Paris n'est plus une place financière

 |   |  418  mots
Chaque matin, l'actualité commentée par Marc Fiorentino...

MonFinancier

La France a une spécialité: les observatoires, les commissions et les comités de réflexion. Certains seraient presque drôles si les sujets n'étaient pas aussi stratégiques. Hier, a été annoncée la création d'un comité de réflexion sur la place financière de Paris. Vous avez bien entendu. "La finance est mon ennemi"...mais on veut quand même être une place financière.


LA BLAGUE DU JOUR
Lancement d'un comité de réflexion sur la place financière de Paris. C'est le ministère des Finances qui l'a annoncé hier. Tenez vous bien. Ça va dépoter. Rien que le nom du comité fait rêver : Comité pour la place financière de Paris à horizon 2020. Il y a juste un petit problème : Paris n'est plus une place financière. C'est une réalité. Après le boom du milieu des années 80 avec notamment la création de marché de dérivés comme le MATIF, après la domination de Paris sur certains marchés notamment les options de change, Paris n'a fait que décliner depuis les 10 dernières années. Ce n'est plus qu'une place financière de province à l'échelle mondiale.

POURQUOI PARIS A DISPARU
Il faut être cohérent : Un pays dont le président désigne son ennemi principal comme étant la finance ne peut pas être une place financière. Même si elles ne l'annoncent pas publiquement, les banques Françaises sont en train d'exfiltrer leurs derniers traders stars à Londres compte tenu du poids de la fiscalité notamment. Pas la peine de nouveau comité. En 2020, Paris aura totalement disparu de la carte financière mondiale. Mais il nous restera le tourisme et la restauration.

ET DE DEUX POUR POUTINE
Après la Crimée, c'est au tour de "la République de Donetsk" de demander son rattachement à la Russie. Même scénario. Et même passivité de la part de l'Europe et des États-Unis. On attend la troisième étape de la conquête de Poutine.

NOUVEAUX RECORDS SUR LES INDICES BOURSIERS
Wall Street a encore clôturé en fanfare. Toujours pas de baisse en vue. Les investisseurs restent résolument positifs dans un marché où subsistent pourtant de nombreuses incertitudes.

LA FÊTE DES OPA CONTINUE
C'est au tour de AT&T de vouloir s'offrir Direct TV pour la modique...


Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

 

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/05/2014 à 18:48 :
"En 2020, Paris aura totalement disparu de la carte financière mondiale. Mais il nous restera le tourisme et la restauration" et malheureusement M. Fiorentino. Au passage, si les traders dit stars pouvaient le prendre avec eux, ...Enfin, faut pas rêver !! Qui en voudrait ?
a écrit le 13/05/2014 à 16:04 :
Pourquoi s'étonner ? Lorsque les "responsables" de l'époque ont contracté avec NY, ils espéraient quoi ??? Mais surtout pas de Bourse européenne... était leur credo ! On y rajoute des décisions de fiscalisation pour les petits porteurs... prises par des gouvernants de droite... au simple prétexte (semble t il) que la franchise avait été instaurée par un précédent gouvernement (de droite)... dont il fallait se démarquer !!!
a écrit le 13/05/2014 à 10:56 :
Fiorentino dit du mal de la France comme d'habitude. MDR
a écrit le 13/05/2014 à 10:45 :
Comme dans chacune de ses chroniques quotidiennes, Marc Fiorentino dit du mal de la France. On se demande pourquoi il reste en France. mdr
a écrit le 13/05/2014 à 10:45 :
Comme dans chacune de ses chroniques quotidiennes, Marc Fiorentino dit du mal de la France. On se demande pourquoi il reste en France. mdr
a écrit le 13/05/2014 à 10:35 :
analyse pertinente , on a tout fait pour détruire les petits actionnaires en les taxant sans se rendre compte des risques qu'ils prennent car c'est pas du livret A , de plus après on veut devenir un état communiste en nationalisant des entreprises a gogo au nom de l'emploi .. c'est aussi pour cela que la place de paris n'a plus raison d'être .. infantiliser les électeurs a défaut de les instruire et les faire participer .. ensuite on geint d'être mal ..
Réponse de le 15/05/2014 à 11:46 :
tout à fait d'accord, et le décret sur la protection des industries stratégiques est le point final, plus personne ne va vouloir investir dans des entreprises soumises à l'arbitraire de gens incompétents qui ne rêvent que du retour des kibboutz, et des grandes entreprises nationalisées. nous sommes le dernier pays communiste d'Europe.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :