Wall Street pas convaincue par les chiffres de l'emploi privé américain

 |   |  290  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Après une ouverture presque à l'équilibre, Wall Street est en baisse, plombé par des mauvais indices qui s'accumulent. A la mi-séance le Dow Jones perdait 0,72% à 11.781,66 points.

En dépit de chiffres encourageants sur le marché de l'emploi aux Etats-Unis, les trois grands indices de Wall Street sont en recul à New York, reflétant de la nervosité des investisseurs après une salve de statistiques divergentes sur l'état de l'économie américaine. L'indice Standard & Poor's 500 recule de 0,69% (8,65 point) à 1.245,40 points. Ce dernier avait connu la veille sa septième séance de baisse consécutive, sa pire série depuis octobre 2008. L'indice composite du marché Nasdaq recule quant à lui de 0,35% (9,39 point) à 2.660,53 points.

Après des statistiques inquiétantes pour le secteur manufacturier américain puis pour la consommation, les marchés auraient pu saluer le chiffre meilleur que prévu des créations d'emploi dans le secteur privé américain. Mais l'annonce d'un indice des directeurs d'achat dans les services à son plus bas niveau depuis février 2010 a incité les investisseurs à fuir de nouveau les marchés actions et à se reporter sur l'or et autres valeurs refuges.

"Les données économiques ont été médiocres ces dix derniers jours, et aujourd'hui ne fait pas exception", a observé Michael James, de Wedbush Morgan Securities, cité par l?AFP.

Du côté des valeurs, Mastercard a fait état mercredi d'un bénéfice trimestriel accru de 33% sur un an, grâce à une augmentation du nombre de transactions traitées. Le groupe de cartes de crédit a bondit de plus de 5% à l'ouverture, et progresse à la mi-séance de 8,34 %.

Bank of America cede 1,21 %. La banque a demandé aux autorités américaines une protection contre tout nouveau litige relatif à ses services de crédit immobilier et propose en échange de réduire la dette de certains de ses emprunteurs en difficulté, a rapporté mercredi le Wall Street Journal.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :