Février commence mal sur les marchés

 |   |  269  mots
(Crédits : reuters.com)
Les turbulences sur les marchés émergents et le ralentissement de l’activité manufacturière en chine et aux Etats-Unis, renforcent les craintes d’un ralentissement de la croissance mondiale. Le CAC redonne 1,39%, à 4107 points

MonFinancier

Après une ouverture dans le vert, la prudence a rapidement repris le dessus malgré une accélération de la croissance de l'activité manufacturière en zone euro qui n'avait pas autant progressé depuis mai 2011.

Mais les turbulences sur les marchés émergents et le ralentissement de l'activité manufacturière en chine et aux Etats-Unis, renforcent les craintes d'un ralentissement de la croissance mondiale ce qui incitent les investisseurs à sous pondérer les actions au moment où le spectre d'une déflation resurgit en zone euro. 


La menace déflationniste

Le CAC redonne 1,39%, à 4107 points avec 3,3 milliards échangés . A Francfort le Dax perd 1,29%, à 9186 points. L'euro stoxx recule de 1,66% et Londres -0,69%.

Du coté des valeurs, Essilor s'empare de la tête du CAC avec un gain de 1,06% à 75,32euros après avoir finalisé l'acquisition de Costa spécialisé dans les lunettes de soleil à haute performance. Unibail se distingue avec un gain de 0,78% à 180,10 euros alors que VEOLIA ENVIRONNEMENT s'adjuge 0,39% à 11,71 euros après avoir annoncé pour 925 millions d'euros de contrats sur cinq ans avec le groupe pharmaceutique suisse Novartis.



Le secteur bancaire voit rouge

A l'inverse, le compartiment financier est mal orienté. Axa dégringole de 3,95%, à 18,73 euros, BNP perd 2,96%, à 55,75 euros suivi de Crédit agricole qui abandonne 2,93%, à 9,69 euros et Société générale qui redonne 2,61%, à 40,98 euros. Lanterne rouge, Lafarge dégringole de 4% à 51,14 euros.

Sur le marché des changes, l'euro avance de 0,31% face au dollar, à 1,3527$ mais perd 0,44% face au yen, à 136,88 yens. Le billet vert recule de 0,76% à 101,18 yens, plombé par la chute de l'ISM manufacturier américain au mois de janvier.  Signe du regain de l'aversion au risque, l'once d'or bondit de 2% %, à 1264 $.

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :