Lagardère espère toujours introduire Canal Plus en Bourse

Arnaud Lagardère a deux priorités : se désengager de Canal Plus et redresser Lagardère Unlimited, la division sport. Le groupe maintient ses prévisions annuelles.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Les conditions ne sont pas encore tout à fait réunies, mais Lagardère espère toujours se désengager de Canal Plus France, dont il détient 20% du capital. C'est le message réitéré par Arnaud Lagardère lors de la conférence téléphonique commentant les résultats du premier semestre. « Nous avons vu qu'il y avait un changement de management chez Vivendi. Nous n'avons pas d'avis là-dessus. Je ne suis pas encore sûr que les conditions de marché se soient vraiment améliorées. Mais cela ne veut pas dire que nous essaierons encore et encore [d'introduire Canal Plus en Bourse]. Nous sommes focalisés sur le désengagement dans Canal Plus», a indiqué Arnaud Lagardère. « Nous allons relancer la procédure aussi vite que possible, même s'il y a encore des incertitudes. Nous allons reprendre contact avec le management de Canal Plus pour voir quelle est la meilleure période possible », a confirmé Dominique D'Hinnin, co-gérant et directeur financier du groupe. Dans ses comptes, Lagardère estime cette participation à 1,2 milliard d'euros.

Pas de sortie du tunnel de la branche sport avant 2014

Autre priorité d'Arnaud Lagardère : redresser la branche sport - Unlimited - , dont les résultats sont toujours dans le rouge. « Nous n'attendons pas d'amélioration avant 2014. Le calendrier de 2013 n'est pas favorable au sport », a justifié le président du groupe. De fait, cette division a encore enregistré au premier semestre une baisse de 5% de son chiffre d'affaires à 213 millions d'euros, et une perte opérationnelle de 20 millions d'euros. Une provision de 22 millions d'euros a notamment été passée sur le contrat passé avec le Comité international olympique (CIO). En 2009, Lagardère avait octroyé un important minimum garanti au CIO pour pouvoir commercialiser aux chaînes de télévision les droits de retransmission des jeux de 2014 et 2016. Le montant du contrat passé à l'époque était selon nos informations aux alentours de 300 millions d'euros. « Nous avons sécurisé 90% du contrat », a assuré Alain Lemarchand, le patron de la division, au cours d'une conférence téléphonique.

Lagardère Active, sensible à la conjoncture

La branche la plus sensible a la conjoncture - Lagardère Active - qui coiffe tous les médias du groupe - la branche sport a plutôt mieux résisté que prévu. En données comparables, le chiffre d'affaires a quand même reculé de 3,7% à 450 millions d'euros, et le résultat opérationnel est ressorti à 31 millions d'euros. En juin, le groupe, qui essaie par tous les moyens de se renforcer dans le numérique, a bouclé le rachat du Guide.com, qui sera intégré au second semestre.

Globalement, Lagardère espère améliorer sa rentabilité au second semestre. Il table toujours sur un résultat opérationnel stable sur l'année. Sur les six premiers mois de l'année, les revenus ont reculé de 0,2% à 3,389 milliards d'euros. Le bénéfice d'exploitation a également baissé de presque 10% à 112 millions d'euros.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 31/08/2012 à 9:46
Signaler
Il y a manifestement des erreurs de timing dans les investissements de Lagardère. Créer un nouveau département "événements sportifs" et perdre presque immédiatement de l'argent montre un décalage entre les analyses et la réalité. Depuis que Monsieur ...

à écrit le 31/08/2012 à 3:47
Signaler
Chaque fois que je le vois je pense a sa fiancee belge. Ils sont toujours ensemble?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.