God save the LSE

 |   |  308  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : A.Caen)
Par Pierre-Angel Gay, directeur adjoint de la rédaction de La Tribune.

"Dans soixante-quinze ans, il ne restera qu'une seule Bourse mondiale !" La boutade - mais en est-ce bien une ? - est de Crispin Henderson, le directeur de la société de gestion Threadneedle. Soixante-quinze ans est un rendez-vous bien lointain et il est difficile de croire qu'une entreprise, quelle qu'elle soit, puisse s'arroger un tel monopole. En revanche, il est probable que les grandes Bourses mondiales se compteront, dans peu d'années, sur les doigts d'une main. Et que le London Stock Exchange fera partie de celles-là. Sa résurrection est spectaculaire.

A la veille du week-end, le groupe a publié un bénéfice annuel en hausse de 22% et un chiffre d'affaires en progression de 7%, quand beaucoup de Bourses traditionnelles voient leur activité s'étioler. La raison ? La société a su diversifier ses métiers, des échanges d'actions en perte de vitesse vers les services de compensation et de règlement-livraison en expansion, ou vers la vente de données et de technologies. Le London Stock Exchange revient de loin. De la fin 2004 à la fin 2006, Deutsche Börse, Euronext, l'australien Macquarie, le Nasdaq ont multiplié les offensives contre ce qui n'était plus qu'une entreprise assiégée.

Clara Furse, sa directrice générale, a commencé à desserrer l'étreinte en s'emparant de la Bourse de Milan en 2007. Le français Xavier Rolet a amplifié le rebond depuis qu'il lui a succédé. Sa récente offensive sur la Bourse de Toronto, qui doit renforcer le leadership du London Stock Exchange sur la cotation des valeurs minières, suscite plus d'opposition que prévu. Mais le mouvement est lancé et on ne voit pas ce qui pourrait l'arrêter. Les Britanniques ont tout fait pour pérenniser leur Bourse. Ils sont sur le point d'y arriver. Dommage que la place de Paris n'ait pas partagé cette volonté.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :