EDF chute en Bourse après l'accord PS-Verts sur le nucléaire

 |   |  434  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : c Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'action EDF reculait fortement mercredi matin à la Bourse de Paris, après un accord électoral conclu la veille entre socialistes et écologistes prévoyant notamment l'arrêt de réacteurs nucléaires d'ici 2025.

A 10h45, l'action perdait 3,79%, plus forte baisse du CAC 40, à 19,95 euros, dans des volumes étoffés représentant plus de 85% de la moyenne quotidienne des trois derniers mois. Dans le même temps, l'indice phare de la Bourse de Paris gagnait 0,78% et l'indice sectoriel européen progressait de 0,9%.

"Si l'accord entre les Socialistes et les Verts est vraiment appliqué, cela aura un impact clairement négatif pour EDF", commente un trader parisien.

François Hollande, candidat du parti socialiste à l'élection présidentielle de 2012, veut réduire de 75 à 50% la part du nucléaire dans la production d'électricité française à l'horizon 2025.

Dans le cadre de l'accord avec les Verts, il a consenti à la fermeture de certains sites vétustes au sein du parc de 58 réacteurs, répartis sur 19 centrales, mais a refusé la sortie du nucléaire voulue par la candidate des Verts, Eva Joly.

Selon un dirigeant écologiste, l'accord conclu mardi entraînera la fermeture de 24 réacteurs à l'horizon 2025.

Les fermetures concerneraient de fait les réacteurs de 900 mégawatts (MW) construits entre 1978 et 1983, dont la durée de vie ne serait pas prolongée au-delà de 40 ans, contrairement au souhait d'EDF.

Le PS a toutefois refusé de céder sur la principale demande des écologistes : l'abandon du projet de réacteur nucléaire "EPR" de troisième génération, en cours de construction à Flamanville dans la Manche.

L'EMPLOI COMME ARGUMENT POUR EDF

John Honoré, analyste à la Société générale, souligne le caractère négatif pour EDF de l'accord entre le PS et les Verts, tout en estimant qu'il reste des incertitudes quant à sa mise en application.

"Globalement, nous pensons que ce sont des nouvelles négatives pour l'action EDF, mais d'une part il faut que les Socialistes et les Verts gagnent les élections, d'autre part ils seront vraisemblablement confrontés à la réalité, à savoir que la fin du nucléaire porterait atteinte à la compétitivité de la France", a-t-il indiqué dans une note de recherche.

Une fermeture immédiate de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin), la plus ancienne de France, aurait selon lui un impact négatif de 274 millions d'euros sur le résultat brut d'exploitation d'EDF.

Le PDG d'EDF, a de son côté récemment déclaré qu'une sortie du nucléaire menacerait 400.000 emplois directs et indirects de la filière et qu'un arrêt prématuré des centrales françaises pénaliserait "lourdement" l'économie nationale.

Depuis les premiers articles faisant état d'un possible accord entre le PS et les Verts sur le nucléaire, fin octobre, le titre accuse une chute de plus de 15%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/11/2011 à 10:48 :
L'accord n'est pas mauvais pour ÉDF, qui dénonce depuis des lustres les coûteux accord avec Areva sur le MOX. Le retraitement est un procédé qui ne marche pas: L'uranium récupéré est inutilisable dans les centrales. Mais le retraitement a un avantage majeur: Il permet de blanchir l'image du nucléaire en faisant croire que la filaire recycle ses matières. Cf la condamnation pour publicité mensongère. L'accord est franchement pas bon pour Areva. Mais en fait, pour ÉDF, ça va enfin mettre fin à cette filière au bilan économique abyssal.
La où ça craint pour ÉDF, c'est qu'il va falloir effectivement commencer à démanteler. La cours des comptes avait il y a quelques années alerté sur la sous-estimation flagrante des coûts, et conseillé de bloquer des sommes plus importantes par exemple à la caisse des dépôts et consignations. ÉDF n'a presque rien fait à ce sujet. La facture va être très salée un peu plus tôt que prévu.
a écrit le 17/11/2011 à 17:15 :
Au passage, le comportement d'EDF par rapport La tribune est simplement scandaleux mais, rappelons-le, tout à fait logique. Quand apprendrons-nous des erreurs passées ? Presse et capital ne font pas bon ménage...
a écrit le 16/11/2011 à 20:01 :
Merci à la Tribune d'avoir courageusement une information économique de qualité sur l'énergie, malgré les pressions et rétorsions économiques.


a écrit le 16/11/2011 à 18:52 :
Les argities développées par le gouvernement ne peuvent être pris en compte. Il s'agit plutôt d'une faute de gouvernance qui n'a pas su anticiper les changements d'opinion. Savoir gouverner s'est aussi tenir compte des facteurs extérieurs. On ne peut rejetter cette faute sur cceux qui justement tente de rejoindre un courant d'idée que d'autres ont étouffés. Si par exemple, demain la France perdait sa note du triple A, pourrait-on rejetter la faute aux grecs ou aux italiens? ou bien reconnaître que l'on a mal pris en compte la gestion de cette europe. A vous de juger, mais cela semble suffisamment claire.
a écrit le 16/11/2011 à 18:15 :

@nuclear sans limites : je vous rappelle qu?AREVA est le premier producteur d?uranium au monde. Vous vous faite donc du soucis pour rien.
a écrit le 16/11/2011 à 17:39 :
Avec 25 000 emplois directs dans le solaire en decembre 2010 et plus que 10 000 aujourd'hui, a votre avis, qui tue l'emploi ?

Le solaire sera competitif avec le prix de marche (a condition d'integrer TOUS les couts du nucleaire, bien sur) pour 2014-2018 selon la latitude, mais nous, nous avons les elites les plus clairvoyantes du monde qui en un an ont saborde notre economie du photovoltaique en plein essor.

Et ils ont bien fait car un an plus tard, nous aurions ete 50 000 dans le seul photovoltaique (a comparer avec les 125 000 du nuke) et on ne se serait pas laisses faire.

C'est un fait que les EnR auront un cout de revient plus eleve que le nuke, parce que les EnR integrent en amont les impacts environnementaux ainsiq ue le demantellement, et ne font pas peser sur les generations a venir le couts du stockage des dechets.

Et encore le surcout n'est-il vrai que pour les technologies en phase de maturation comme le PV, le biogaz ou les energies de la mer mais totalement faux pour l'hydro ou l'eolien qui est paye entre 2,6 et 8 c?/kWh la ou l'EPR affiche un 6 c? de cout de revient.
a écrit le 16/11/2011 à 16:38 :
C'est réaliste , vu l'état des finances ?
La solution réaliste, vu la condition de nos finances, serait de ne plus construire de réacteurs nucléaires en france, et surtout pas de l'epr, que l'on pourrait rentabiliser en vendant cette technologie aux chinois, puisqu'ils sont les seuls à pouvoir tenir les coûts et délais prévus (contrairement à flamandville et la finlande)
et de par contre prolonger comme prévu la durée de vie des centrales.
En plus ca ferait un compromis équitable entre antis et pros nucléaires.
a écrit le 16/11/2011 à 14:57 :
EDF!!!!
Une société qui par rapport à ses concurrents,n'a aucune approche réelle de son activité;
Avec un statut de sortie de guerre,une main mise de l'Etat,appuyée par les syndicats omni-présents,maintenant en passe de diviguer au gré des fantasmes politiques,la France sera vraiment la Lanterne Rouge de l'Europe.Il va falloir bien réfléchir sur nos choix électoraux.
Réponse de le 16/11/2011 à 18:10 :
Vous êtes certain de vos affirmations vis-à-vis d?EDF ?
a écrit le 16/11/2011 à 14:26 :
Si les verts venaient au pouvoir en 2012 , on assisterait pour sûr , à un appauvrissement des Français , sur une grande échelle et l'amplification du chômage.Depuis , qu'ils nous assurent être pour la décroissance économique, on retournerait vers la préhistoire.
Réponse de le 16/11/2011 à 15:10 :
Ne vous inquiétez pas, avec ou sans les verts, ce sera le cas.
Réponse de le 16/11/2011 à 15:47 :
"on retournerait vers la préhistoire" comme nous somme aux moyen-age avec le gouvernement actuel , la descente ne sera pas long ...
Réponse de le 16/11/2011 à 16:19 :

Il n'empêche , c'est la déroute dans le camp Hollande
... sauf à ne rien entendre !
Réponse de le 17/11/2011 à 17:12 :
La préhistoire on y va tout droit si on est pas capable d'élire des gens qui pensent en dehors du compromis social-libéral et qui soient capables de faire exploser le mur de l'argent.
Il faut vraiment être mal informé pour croire que c'est en continuant dans la même voie (PS et UMP) qu'on va sortir dans la crise...
a écrit le 16/11/2011 à 13:29 :
avant même d'être élus, les socialistes et les Verts commencent déjà à précipiter la France dans le gouffre !
nous avons vraiment une classe politique parmi les plus stupides du monde...
a écrit le 16/11/2011 à 13:16 :
Si l'occident veut retrouver une place dans le monde ce sera en ayant le courage de passer à autres choses et de sortir des cartons tout les brevets qui existent déjà sur les énergies propres dont l'hydrogène ou l'énergie de la terre (tesla). Le pétrole, le nucléaire ne sont plus tout les solutions de demain, mais encore faut-il l'anticiper c'est tellement plus simple de ne rien faire pendant des années et ensuite de dire que d'arrêter est inconscient "c'est l'arbre qui cache la forêt" !
a écrit le 16/11/2011 à 13:16 :

Les socialistes vivent dans l'adoration du Dieu "marché" : on accroit notre dépendance envers une ressource (pétrole et assimilé) qui se raréfie, avec l'idée
que le marché créera un équilibre offre-demande via un prix (très élevé). C'est stupide! Lorsque la rareté devient suffisante, le Dieu "marché" ne joue plus : ce sont les alliances (politiques, culturelles et religieuses) qui joueront et inévitablement au final la force pure, la guerre. Qu'en au fait que les pauvres gens vont avoir du mal à se chauffer, les socialistes annonceront sans doute que c'est la faute d'un marché injuste!





Réponse de le 16/11/2011 à 13:36 :
Et l'uranium, il vient d'où selon vous, il tombe du ciel peut-être ? L'uranium comme le pétrole est une ressource étrangère limitée : mines au Niger, Kazakhstan... Il n'y a qu'avec une part d'énergies renouvelables que la France deviendra de plus en plus indépendante.
Réponse de le 16/11/2011 à 14:34 :
Au Canada et en Australie surtout, et en d'autres endroits relativement calmes. L'uranium est une ressource assez fréquente, mais dont l'exploitation est rarement rentable (et écologique). L'indépendance énergétique est certes un mythe et personne ne critique l'idée de développer les énergie renouvelables. Fermer une centrale à mi-vie sans organiser proprement la succession (10 ans c'est court) c'est du délire. Quant à la géopolitique du pétrole : plus de demande et moins d'offre, qui peut raisonnablement espérer que cela se termine sans crise grave?
Réponse de le 16/11/2011 à 14:47 :
@ Tahi: le Canada est en effet "relativement" calme parce que dès que tu remues le bout du nez, t'as droit à la police (relire le peu de sites qui ont présenté les exactions policières à Toronto pour le G20). La dernière en date c'est l'intervention de la police pour virer manu miltari le mouvement Occupy Toronto d'un parc public. Mais, c'est dit-on la démocratie sans laquelle ce serait encore bien pire :-)
Réponse de le 16/11/2011 à 15:09 :
Et les indignés Français, ils se font sortir comment du parvis de la Défense ? Avec un carton d'invitation, petits fours et champagne ? ou matraque et gaz lacrimo ??
a écrit le 16/11/2011 à 12:44 :
Il faut nationaliser EDF et GAZ de France quand on voit les imbéciles qui les dirigent, ça ne sera pas pire en les nationalisant (idem pour Total). Alors les cours n'ont pas fini de dégringoler. Je suis partisan également de demander des abandons de créances aux banques prêteuses à ces deux sociétés pour crédit abusif car ces financements ont servi a priori principalement, et sauf erreur, à acheter des boîtes à l'étranger totalement surpayées et inutiles dans une stratégie cohérente de ces groupes. Tout ça surement ou peut être pour permettre aux copains de toucher des honos sur les transactions, en tout cas on est en droit de s'interroger, c'est légitime?
a écrit le 16/11/2011 à 12:38 :
Qui a déjà vu un écologiste intelligent ?
a écrit le 16/11/2011 à 12:19 :
Tient! la bourse anticipe la chute du président sortant! Et la non élection de Marine Le Pen au présidentielle! A quoi bon voter... les actionnaires en savent plus que nous!
a écrit le 16/11/2011 à 12:08 :
Le PS gagnera probablement en 2012 et il devra appliquer une moins une partie de ses promesses electorales faute de quoi le pays serait ingouvernable. Ainsi, il est à craindre que la competitivité de notre pays passe au second plan face à la politique politicienne. C'est bien triste, mais c'est bien l'hypothèse retenue par les investisseurs qui délaissent EDF.
Réponse de le 16/11/2011 à 16:50 :
Aucun souci pour les 2012, le PS et EELV montrent enfin leur vrai visages 60 sièges de députés contre 25 réacteurs, brader notre indépendance énergétique pour des sièges de députés. Qui va voter pour eux!!
A votre avis d'où proviennent les panneaux solaires et les terres rares nécessaires à la construction d'éolienne?? de Chine, Je préfere l'Uranium du Canada ou d'Australie
Réponse de le 17/11/2011 à 3:38 :
Tsssk... C'est pas bien d'être raciste... Surtout que les chinois sont en train de développer de nouvelles centrales nucléaires a base de thorium qui seraient 1000 fois moins polluantes, plus petites, plus sécuritaires et performantes... Possiblement la meilleure solution énergétique après le pic pétrolier tout proche.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :