Le Dow Jones passe les 10.000 points !

 |   |  886  mots
Les places américaines ont signé une forte hausse ce mercredi après les résultats d'Intel et de JPMorgan, mais aussi la baisse moins forte que prévu des ventes de détail. Le Dow Jones a pris 1,47% à 10.015,86 points, passant le cap des dix mille points pour la première fois depuis un an. Le Nasdaq a progressé de 1,51% à 2.172 points et le S&P 500 s'adjuge 1,75% à 1.092 points.

Wall Street renoue avec la hausse ce mercredi alors que la saison des résultats s'intensifie. Les marchés saluent ainsi les performances nettement supérieures aux attentes d'Intel, le numéro un mondial des semi-conducteurs, et de JPMorgan, la deuxième banque américaine. Des signes encourageants en attendant de nouveaux résultats importants en fin de semaine (Bank of America, Citigroup, Goldman Sachs, General Electric, IBM ou encore Google). D'autant que les ventes de détail ont reculé moins fortement que redouté au mois de septembre. Les investisseurs suivront également avec attention les minutes de la Réserve fédérale, publiées dans la soirée, et qui fourniront des éléments permettant d'apprécier la reprise de la conjoncture américaine.

Le Dow Jones a pris 1,47% à 10.015,86 points, passant le cap des dix mille points pour la première fois depuis un an. Le Nasdaq a progressé de 1,51% à 2.172 points et le S&P 500 s'adjuge 1,75% à 1.092 points.

Sur le front des statistiques, les ventes de détail ont reculé moins fortement que prévu au mois de septembre, baissant de 1,5% contre une chute escomptée de 2,1%. Ce repli s'explique en grande partie par la chute des ventes de voitures après l'arrêt du programme de prime à la casse. Hors automobile, les ventes de détail ont ainsi progressé de 0,5% sur le mois, enregistrant un deuxième mois consécutif de hausse. Cela démontre une reprise des dépenses de consommation et une reprise aussi de la croissance au troisième trimestre.

Du côté des valeurs, Intel a progressé de 1,66% à 20,83 dollars. Le numéro un mondial des semi-conducteurs a fait mieux que prévu au troisième trimestre, dégageant 1,86 milliard de dollars de profits. Hors exceptionnels, cela représente 33 cents par action soit 5 cents de mieux que le consensus des analystes. Intel a limité le repli de son chiffre d'affaires, qui a baissé de 8% pour tomber à 9,4 milliards de dollars. C'est bien mieux que les 9,06 milliards attendus par les investisseurs. Alors que les ventes des ordinateurs repartent à la hausse, le groupe a par ailleurs revu à la hausse ses prévisions de revenus pour les trois derniers mois de l'année. Ils devraient être compris entre 9,7 et 10,5 milliards de dollars au quatrième trimestre, contre 9,51 milliards attendus jusqu'à présent par les marchés.

Dans le sillage d'Intel, Advanded Micro Devices (AMD), son dauphin sur le marché des microprocesseurs, grimpe de 2,8% à 6,25 dollars. Texas Instruments est stable  à 23,62 dollars, Applied Materials prend 2,01% à 13,71 dollars, Broadcom s'adjuge 2,75% à 31,04 dollars et Qualcom gagne 2,28% à 42,23 dollars.

Le secteur bancaire est lui aussi très bien orienté, profitant des très bons résultats publiés ce mercredi par JP Morgan (+3,29% à 47,16 dollars). La deuxième banque américaine a réalisé un bénéfice net de 3,6 milliards de dollars au troisième trimestre, soit sept fois plus que l'an passé à la même époque. Le bénéfice par action (BPA) s'établit ainsi à 82 cents par action, là où les investisseurs n'attendaient que 52 cents. Le produit net bancaire (PNB), l'équivalent du chiffre d'affaires pour les banques a presque doublé, à 26,62 milliards de dollars. Les analystes escomptaient de leur côté 24,81 milliards.

Les autres valeurs bancaires progressent également. Citigroup et Bank of America, qui doivent publier leurs performances trimestrielles jeudi et vendredi, prennent ainsi respectivement 3,52% à 5 dollars et 4,38% à 18,59 dollars. Wells Fargo gagne 4,26% à 31,34 dollars et Morgan Stanley s'adjuge 5,43% à 32,83 dollars. Enfin, Goldman Sachs gagne 2,7% à 192,28 dollars. La prestigieuse banque d'affaires fera connaître ses résultats du troisième trimestre ce jeudi.

Toujours au chapitre des résultats, Abbott Laboratories fait étant de résultats conformes aux attentes. Son bénéfice net s'est élevé à 1,48 milliard de dollars au troisième trimestre. Cela représente 92 cents par action et hors exceptionnels, là où les analystes escomptaient 90 cents. Le chiffre d'affaires du groupe pharmaceutique a progressé de 3,5% entre juillet et septembre, pour atteindre 7,76 milliards de dollars, une performance en ligne avec le consensus. Mais les marchés saluent le relèvement des objectifs annuels, avec un BPA désormais attendu entre 3,70 et 3,72 dollars par titre, contre une précédente fourchette allant de 3,65 à 3,70 dollars. Le titre progresse de 3,12% à 51,20 dollars.

Pfizer grimpe de 3,52% à 17,37 dollars. La Fair Trade Commission (FTC), l'autorité américaine de la concurrence, a autorisé ce mercredi le rachat de Wyeth (+1,38% à 49,84 dollars), opération estimée à 68 milliards de dollars et qui va permettre au laboratoire américain de conforter sa place de numéro un mondial, avec un chiffre d'affaires combiné de 75 milliards de dollars. La FTC a cependant posé une condition pour valider ce rapprochement: la cession des actifs vétérinaires. Pfizer payera Wyeth en numéraire et en action, pour un montant de 50,19 dollars par action (33 dollars par action en numéraire plus 0,985 titre Pfizer contre une action Wyeth). Ce prix représente une prime de 15% sur le cours de Wyeth avant l'annonce de cette opération.

Enfin, les compagnies aériennes sont portées par les commentaires positifs de Barclays. L'intermédiaire britannique a en outre relevé sa recommandation sur AMR Corporation, de "pondération en ligne" à "surpondérer". Du coup, la maison mère d'American Airlines s'envole de 6% à 8,13 dollars. Continental Airlines prend 3,81% à 17,16 dollars, Barclays ayant porté son conseil à "pondération en ligne" contre "sous-pondérer". Dans leur sillage, Delta Air Lines s'adjuge 1,69% à 9,05 dollars et United Airlines affiche un gain de 7,42% à 7,82 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2009 à 13:26 :
pour quoi le dollar et si bas

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :