Le spectre du sevrage monétaire inquiète les marchés

 |   |  390  mots
Clôture en baisse pour le CAC40, qui ne lâche toutefois pas ses 3800 points. Copyright Bloomberg
Clôture en baisse pour le CAC40, qui ne lâche toutefois pas ses 3800 points. Copyright Bloomberg (Crédits : Reuters)
Clôture des marchés en fort baisse, dans un contexte d'incertitude quant à l'évolution des politiques monétaires des banques centrales. Le CAC perd 1,39% mais termine tout de même à 3800 points, avec 3 milliards échangés...

Regain de nervosité sur les marchés européens qui clôturent en forte baisse dans un contexte d'incertitude quant à l'évolution des politiques monétaires des banques centrales. Alors que la BOJ opte pour le statu quo, ce qui a provoqué une envolée du yen, les investisseurs s'interrogent sur l'avenir de la politique de la Fed tandis que la Cour Constitutionnelle allemande doit rendre son verdict sur la compatibilité entre la politique monétaire de la BCE et la législation allemande. Mais c'est surtout la crainte de voir la Fed ralentir le rythme de son programme d'assouplissement quantitatif qui provoque la « panique » des marchés, avec une remontée des rendements obligataires aux Etats-Unis, au plus haut depuis 14 mois. Des tensions qui se répercutent sur les marchés de la dette souveraine en Europe et sur les actions.

A Paris, le CAC dévisse de 1,39%, mais préserve les 3800 points après avoir testé un plus bas à 3780 en clôturant à 3810 points avec 3 milliards échangés. Idem à Francfort qui recule de 1,03%, à 8222 points, Madrid redonne 1,57%. Londres perd 0,94%, l'euro stoxx redonne 1,32%. Du coté des valeurs, le secteur défensif surperforme la tendance. Publicis signe la meilleure performance avec un gain de 0,36%, à 53,64 euros alors que l'AG a autorisé le groupe à racheter ses propres actions.

EDF parvient à grappiller 0,33%, à 17,98 euros grâce au Médiateur de l'énergie qui se dit favorable à une augmentation de la facture énergétique dès cet été pour couvrir la progression des coûts de l'électricien. WENDEL a annoncé soir la cession du solde de sa participation dans le groupe de matériel électrique LEGRAND, soit environ 5,4%. Le titre signe la plus forte baisse et dégringole de 4,14%, à 35,59 euros. Wendel de son coté chute de 3,2%, à 82,40 euros. Les valeurs cycliques dévissent, avec Renault qui recule de 4,09%, à 57,73 euros et Michelin qui perd 3,49%, à 66,01 euros alors que dans le même secteur sur le SBF 120, POM parvient à s'adjuger 1,11%, à 41 euros

Sur le marché des changes, l'euro grappille 0,1% face au dollar pour s'échanger à 1,3264$ mais dévisse de 1,74% face au yen à 128,61yens. Le billet vert recule également de pratiquement 2% face au yen à 96,85 yens. Le pétrole évolue en nette baisse avec un WTI à 94,7$ alors que le brent perd 1,42%, à 102,44 $. L'once d'or recule de 0,8% à 1374 $.

Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :