Les Bourses de Londres et Singapour s'allient pour racheter le LME

 |   |  329  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le London Metal Exchange (LME), premier marché de métaux au monde après 134 ans d'existence, a annoncé la semaine dernière qu'il envisageait de se vendre. Selon Reuters, La Bourse de Singapour (SGX) a décidé de s'allier au London Stock Exchange (LSE) pour présenter une offre conjointe.

La Bourse de Singapour (SGX) a décidé de s'allier avec le London Stock Exchange ( LSE ) pour faire une offre conjointe sur la Bourse des métaux de Londres, a dit vendredi à Reuters une source au fait de l'opération, qui pourrait se chiffrer à un milliard de livres (1,15 milliard d'euros). Le London Metal Exchange (LME), premier marché de métaux au monde après 134 ans d'existence, avait annoncé la semaine dernière qu'il envisageait de se vendre après avoir reçu des marques d'intérêt. Il y a une dizaine d'acquéreurs potentiels, a précisé jeudi à Reuters le directeur général du LME Martin Abbott.

Une opération décidée après des OPA ratées

L'offre conjointe de SGX et du LSE traduit leur volonté de se diversifier dans le secteur porteur du trading de métaux, alors que les marchés d'actions et de dérivés connaissent une concurrence croissante. Les deux opérateurs boursiers se remettent en effet de tentatives ratées de fusion à l'international. Le LSE a dû renoncer à son offre de rachat sur la Bourse de Toronto au profit d'un consortium de banques canadiennes, tandis que l'OPA de SGX sur ASX a été rejetée par le gouvernement australien il y a cinq mois.

L'aval de Goldman Sachs requis

Vers 06h15 GMT, l'action SGX perdait 1,5%, valorisant le groupe autour de 5,6 milliards de dollars (4,14 milliards d'euros). L'opérateur boursier n'a pas souhaité faire de commentaire. Du côté du LSE , personne n'était joignable dans l'immédiat. La Bourse des métaux de Londres représente 80% des volumes traités sur les marchés mondiaux des futures de métaux et a enregistré un volume record de 120 millions de lots l'an dernier, équivalent à 11.600 milliards de dollars et 2,8 milliards de tonnes de métal. Toute offre de rachat devra être acceptée par 75% de ses actionnaires, parmi lesquels Goldman Sachs, JP Morgan et des sociétés de négoce.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/09/2011 à 14:24 :
La Google Bourse arrive, alors forcément...
a écrit le 30/09/2011 à 10:42 :
Fait suite au scandale plus ou moins etouffe de GS sur manipulation des cours de l aluminium et du zinc..... ou comme d hab coincidence... C est simple partout ou il y a magouilles souvent legales car ils font reglements et lois avec la complicite des etats...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :