Peugeot chute, une recapitalisation de 4 milliards à l’étude ?

 |   |  529  mots
Peugeot envisagerait une nouvelle composition de son tour de table. A l’issue de cette opération, L’Etat français et le chinois Dongfeng, détiendraient chacun 30% du capital.. | REUTERS
Peugeot envisagerait une nouvelle composition de son tour de table. A l’issue de cette opération, L’Etat français et le chinois Dongfeng, détiendraient chacun 30% du capital.. | REUTERS (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Baisse éclair ! Peugeot chute de 4% cet après-midi après des informations du quotidien ‘Le Monde’ selon lesquelles une recapitalisation du constructeur serait à l’étude.

MonFinancier

Nouvel acte du feuilleton Peugeot et son capital. Une nouvelle recomposition du tour de table serait à l'étude d'après 'Le Monde'. A l'issue de cette opération, L'Etat français et le chinois Dongfeng, détiendraient chacun 30% du capital. Cette prise de contrôle s'accompagnerait d'une éventuelle augmentation de capital de quatre milliards d'euros, selon les montants évoqués par le quotidien. Un chiffre supérieur aux précédentes rumeurs qui indiquaient une levée de fonds de 3 milliards d'euros.

L'avenir capitalistique de Peugeot est de plus en plus remis en question ces dernières semaines… Début octobre, le groupe sochalien avait reconnu dans un communiqué laconique, qu'il étudiait de "nouveaux projets de développement industriel et commercial avec ses partenaires ainsi que les modalités de financement qui les accompagnerait". Mais le constructeur avait ajouté qu' "aucun de ces projets n'est arrivé à maturité à ce stade."

 

Un constructeur au pied du mur... chinois ?

Quelques semaines plus tard, Zhu Fushou, le directeur général de Dongfeng, avait indiqué que son groupe n'avait pas encore décidé d'investir ou non dans PSA, avec lequel il forme une coentreprise. Par ailleurs, l'Etat français ne veut pas laisser tomber le constructeur automobile, en proie à une situation financière des plus difficiles. Mais pour UBS, l'avenir de Peugeot ne sera en solitaire.

La banque helvète avance que le constructeur sochalien sera contraint de s'adosser à un industriel pour renforcer une situation financière bien affaiblie. L'hésitation du chinois et l'implication des pouvoirs publics dans le dossier Peugeot ainsi que l'augmentation de capital qui accompagnerait l'arrivée de ces deux protagonistes dans le tour de table ravivent les inquiétudes de la communauté financière. Le spectre d'une forte dilution n'est pas du tout apprécié des opérateurs.

 

 

Des performances commerciales en berne

Mais pas que… Les performances commerciales du groupe font peine à voir. Les dernières immatriculations du groupe font en effet état d'une chute de 10,9% dans l'Europe des 30. La part de marché du groupe en Europe s'est contractée à 11,9% sur les trois premiers trimestres de 2013 contre 12,7% un an plus tôt sous la pression continue des marques premium et low cost, dont les parts de marchés augmentent régulièrement depuis 2007.

En Russie, Peugeot voit ses ventes se replier de 7,8% au troisième trimestre 2013 et dévisser de 23,1% sur 9 mois. Même constat au Bresil, les ventes patinent. Elles ont chuté de 30% rien que sur le troisième trimestre…

 

 

Une croissance en dents de scie

Dans ce contexte des plus adverses, le constructeur s'attend à un marché automobile en baisse de l'ordre de 4% en Europe, à une croissance de l'ordre de 14% du marché chinois, de l'ordre de 2% en Amérique Latine et à une baisse de l'ordre de 7% du marché russe.

Il confirme malgré tout confirme son objectif de réduire au moins par deux sa consommation de free cash flow opérationnel en 2013 ainsi que la tendance annoncée d'une réduction très significative en 2014. Mais les derniers développements devraient contrecarrer les projets de Philippe Varin…

 

Plus d'actualités Bourse sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

 

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :