Le marché parisien reprend ses esprits

 |   |  873  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
La Bourse de Paris est repartie de l'avant après son décrochage la veille à la suite de l'avertissement lancé par Standard and Poor's sur la dette américaine. Le CAC 40 renoue avec les 3.900 points.

La panique aura été finalement de courte durée à la Bourse de Paris et sur les autres places financières. Alors que les marchés avaient décroché la veille sur fond d'abaissement de la note des Etats-Unis par l'agence de notation Standard and Poor's, la tendance a été nettement mieux orientée ce mardi. A Paris, le CAC 40 a renoué avec les 3.900 points après avoir décroché lundi de 2,35%. A la clôture, l'indice progressait de 0,7% à 3.908,58 points.

Si les inquiétudes restent nombreuses sur la question des dettes souveraines en Europe et désormais aux Etats-Unis, c'est bel et bien la microéconomie qui a soutenu le rebond des marchés. De nombreuses sociétés, de part et d?autres de l?Atlantique, ont fait état de bonnes publications trimestrielles, à l?instar de Goldman Sachs ou encore de LVMH.

Les investisseurs ont pu trouver de quoi se rassurer également avec les statistiques macroéconomiques du jour. Aux Etats-Unis, les mises en chantier de logements et le nombre de permis de construire ont fortement rebondi en mars, au-delà des attentes.

Valeurs en hausse

En tête du CAC 40, LVMH (+4,97% à 115,20 euros) a été salué après la publication d'un chiffre d'affaires trimestriel supérieur aux attentes. Le groupe de luxe a vu la progression de ses ventes s'accélérer au premier trimestre malgré le séisme et le tsunami qui ont frappé le Japon. Les analystes tablaient sur un tassement de la croissance du géant mondial du luxe. La valeur entraîne l?ensemble du secteur du luxe dans son sillage. PPR gagne 1,4% et Christian Dior 3,8%.

EDF décolle de 3,85% à 27,66 euros alors que l'électricien a obtenu le prix qu'il demandait, soit 42 euros, pour le prix de gros du nucléaire. La nouvelle pèse dans le même temps sur les concurrents du groupe français. GDF Suez termine la journée à l?équilibre tandis que Poweo chute carrément de 4,6%.

Le secteur automobile a été bien orienté après l'annonce d'une hausse de 6% des ventes de voitures neuves françaises en mars quand celles de l?ensemble du marché dans l?Union européenne ont baissé de 5%. Peugeot grimpe de 2,63% à 27,17 euros, Michelin de 2,01% et Renault de 0,08%. Hors CAC 40, les équipementiers automobiles Faurecia (+4,25%) et Valeo (+4,45%) se distinguent également. Faurecia, filiale de PSA, profite en outre de la publication d?un chiffre d?affaires trimestriel supérieur aux attentes.

Belle journée pour Schneider Electric (+2,81% à 111,70 euros) alors que le groupe doit publier mercredi matin son chiffre d'affaires du premier trimestre. Les analystes surveilleront avec attention les éventuels commentaires de la société sur les rumeurs d'acquisition, en particulier sur l'américain Tyco.

Essilor (+1,1% à 55,29 euros) a moins convaincu les investisseurs après la publication de ses ventes trimestrielles. Le groupe d'optique a confirmé ses objectifs annuels en annonçant mardi une hausse de 13,4% de son chiffre d'affaires au premier trimestre due notamment à ses bonnes performances en Asie et en Amérique latine.

Saint-Gobain gagne 1,03% à 44,08 euros. La filiale du groupe de matériaux de construction, le fabricant de bouteilles en verre Verallia, a annoncé mardi avoir déposé auprès des autorités boursières son document de base, première étape de son introduction à la Bourse de Paris.

Valeurs en baisse

Signe des tensions persistantes entourant le risque souverain, les valeurs financières sont restées à la traîne. BNP Paribas recule de 0,99% à 50,13 euros, Crédit Agricole cède 0,51% et Natixis 0,26%. Seuls Société Générale (+0,55% à 43,71 euros) et Axa (+1,28% à 14,62 euros) sont parvenus à reprendre des couleurs.

Lanterne rouge du CAC 40, STMicroelectronics recule de 1,51% à 7,90 euros, pénalisé par les résultats décevants publiés lundi soir par l'américain Texas Instrument. L?autre valeurs technologique du CAC 40, Alcatel-Lucent, est aussi pénalisée (-1,05% à 3,96 euros).

Hors CAC 40

Zodiac bondit de 2,67% à 51,50 euros alors que l'équipementier aéronautique a encore relevé sa prévision de marge opérationnelle courante sur l'exercice 2010-201.

A l'inverse, Edenred a déçu (-1,38% à 20,05 euros). Le groupe de services, ancienne branche d'Accor, a annoncé une progression de son chiffre d'affaires et de son volume d'émission au premier trimestre grâce à ses bonnes performances en Amérique latine. En revanche, ses performances en Europe sont plus contrastées.

Theolia décroche de 7,04% à 1,32 euro. Le producteur d"électricité éolienne a accusé une perte opérationnelle en 2010, pénalisé par un important plan de cessions qui a plombé son activité de production d'électricité pour compte propre.

La chute est plus rude encore pour Archos dont le titre dégringole de 16,16% à 7,21 euros. Le petit concurrent français d'Apple va lancer une augmentation de capital de 26,45 millions d'euros destinée à financer notamment la distribution de ses produits dans de nouveaux pays. La levée de fonds du fabricant de tablettes électroniques, dont la capitalisation boursière est de 158 millions d'euros, se fera au prix de 6,50 euros par action, représentant une décote de 24% par rapport au cours de clôture de lundi, de 8,60 euros.

Devises et Pétrole

L?euro reprend du terrain face au billet vert. Ce mardi soir, 1 euro vaut 1,4313 dollar.

Sur les marchés pétroliers, le baril de WTI s'échange contre 108,25 dollars et le baril de Brent de la Mer du Nord contre 121,07 dollars.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :