Le problème des introductions de biotechs à Paris

 |   |  405  mots
Chaque matin, l'actualité commentée par Marc Fiorentino...

MonFinancier

 

Cela fait plusieurs semaines que, presque au rythme d'une par jour, on assiste à une déferlante d'introductions de biotechs à Paris. Avec des valorisations souvent absurdes et des opérations ouvertes au public qui, par manque de connaissance et en rêvant d'un nouveau Carmat, y participe largement. La bulle va exploser et elle met en danger des PME cotées de qualité.

LES PME ATTIRENT LES PARTICULIERS
Le lancement du PEA PME a eu un effet extrêmement positif. Il a relancé l'intérêt des particuliers pour les PME cotées en Bourse. Si on ajoute à ça les mécanismes de défiscalisation encore très efficaces de financement des PME, par l'ISF ou les FCPI et les FIP, l'investissement dans les PME connaît un boost salutaire pour les PME qui ont besoin de capitaux propres. Le problème c'est qu'au moment où les particuliers reprennent goût aux PME cotées, certains ont flairé les filons. On a eu depuis des semaines une introduction par jour ou presque de sociétés de biotechs à des valorisations totalement absurdes et dans lesquelles les particuliers ont été invités par des grosses campagnes de com à participer largement. Et la bulle est là. Elle a commencé à éclater.

LA CHUTE DU CAC PME
Cet indice nouvellement créé a connu 8 séances de baisse sur les 10 dernières séances. Il est composé à 25% de biotechs. On risque à nouveau de faire fuir les particuliers des Pme cotées alors qu'il y a de formidables sociétés cotées. Tout ça parce qu'on a cherché à tirer le maximum d'argent en un minimum de temps. C'est exaspérant. Voir l'édito en vidéo

L'UKRAINE IGNORÉE PAR LES MARCHES
Les affrontements continuent à l'Est de l'Ukraine. L'Ukraine fait appel à l'ONU craignant les réactions de la Russie. Et pourtant les marchés ont bien résisté hier et ce matin. L'euro se maintient au dessus des 1.38 et les indices boursiers ont rebondi. Même le pétrole est resté calme. Les marchés parient-ils sur un apaisement de la situation ou sur le fait que les Européens et les Américains se coucheront à nouveau devant Poutine ?

LA RÉPONSE EST NON
La France n'a pas eu à poser la question officiellement. Elle n'a même pas eu le temps. L'Europe a refusé...


Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct 

 

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :