Salaires : les cadres rattrapés par la crise

 |   |  473  mots
La progression des salaires des cadres ralentit en France (c) Reuters
La progression des salaires des cadres ralentit en France (c) Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Après deux ans de forte hausse, la progression des salaires des cadres a été freinée par la crise.

On ne peut pas encore parler de victimes de la crise. Mais les cadres français commencent eux aussi à être touchés. En 2013, le salaire des cols blancs n'a en effet progressé que de 0,5% selon le 11ème baromètre Expectra dont le contenu a été dévoilé par le Figaro ce lundi. Selon le directeur général du cabinet de recrutement cité par le quotidien, "l'évolution des salaires marque clairement le pas (...) puisque nous avions +2,4% en 2012 et +2,9% en 2011".

Pas la catastrophe, mais la tendance n'est pas bonne

On est toutefois loin de la situation de 2009 et de 2010 lorsqu'au plus fort de la crise, les salaires des cadres avaient baissé de 1,6% puis de 1,9%. Et même les entreprises championnes des augmentations se montrent un peu moins généreuses avec leurs cadres. Le top 10 fait en effet état d'augmentations comprises entre +6,1% et 3,7% alors qu'en 2012 elles oscillaient entre +6,9% et +4%. On est par ailleurs bien loin des niveaux de 2011 où les dix entreprises les plus généreuses avaient octroyé des augmentations allant de +6,7% à +11,5%.

>> Lire aussi : Léger frémissement sur le recrutement des cadres

Les secteurs porteurs sont ceux de l'informatique et des télécoms

Les cadres les plus avantagés sont ceux des secteurs de l'informatique et des télécoms. Parmi les dix entreprises les plus généreuses avec leurs cadres, quatre font partie de ces secteurs. C'est aussi eux qui, réunis, affichent la hausse moyenne la plus importante de ce baromètre avec +1,8% d'augmentation. Selon Didier Gaillard cité par le Figaro, "c'est une vraie inversion de tendance pour cette filière où les salaires progressaient jusqu'alors moins vite qu'ailleurs, en raison notamment des marges salariales étroites des SSII qui réalisent 80 % des recrutements IT". Cette nouvelle tendance viendrait de l'explosion du cloud computing et de la recherche de rationalisation des systèmes d'information, selon le spécialiste du recrutement.

Le juridique et la R&D souffrent

Aucune des fonctions RH ou juridiques ne se classent cette année dans le top 10 des plus fortes progressions, sans doute en raison de la baisse des demandes de recrutements de 9 % sur un an. Et en comptabilité-finance, on ne dépasse pas les +0,6 %, contre +4,1 % l'an dernier. L'analyste financier (+ 4,6 % de hausse salariale) et le comptable unique (+ 4,1 %) sont les seuls rescapés dans le secteur.

>> Lire aussi : Emploi des cadres, les fonctions "RH" en berne

«Un point d'alerte est aussi atteint pour les salaires dans l'ingénierie-industrie, avec une hausse de 0,4 % largement inférieure aux 2,7 % affichés en 2012», souligne Didier Gaillard cité par le Figaro. A noter aussi, la stagnation des rémunérations des fonctions R&D et des embauches (- 13 % sur un an), alors même que l'innovation est présentée partout comme l'arme absolue pour gagner la bataille de la concurrence internationale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/09/2013 à 19:11 :
Un article tous pleins de pourcentage et pas une seule valeur moyenne ou médiane, bravo.
a écrit le 02/09/2013 à 16:18 :
Donc je résume pour vérifier que j'ai bien compris. 1) Ces 2 dernières années, le salaire des cadres à en moyenne toujours progressé. 2) Cette année, il va encore progresser. 3) C'est simplement qu'il va moins progresser que les 2 dernières années. 4) En définitive, le salaire moyen des cadres ne baissent pas, il continue à augmenter. 5) Ma conclusion : En ces temps de crises, nous autres cadres n'avons pas matière à nous plaindre. Parce que dans les autres catégories, la réalité est moins rose. Sachons donc garder la mesure ...
a écrit le 02/09/2013 à 15:13 :
Idéation confuse , orthographe défectueuse , syntaxe inappropriée , stylistique inexistante...vocabulaire pauvre...A constater à la simple lecture ces lacunes chez des cadres , on FREMIT à la simple idée de les voir à l'oeuvre...
Réponse de le 05/09/2013 à 8:35 :
Pas d'espace avant la virgule, espace après "...", majuscule en début de phrase, ça ne vous dit rien ?
a écrit le 02/09/2013 à 15:13 :
Il faut voir ce qu'on veut dire par cadre parce que maintenant tout le monde ou presque est cadre à sa sortie d'école d'ingénieurs ou d'université, c'est juste un titre qui permet aux entreprises de ne pas payer les heures supplémentaires à leurs employés.
Les vrais cadres dirigeants eux, se gavent toujours autant et ne connaissent quasiment pas la crise.
a écrit le 02/09/2013 à 10:26 :
Avec 25% de charges sociales, 41, voire 45% d'impot sur le revenu, plus de 1% d'ISF et 19,6% de TVA on se demande bien pour qui on travaille.
a écrit le 02/09/2013 à 10:25 :
C'est catastrophique dans tous les pays sauf en Allemagne. En audit cette année, les augmentations sont ridicules, les belles années sont finies, 3 fois moins élevées qu'il y a y a 2 ans.
a écrit le 02/09/2013 à 10:19 :
Ce n'est pas nouveau. Avant d'être retraité de R & D, pas d'augmentation pendant 11 ans !!!
a écrit le 02/09/2013 à 10:18 :
Le seul moyen de réellement revaloriser son salaire, c'est d'avoir de réelles compétences et de savoir changer d'entreprise voire de métier en cours de carrière. Bref oser et prendre des risques. Pour ceux qui ne peuvent pas ou ne veulent pas changer alors il faut rester sagement dans le troupeau et apprendre à vivre avec moins car l'état s'occupe de la traite.... Bref rien de nouveau.
a écrit le 02/09/2013 à 9:56 :
Avant d'être retraité j'étais cadre dans l'immobilier d'agences et de filiales, si j'étais encore en activité j'aurais demandé à mon employeur de surtout ne pas m'augmenter pour ne pas payer trop d'impôts et de prélèvements sociaux: I.R., cotisations retraites, baisse du quotient familial, baisse du plafond de garde des enfants etc....
a écrit le 02/09/2013 à 9:55 :
"A noter aussi, la stagnation des rémunérations des fonctions R&D et des embauches (- 13 % sur un an), alors même que l'innovation est présentée partout comme l'arme absolue pour gagner la bataille de la concurrence internationale". Faudrait-il encore que les services de R&D et des moyens pour investir et arrêtez de travailler avec de machines qui datent de 20 ans. Elle est là la différence avec l'Allemagne, ils n'attendent pas que la machine tombe en rade, ils investissent une fois que la machine a été rentabilisée. Il se trouve donc toujours à la pointe de la technologie (au moins dans 90% des entreprises). Le peu d'intérêt de la R&D par les patrons financiers est aussi un gros point noir, ils ne voient que par le court terme et n'embauche pas dans ce secteur, on se retrouve donc à travailler sur les projets existants (pour corriger les problèmes qualités suite aux dérives du temps) à cause d'un manque de personnel et on ne peut donc pas travailler sur l'innovation comme ils le disent .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :