Le CAC 40 repasse au dessus des 4.000 points

 |   |  995  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
A la faveur de bons chiffres sur l'emploi dans le secteur privé américain pour le mois de mars, l'indice parisien, à l'instar des places européennes, s'est inscrit en hausse et est repassé au-dessus du seuil des 4.000 points.

Après avoir terminé in extremis en hausse hier, le CAC 40 a affiché, ce mercredi, une tendance plus marquée. Après avoir, dans un premier temps, anticipé des bons chiffres de l'emploi dans le secteur privé, le marché a été conforté dans sa tendance lors de la publication de cette statistique. A la clôture, l'indice parisien affichait une hausse de 0,92 % à 4024,44 points, retrouvant ainsi ses niveaux du 4 mars.

Bien que les tensions géopolitiques et l'évolution de la situation au Japon sont restées surveillées par les investisseurs, ces derniers ont surtout concentré leur attention sur les statistiques macroéconomiques du jour. Après n'avoir que peu réagi à la publication de l'indice de confiance économique en zone euro, qui s'est dégradé plus que prévu en mars (107,3 points contre 107,5 attendus), le marché a été conforté dans sa hausse par la publication des chiffres de l'emploi du secteur privé pour le mois de mars aux Etats-Unis.

Si les créations d'emploi dans le secteur privé américain ont été légèrement moins importantes qu'attendu en mars (201.000 postes créés contre 203.000 créations attendus), les embauches restent fortes. "La moyenne mensuelle des créations d'emplois sur la période allant de décembre à mars a été de 211.000, ce qui est conforme à une baisse graduelle quoique irrégulière du taux de chômage" indique le cabinet ADP dans son communiqué. En ligne par rapport aux anticipations, cette publication est de bon augure pour la statistique mensuelle sur l'emploi hors secteur agricole attendu ce vendredi pour le mois de mars. En février, le taux de chômage s'était établi à 8,9%, alors que le consensus s'attendait à un taux de 9,1%.

Ces deux éléments macroéconomiques ont fait  passé au second plan la situation au Moyen Orient. En Syrie, le président Bachar al-Assad, qui a succédé à son père en 2000, a accepté la démission du gouvernement et doit s'adresser aujourd'hui à la nation syrienne. Sur le front libyen, les rebelles ont dû reculer faces aux troupes du colonel Kadhafi lors des combats pour la prise de contrôle de sa ville natale. Dans le même temps, les représentants de la coalition internationale, réunis à Londres, accentuaient leur pression sur le numéro un libyen pour qu'il abandonne le pouvoir.

Valeurs en Hausse

GDF Suez (+2,55 %) a signé avec 24 banques une ligne de crédit multi-devises de 4,5 milliards d'euros d'une durée de 5 ans. Le groupe souhaite l'utiliser pour refinancer par anticipation des lignes de crédit non tirées arrivant à échéance en 2012.

Peugeot s'est adjugé 2,07 %. Le groupe PSA a annoncé que sa filiale de financement, Banque PSA Finance, avait levé 1,25 milliard de dollars sur le marché obligataire américain. Cette première pour le français lui ouvre une "importante source de diversification de ses financements pour le futur".

De son coté, Renault a progressé de 0,87 % dans le sillage de Nissan qui avait auparavant bondi de 3,8 % à Tokyo. Pourtant sa filiale sud-coréenne, Renault Samsung, a confirmé qu'elle allait réduire sa production sur le site de Busan en Corée du Sud en raison d'une pénurie de composants liée au séisme du 11 mars au Japon. La production sera réduite de 20% au mois d'avril.

EADS a gagné 2,34 %. Sa filiale Eurocopter a annoncé l'absorption de « Seca Eads » dont l'activité, qui génère 100 millions de chiffre d'affaires, est complémentaire de celle de Vector Aerospace, société canadienne en cours d'acquisition par Eurocopter.

Sanofi-Aventis (+1,37 %) a annoncé que les certificats de valeur conditionnelle (CVC) attribués aux actionnaires de Genzyme dans le cadre du rachat du laboratoire américain, seront négociables sur le Nasdaq dès la clôture de l'offre, à compter du 4 avril.

Valeurs en Baisse

Les valeurs bancaires étaient mal orientées. Standard & Poor's a abaissé les notes souveraines du Portugal et de la Grèce. Pour justifier cette décision, l'agence de notation indique que le remboursement des fonds empruntés via le futur Mécanisme européen de stabilité (MES) risque d'être prioritaire par rapport à celui de la dette des deux pays. Crédit Agricole a reculé de 0,58 %, Société Générale de 1,75 % et Natixis de 0,29 % tandis que BNP PAribas avançait de 0,38 %.

Hors CAC

Gérard Perrier a progressé de 13,23 %. Le groupe spécialisé dans les automatismes et les équipements électriques destinés à l'industrie a fait état d'un résultat net annuel en hausse de 39,7 % à 6,3 millions d'euros pour un chiffre d'affaires en progression de 10 % à 100 millions d'euros.

Rougier a pris de 2,58 %. Le spécialiste du bois tropical se montre optimiste sur une poursuite de sa croissance en 2011 et prévoit de multiplier par près de deux ses investissements, a déclaré mardi à Reuters son directeur général.

Medica a chuté de 3,16 % après que le fonds BC Partners a cédé environ 14,6 % du capital du spécialiste de la prise en charge de la dépendance. A l'issue de cette opération, BC Partners détiendra environ 30,5% de Medica, et s'est engagé à ne pas effectuer d'autres cessions dans les 90 jours à venir.

Neopost a reculé de 2,38 %. Après avoir enregistré l'an dernier une croissance de 2% hors effets de change à la suite d'une accélération de sa croissance au quatrième trimestre 2010, le groupe a réaffirmé viser pour 2011 une hausse de 2 à 4% de son chiffre d'affaires à taux de changes constants.

Devise et Pétrole

La monnaie unique était en baisse face au billet vert. A la clôture des marchés européens, un euro s'échangeait contre 1,409 dollar. Les cambistes misent sur une hausse des taux d'intérêts lors de la prochaine réunion de la BCE le 7 avril, après les nouvelles inquiétudes affichées lundi par Jean Claude Trichet sur la hausse de l'inflation en zone euro.

Sur le marché du pétrole, le baril est stable. Le WTI vaut 104,44 dollars tandis que le Brent de la Mer du nord s'échange contre 115,20 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2011 à 2:35 :
Comment pouvez vous nous dire avec sérieux (et tous les médias nous récitent la même leçon, ce qui est de plus en plus fréquent et dérangeant) que les chiffres de l'emploi US selon ADP sont bons?
1. Depuis presque un an, ils se sont révélés très peu significatifs, au point d'avoir à accuser le temps en décembre et janvier (mauvais) et encore en février (bon), lors même que ces indices ont comme les chiffres du département du travail des correctifs saisonniers. Bref, ils n'ont que peu de crédibilité.
2. Ces mêmes chiffres sont donc, toujours comme toutes les stats US depuis maintenant assez longtemps, révisés. Ainsi, ceux du mois dernier (ADP) ont été révisés de 217k à 208k emplois créés.
3. Votre sagacité n'aura pas laissé échapper que si le mois dernier on était à 217k avant et 208k après révision, on était tout de même au desus des 201k de ce mois ci. Bref, on a baissé.
4. Il se trouve que le marché attendait 210k. On est donc en dessous des attentes du marché. On se souviendra quelle euphorie avait provoqué un dépassement des attentes de 9k.
5. Tout le monde cite les chiffres de moyenne de 211k sur 4 mois. Mais la moyenne à 3 mois est de 203k et à 5 mois de 193k seulement.
Donc rien, absolument rien ne justifie ces titres racoleurs dans tous les médias économiques sur des chiffres "bons" de création d'emploi.
Je ne comprends simplement pas pourquoi autant de gens sérieux ne le font simplement pas remarquer...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :