Comprendre les éléctions allemandes... en couleurs !

 |   |  404  mots
Marc Fiorentino (c) Reuters
Marc Fiorentino (c) Reuters
Chaque matin, l'actualité boursière commentée par Marc Fiorentino...

MonFinancier

L'Allemagne vote dans trois semaines. Et hier soir a eu lieu, le seul débat télévisé de la campagne entre Merkel et son opposant, Peter Steinbruck. Pour les marchés, ces élections sont un non évènement car les sondages donnent la coalition sortante gagnante. Si on veut bien comprendre ce qu'il se passe en Allemagne, mieux vaut ne pas être daltonien.

MERKEL MULTICOLORE
En politique allemande tout se passe en couleurs. L'idéal pour Merkel, c'est donc le noir et jaune, couleur du CDU et du FDP. On peut avoir aussi une coalition aux couleurs de la Jamaïque, Noir, Jaune avec les Verts. Ou encore la grande coalition dont rêve les Allemands, Noire et Rouge avec les sociaux démocrates. Mais un scénario n'est pas exclure, c'est celui d'une majorité Rouge-Vert mais personne n'y croit. Pour l'instant si les marchés sont confiants, c'est que Merkel remporte la guerre des couleurs.

SI VOUS AVEZ UNE RÉSIDENCE SECONDAIRE
et que vous souhaitez la vendre, c'est le moment. A partir d'aujourd'hui et pendant un, vous aurez droit à un abattement exceptionnel de 25% sur votre plus value. Après un an, ce sera un massacre fiscal.

BONNE NOUVELLE EN CHINE
L'indice PMI, indices des responsables d'achat, a progressé en Août avec certaines composantes connaissant leur plus forte progression en 3 ans. Il est à 51%, au plus haut depuis 16 mois. C'est, à nouveau, la reprise mondiale qui prend le relais de la consommation intérieure. Cela a donné le sourire aux actions en Asie ce matin.

LE DILEMME JAPONAIS
Abe a les mains libres pour relever le taux de la TVA de 5% à 8%. Il doit en effet commencer à s'attaquer à la dette publique massive. Il doit cependant s'assurer que la hausse de la TVA ne va pas briser l'élan de la reprise, et va donc, encore, prévoir des mesures de relance. Ils sont fous ces Japonais.

LABOR DAY
Les marchés sont fermés aux États-Unis aujourd'hui. Demain pour eux aussi c'est la vraie rentrée.

RETENEZ MOI OU JE FAIS UN MALHEUR
On sent que Barack Obama n'a aucune envie d'aller en Syrie mais il avait parlé de ligne rouge avec les armes chimiques et il va donc y aller, à reculons. Le seul qui a revêtu son habit de Don Quichotte c'est François...

Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :