un demi-milliard d'euros du fisc (435 millions en 2009), ce qui constitue sa deuxième source de cash après SFR.

France Telecom cède 0,02% à 16,07 euros. Le groupe a émis 500 millions d'euros d'obligations 3,375% 2022 au prix de revente de 99,35%.

EDF affiche un recul de 0,01% à 32,86 euros. Le conseil d'administration a approuvé la cession des réseaux de distribution britanniques du groupe au conglomérat de Hong Kong Cheung Kong aux conditions prévues par l'accord annoncé fin juillet.

Du coté des hausses, Sanofi signe la plus forte progression et prend 0,84% à 47,22 euros. Chris Viehbacher, le directeur général du groupe, a rencontré des actionnaires de l'américain Genzyme a déclaré mardi le groupe français. Selon un analyste, la direction aura rencontré la moitié des actionnaires de Genzyme mercredi soir et pourrait ensuite prendre une décision sur son projet. Par ailleurs, Standard & Poor's a placé sous surveillance avec implication négative les notes court et long terme ("A-1+" et "AA") du groupe pharmaceutique en raison du projet de rachat de Genzyme.

Les valeurs défensives résistent. Pernod avance de 0,24%, L'Oréal de 0,25% et Danone 0,12%.

Transgene gagne 3,9% à 14,92 euros. Le groupe a annoncé mercredi un partenariat exclusif avec l'américain Jennerex pour le développement et la commercialisation de JX-594, un virus conçu pour cibler sélectivement les cellules cancéreuses et les détruire.

Concernant les marchés pétroliers, les cours du brut sont en baisse. Le baril de WTI américain s'échange contre 73,83 dollars et celui de Brent de la mer du Nord contre 77,56 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :