La politique nucléaire de Shinzo Abe est sévèremment critiquée par... son épouse

 |   |  280  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
L'arrivée de Shinzo Abe au pouvoir au Japon en novembre dernier a relancé la filière nucléaire japonaise mise en sommeil par le gouvernement précédent après l'accident nucléaire de la centrale de Fukushima en mars 2011. Mais l'épouse du nouveau Premier ministre ne partage pas ce positionnement. Elle se dit d'ailleurs "anti-nucléaire".

Divergences au sein du couple qui dirige le gouvernement japonais. Akie Abe a désavoué son mari le Premier ministre, Shinzo Abe, dans sa politique d'exportation de centrales nucléaires. "Cela ne me plaît pas que le Japon essaye de vendre des réacteurs nucléaires à l'étranger car je suis antinucléaire", a-t-elle déclaré. Ces propos ont été rapportés alors que Madame Abe s'exprimait à huis clos à des représentants d'ONG. "Je reconnais que le Japon possède des technologies de pointe (...) mais je pense que notre pays devrait consacrer une partie de l'argent dépensé pour le nucléaire à développer des énergies nouvelles et à les vendre à l'étranger", a-t-elle ajouté

Retour du nucléaire au Japon

L'arrivée de Shinzo Abe au gouvernement en novembre dernier, a signé le retour de la politique nucléaire après la pause causée par l'accident nucléaire de Fukushima. Cet accident avait alors interrogé l'opinion publique japonaise et poussé le gouvernement d'alors à suspendre plusieurs réacteurs nucléaires le temps d'établir de nouvelles normes de sécurité plus drastiques. A l'heure actuelle, il n'y aurait que deux réacteurs encore hors-services sur cinquante.

Shinzo Abe veut exporter à tout-va

Shinzo Abe s'est également beaucoup mobilisé pour relancer la filière nucléaire japonaise à l'étranger. Le 3 mai dernier, il s'est rendu à Ankara pour signer un accord commercial géant de 22 milliards de dollars pour l'installation d'une centrale nucléaire - Areva et GDF-Suez font parti du consortium qui a remporté le contrat. Le Japon est actuellement en discussion avec l'Inde, les Emirats Arabes Unis et l'Arabie Saoudite pour des accords commerciaux dans le domaine du nucléaire.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/06/2013 à 19:00 :
Radioactivity Is in the Air for You and Me ! Un couple shinzophrène qui va peut-être ...exploser !!!
a écrit le 11/06/2013 à 19:27 :
Les importations de charbon ont fortement grévé la balance commerciale japonaise, le redémarrage du nucléaire est justement fait pour palier à cela, c'est avant tout économique.
Mais il semble qu'à long terme le Japon cherche à se débarrasser de son programme nucléaire, il y a eu un changement majeur dans l'opinion sur la confiance dans cette technologie avec Fukushima, quand Tokyo a été menacée( les gens ne sachant pas à un moment si la ville allait être évacuée et on parle là de 20 millions d'habitants).
Réponse de le 12/06/2013 à 13:12 :
Il me semble qu'ils importent surtout du gaz. Tokyo à été touché mais relativement faiblement, il y a des points chauds dû à l'accumulation des particules radioactives par la pluie. Idem dans l'embouchure de la baie de Tokyo (mesure la plus élevée du secteur). Mais même avec une contamination plus grave impossible d'évacuer autant de monde effectivement. Déjà dans la zone fortement touchée (60km) tout le monde n'a pas été évacué. Cette année les cultures (ex riz) sont même autorisée jusqu'à 15 km de la centrale, alors que la centrale fuit toujours et que les sols sont loin d'être décontaminés. Pour vendre ses denrées l'état japonais à l'intention de mélanger les denrées contaminées avec d'autres moins moins radioactives. Alors même que la contamination interne est la plus grave au niveau sanitaire.
Réponse de le 12/06/2013 à 22:41 :
La radioactivité est partout sur la planète. L'IRSN a envoyé un inspecteur au Japon il y a quelques mois, il a inspecté la ville de Fukushima, une des zones évacuées à Kawamata, au total non seulement il a reçu beaucoup plus de dose dans l'avion que sur place, mais en fait au final pendant son séjour il a reçu seulement 77nSv/h en moyenne, contre 88 nSv/h ensuite à coté de Paris !! Cf https://docs.google.com/file/d/0B_cJfo-nsaDFVFZPZ2NWcGVPbDQ/edit?usp=sharing (rapport complet http://www.irsn.fr/FR/Actualites_presse/Actualites/Documents/IRSN_Residents-Japon_Bulletin10_04062013.pdf )

Bref, tout cela c'est un peu comme se regarder le visage avec un énorme miroir grossissant, on finit rapidement convaincu d'avoir la peau la plus moche du monde, un cratère lunaire, alors qu'en fait, elle n'a juste rien de spécial. Même chose donc pour l'obsession sur les plus petites doses au Japon.
Réponse de le 12/06/2013 à 22:46 :
La contamination interne qui serait la plus grave c'est une grosse foutaise, tant qu'on parle de dose au niveau de celles présentes au Japon. Les japonais sont des gros consommateurs de produits marins, qui contiennent naturellement du polonium 210. Avant même Fukushima, certaines études dont personne n'a jamais parlé, concluaient que l'alimentation leur apportait en moyen 0,8mSv par an, sans aucune conséquence : Cf http://ci.nii.ac.jp/naid/110007226760/en
a écrit le 11/06/2013 à 14:42 :
Le peuple japonais a une véritable légitimité dans le nucléaire et en a souffert plus que tout autre peuple de la planète. Non seulement il sait les méfaits de cette techno mais il les a vécus. Il est le seul peuple à pouvoir aller jusqu'au bout de la sécurité de cette technologie, pour cet age et pour les suivants. Qu'il soit sans complexe et inconditionnel! qu'il abandonne les demi-mesures du style "on ne le fait pas tout en le faisant sans le faire proprement".
a écrit le 11/06/2013 à 13:38 :
Les japonais vont-ils relancer leur politique de puissance nucléaire après l'accident nucléaire de Fukushima en mars 2011 ? Les anti nucléaires font le beau jeu mais pourtant le Japon à besoin de l'énergie nucléaire comme nous d'ailleurs : donc faire le bon choix !!
Réponse de le 11/06/2013 à 16:08 :
Le bon choix c'est d'arrêter le nucléaire avant que se soit lui qui nous arrête de façon définitive. La plupart des pays n'en on pas et ne s'en portent pas plus mal.
Réponse de le 12/06/2013 à 11:10 :
@AKA (ou YAKAFOCON ?) : alors il faut aussi éteindre aussi le soleil, cette bombe en fusion nucléaire est une véritable menace, avec des cancers de la peau, des mutations génétiques, ... vaste programme ...
Réponse de le 12/06/2013 à 20:24 :
J'espères que tu est un cas unique "Chiche", car si tout les français confondent le soleil et une centrale nucléaire, la situation n'est pas prête de s'améliorer!!
Réponse de le 12/06/2013 à 22:32 :
Les UVB sont des rayonnements ionisants provoquant des cancers par le même mécanismes que les radiation radioactives, même si c'est surtout des cancer de la peau, la pénétration étant elle plus faible. L'Australie très ensoleillée a un taux très élevé de mélanomes, en nombre de décès cela représente en fait beaucoup plus que les conséquences estimées de Tchernobyl.

La menace n°1 sur la santé publique pour le cancer c'est bien sûr de très loin le tabac, (quand on cumule tous les effets, soit aussi ceux cardiaques, respiratoires, etc. environ 50% des fumeurs en mourront), et on laisse pourtant la consommation des femmes exploser avec des conséquences connues d'avance, la courbe des cancer du poumons chez les femmes grimpe en flèche, on ne peut pas dire que la réaction publique soit très forte.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :