Le CAC 40 s'accroche aux 4.000 points

 |   |  992  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Le marché parisien termine en légère baisse, encore marqué par les craintes concernant la situation en Libye et la flambée des cours du pétrole.

Après un début de séance difficile - le CAC 40 étant même repassé sous les 4.000 points -, la Bourse de Paris est parvenue à limiter ses pertes. A la clôture, le CAC 40 recule ce jeudi de 0,09% à 4.009,64 points.

Le marché parisien a pu compter sur des statistiques macroéconomiques du jour encourageantes. Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont diminué plus que prévu aux Etats-Unis lors de la semaine au 19 février, à 391.000 contre 413.000 (révisé) la semaine précédente. De même, les commandes de biens durables ont rebondi nettement de 2,7% en janvier par rapport à décembre après trois mois de baisse. Seul l'immobilier reste déprimé : les ventes de logements neufs ont reculé de 12,6% en janvier.

Par ailleurs, la tendance a été aussi soutenue par la la progression de Crédit Agricole et surtout de Total, première pondération du CAC 40 alors que les investisseurs digéraient une nouvelle salve de publications de résultats. Reste que depuis le début de la semaine, l'indice parisien a reculé de 3,5%. Il est bien parti pour signer sa plus mauvaise semaine depuis début juillet 2010.

Le marché est encore dominé par les craintes d'un relèvement durable des prix du pétrole, conséquence de l'instabilité dans le monde arabe. Si les troubles en Tunisie et en Egypte avaient peu impacté les marchés actions, les violences en Libye, dont le poids dans la production pétrolière est beaucoup plus important, ont ramené le risque géopolitique sur le devant de la scène. La flambée des prix du pétrole relance les inquiétudes sur les pressions inflationnistes de nature à renforcer les menaces de relèvement de taux d'intérét.

Valeur en baisse

Lanterne rouge du CAC 40, Vallourec décroche de 6,57% à 72,55 euros. Le fabricant de tubes sans soudure pour l'industrie pétrolière a publié mercredi soir des résultats 2010 en baisse en raison des effets prolongés de la crise sur son activité. Il prévoit que ses marges seront sous pression au premier semestre 2011.

Alcatel-Lucent, dont le titre s'est envolé jusqu'à près de 70% depuis le début de l'année, est victime de nettes prises de profits. L'action rétrocède 4,89% à 3,34 euros.

Accor (-3,55% à 32,70 euros) souffre de l'abaissement de recommandation de CA Chevreux. L'intermédiaire a abaissé son conseil de surperformance à sous-performance pour des raisons de valorisation, mais a maintenu son objectif de cours à 35 euros.

Les résultats de France Télécom sont mal accueillis par le marché. L'action recule de 1,45% à 15,96 euros. L'opérateur télécoms a annoncé s'attendre à une année 2011 dans la lignée de l'exercice écoulé en termes d'activité et de marges, confirmant ses objectifs d'un cash flow organique de 8 milliards d'euros et d'un dividende de 1,40 euro par action. Par ailleurs, le conseil d'administration de l'opérateur a officialisé mercredi soir la nomination de Stéphane Richard en tant que PDG à compter du 1er mars 2011.

Valeurs en hausse

A l'inverse, les résultats de Crédit Agricole sont applaudis. Le titre de la banque grimpe de 5,22% à 12,39 euros pour signer de loin la meilleure performance du CAC 40. Le groupe a sans surprise annoncé une perte nette pour son quatrième trimestre, mais moins élevée qu'attendu, après avoir passé dans ses comptes une dépréciation de plus d'un milliard d'euros sur sa participation dans Intesa Sanpaolo.

Total (+1,52% à 43,65 euros) bénéficie pour sa part de l'envolée de prix du pétrole. Le baril de Brent a atteint jusqu'à 116 dollars dans la matinée. Avec d'autres poids lourds de la cote, comme GDF Suez (+1,62% à 28,80 euros) et EDF (+1,22% à 31,62 euros), le groupe pétrolier a permis de limiter la casse sur le CAC 40.

Hors CAC 40

Dexia décroche de 4,63% à 3,06 euros. La banque a dévoilé des résultats inférieurs aux attentes en 2010 mais a maintenu ses objectifs financiers à l'horizon 2014.

Safran (+0,82% à 25,10 euros) progresse grâce à des prévisions optimistes. L'équipementier aéronautique a annoncé son intention de reproduire en 2011 la hausse de 20% de son résultat opérationnel courant enregistrée en 2010, qui a dépassé légèrement les attentes du marché sous l'effet de réductions de coûts et de la reprise progressive de son activité.

Toujours au chapitre des résultats, Edenred (-1,82% à 18,84 euros) a confirmé son objectif à long terme et annoncé un résultat d'exploitation courant 2010 conforme à ses prévisions ainsi que le versement d'un dividende de 0,50 euro par action.

Ipsos (-1,12% à 34,12 euros) a annoncé qu'il comptait porter sa marge opérationnelle à 11% et faire mieux que la croissance du marché des études attendue à 5% en 2011, après avoir dépassé ses objectifs pour l'année 2010.

Gecina (-0,01% à 90,39 euros) a annoncé que son résultat récurrent continuerait de baisser en 2011 en raison notamment d'une augmentation de la charge de sa dette. Le résultat récurrent avant impôt a baissé de près de 6% en 2010 à 327,4 millions d'euros et la société s'attend à une baisse de 7% en 2011.

Nicox chute de 9,91% à 2,29 euros. La société de biotechnologies a annoncé son intention de faire appel de la décision prise par les autorités sanitaires américaines de ne pas approuver le Naproxcinod. NicOx, qui présentait également ses résultats annuels, a fait état d'une trésorerie en diminution sur l'exercice, à 107,3 millions d'euros à fin 2010 contre 148,3 millions à fin 2009 et d'une perte nette ramenée de 60,4 millions en 2009 à 44,0 millions d'euros.

Devises et pétrole

Sur fond de tensions en Libye, et plus globalement au Moyen-Orient, les cours du brut poursuivent leur envolée et retrouvent leur niveau d'octobre 2008. La hausse s'est toutefois un peu calmée dans la matinée, permettant aux marchés actions de réduire leurs pertes dans le même temps. Le baril de Brent de la Mer du Nord grimpe de 3% à 114,21 dollars. La référence américaine, le WTI, s'échange à 99,04 dollars le baril.

Sur le marché des changes, 1 euro vaut près de 1,38 dollar (1 euro pour 1,3789 dollar).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :