Wall Street termine à nouveau dans le rouge

 |   |  397  mots
Copyright Reuters
Le Dow Jones a fini en baisse de 0,31% à 12.068,50 points, le S&P 500 a perdu 0,10% et le Nasdaq a gagné 0,55% à 2.737,90 points.

Après deux séances de baisse sur fonds de tensions continues dans le monde arabe et notamment en Libye, les marchés américains ont hésité sur l'orientation à prendre. Après avoir entamé la séance dans le rouge, Wall Street est revenu en territoire positif avant de s'enfoncer à nouveau. Le Dow Jones et le S&P 500 ont néanmoins terminé en baisse pour la troisième séance consécutive jeudi soir assez loin toutefois de leurs plus bas du jour, l'inversion de la courbe des cours du brut ayant apporté un soutien aux marchés d'actions.

Signe de la nervosité qui a saisi les marchés, l'indice CBOE Volatility Index a pris jusqu'à 30% par rapport à son niveau du début de la semaine, même s'il a fini jeudi soir sur une baisse de 3,66%.
Le Dow Jones a fini en baisse de 0,31% (37,28 points) à 12.068,50 points, le S&P 500 a perdu 0,10% (1,30 point) à 1.306,10 points et le Nasdaq a gagné 0,55% (14,91 points) à 2.737,90 points.

Les statistiques publiées en matinée aux Etats-Unis n'ont pas incité à un optimisme débordant: si les inscriptions au chômage ont reculé davantage que prévu la semaine dernière, les ventes de logements neufs ont en revanche baissé plus que prévu en janvier et les commandes de biens durables hors transports ont affiché le mois dernier leur pire baisse en deux ans.
"Il est un peu tôt pour dire que nous sommes en train de sortir (de la correction). Le marché se préparait à vendre et la crise géopolitique a été une bonne excuse", juge Benny Lorenzo, de la banque d'investissement Kaufman Bros.

Seul le marché Nasdaq s'est distingué avec une légère hausse honorable, porté notamment par le bond d'environ 8,53% à 462,34 dollars de Priceline.com. L'agence de voyage en ligne a publié mercredi un bénéfice meilleur qu'attendu et a vu plusieurs brokers relever leurs objectifs de cours.

General Motors s'est replié de 4,53% à 33,02 dollars après avoir reconnu que son résultat d'exploitation du quatrième trimestre était légèrement inférieur aux attentes, malgré le retour du constructeur à un bénéfice annuel pour la première fois depuis 2004.

Boeing a quant à lui terminé en hausse de 0,75% à 70,76 dollars dans l'attente de la publication du résultat de l'appel d'offres de l'armée américaine portant sur la livraison d'avions ravitailleurs qui l'oppose à Airbus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :