Alcool et pays émergents : un cocktail grisant

 |   |  533  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Le secteur des vins et spiritueux ignore la crise. Depuis cinq ans, les leaders mondiaux du secteur, comme le britannique Diageo et le Français Pernod Ricard, dévoilent des résultats en forte hausse, portés par une croissance organique à deux chiffres. En Bourse, le secteur affiche une performance de 23% depuis le début de l'année.

Les groupes de spiritueux vont chercher la croissance là où elle se trouve, c'est-à-dire dans les pays émergents. Ainsi, la progression des résultats de Diageo a été portée par la demande en alcools haut de gamme dans la région Asie-Pacifique et en Amérique latine. Le groupe britannique estime désormais que les marchés émergents généreront la moitié de son chiffre d'affaires mondial d'ici à 2015, par rapport à une proportion de 40% actuellement. Par ailleurs, les ventes de Diageo en Amérique latine et dans les Caraïbes ont bondi de 19%, tandis que les ventes en Asie-Pacifique et en Afrique ont augmenté respectivement de 8% et 11%.

Même constat pour Pernod Ricard qui parvient avec brio à préserver ses marges en appliquant notamment une hausse de ses tarifs sur ses marchés les plus actifs, Chine en tête. Pour Pernod Ricard, la demande chinoise de cognac et de whisky en particulier ne faiblit pas, alors que le groupe est très bien positionné sur ces segments, notamment avec l'acquisition récente de La maison de cognac Martell. A l'instar de Diageo, les pays émergents représentent 35% de l'activité du groupe français, une proportion amenée à augmenter au fil du temps. Car malgré les signes de ralentissement de la croissance, la consommation domestique chinoise demeure en forte hausse. Et ces perspectives florissantes devraient perdurer.

Morosité des marchés matures

Diageo a souligné qu'il n' avait subit aucun ralentissement sur les marchés à croissance rapide, hormis quelques faiblesses au Brésil et sur le segment de la vodka en Inde. En Amérique du Nord, les ventes résistent également avec une croissance des ventes de 6%, contre une croissance de 3% l'an dernier, alors qu'en Europe, elles ont reculé de 1%, après avoir déjà accusé un repli de 3% l'an dernier. En France par exemple, le marché est plombé par les augmentations de prix consécutifs au durcissement des taxes. Ainsi, les ventes de Pernod Ricard ont chuté de 42%, dans l'Hexagone au troisième trimestre 2012. Et cette morosité sur les marchés matures devrait continuer selon Pernod qui anticipe un repli du marché français de 7% à 8% pour l'année en cours.

La Bourse salue les résultats

C'est donc bien les ventes à l'international et surtout en Chine qui permettent aux groupes de vins et spiritueux de garder la santé malgré la crise en Europe. Une stratégie axée sur les pays émergents qui portent aussi ses fruits en Bourse. Pernod Ricard gagne 22% depuis le 1erJanvier. Mais cette belle performance reste modeste comparée à la hausse de 55% du titre Remy Cointreau. Le numéro deux français des spiritueux a lui aussi réalisé un très bon cru 2011/2012 marqué par une nette progression de ses résultats annuels. En avril, la société avait déjà publié un chiffre d'affaires annuel en forte croissance organique à deux chiffres, (+15,6%) à la faveur du bond de ses ventes de cognac en Asie. Diageo, de son coté, s'adjuge 50% depuis le 1er janvier, surperformant de très loin son indice de référence le Footsie, qui s'adjuge 12,% sur la période.

 Plus d'actualité Bourse sur MonFinancier

 

Pour aller plus loin : découvrez notre espace vin

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/08/2012 à 18:07 :
RIP à notre ami Ricard

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :