Lagardère relancerait l'introduction en Bourse de Canal Plus

Le groupe de médias aurait mandaté les banques JP Morgan et BNP Paribas pour mener l'opération d'introduction de la branche française de Canal Plus. Une première tentative avait échoué en raison des incertitudes des marchés après la catastrophe du Japon en 2011.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Faisant fi d'un marché financier déprimé, Lagardère aurait relancé le processus d'introduction en Bourse de Canal Plus France, une branche de Groupe Canal Plus dont il détient 20% du capital, selon une source citée par Reuters. Un premier projet de mise sur le marché du groupe de télévision payante avait été interrompu en mars 2011 en raison des incertitudes sur les places boursières après la catastrophe de Fukushima au Japon. Selon cette source, Lagardère a retenu les mêmes banques que lors de la précédente procédure, à savoir JP Morgan et BNP Paribas. De son côté, Vivendi, qui détient les 80% restants de la chaîne cryptée, a réengagé la Société Générale et Nomura en vue de cette opération. Une source au sein de NYSE Euronext a indiqué que le dossier de l'IPO de Canal Plus France était "dans la dernière ligne droite" et pourrait aboutir "en toute fin d'année".

Une introduction en Bourse faute d'un accord avec Vivendi

Toutefois, une autre source au sein d'une banque en charge de l'opération a estimé qu'il serait "extrêmement difficile" de parvenir à une mise sur le marché de Canal Plus France d'ici la fin 2012, la fin d'année étant peu propice à des opérations de cette ampleur. Fin août, le directeur financier de Lagardère, Dominique D'Hinnin, avait indiqué que le groupe de médias était en train de reprendre ses discussions avec la direction de Canal Plus en vue d'une reprise du processus d'introduction. Vivendi avait toutefois fait savoir à l'époque que si Lagardère avait techniquement la possibilité de relancer l'opération, aucun préparatif concret n'avait été engagé à ce stade.

Lagardère, qui est engagé dans une stratégie de cession de ses participations minoritaires, s'était résolu en juillet 2010 à un projet de mise en Bourse de sa participation dans Canal Plus faute de s'être entendu sur un prix avec Vivendi. Au 31 décembre 2011, le groupe de médias valorisait dans ses comptes sa participation dans Canal Plus France à 1,197 milliard d'euros, contre une valeur comptable de 1,507 milliard lors de son entrée au capital en 2007.

La valeur de Canal Plus baisse

Selon une source bancaire française, cette participation vaudrait aujourd'hui moins de 900 millions d'euros, Canal Plus souffrant de l'arrivée en France du groupe de télévision qatari Al Jazira qui a lancé avant l'été deux chaînes payantes entièrement dédiées au sport. En 2011, Canal Plus France a dégagé un chiffre d'affaires de 4,05 milliards d'euros, en hausse de 2,3% sur un an. L'introduction en Bourse de Canal Plus France marquerait le retour de projets d'IPO d'envergure à la Bourse de Paris, qui n'a pas connu d'opération significative depuis trois ans.

Pour Lagardère, le projet de cession des parts dans Canal Plus France est considéré comme l'un des principaux catalyseurs pour le titre alors que le groupe anticipe une stagnation de son résultat opérationnel cette année sur fond de difficultés sur le marché publicitaire. Le groupe de médias a engagé depuis quelques années une politique de cession de ses diverses participations minoritaires au premier rang desquelles figurent ses 7,5% dans le groupe aéronautique européen EADS ainsi que ses parts dans la chaîne cryptée. Arnaud Lagardère a promis à plusieurs reprises que le produit des cessions serait restitué pour partie aux actionnaires, à commencer par le gérant commandité lui-même qui détient 9,62 % du capital et 15,12 % des droits de vote du groupe de médias, selon le document de référence 2011.

Le marché ronge toutefois son frein depuis la suspension de l'IPO de Canal Plus France. Quant à la cession des 7,5% dans EADS, elle était conditionnée par Arnaud Lagardère, avant le projet de rapprochement avorté avec BAE Systems, au bon déroulement du lancement du programme de l'avion A350 d'Airbus.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.