Bourse : les groupes du CAC 40 affichent des résultats florissants en 2016

 |   |  535  mots
Le résultat net cumulé des groupes membres de l'indice a atteint 77 milliards d'euros l'année dernière contre 55 milliards en 2015.
Le résultat net cumulé des groupes membres de l'indice a atteint 77 milliards d'euros l'année dernière contre 55 milliards en 2015. (Crédits : Reuters)
D'après la onzième édition du "Profil financier du CAC 40", qui porte sur l'année 2016, les résultats des entreprises de l'indice phare de la Bourse de Paris ont progressé de 40% par rapport à l'année précédente. Leur activité a peu progressé mais elles ont assaini leur bilan.

Après des années d'assainissement suite à la crise de 2008, les résultats des entreprises du CAC 40 sont plutôt florissants. Une étude menée par les cabinets de conseil EY et Ricol Lasteyrie, publiée jeudi, montrent que les bénéfices ont fortement progressé entre 2015 et 2016 même renoué avec les niveaux de 2010.

Le résultat net cumulé des groupes membres de l'indice a atteint 77 milliards d'euros l'année dernière, contre 55 milliards en 2015. Ceci représente une hausse de près de 40%.

"Avec 77 milliards d'euros de résultat net, on revient dans les très bons crus" même si cette progression "est liée essentiellement à la baisse des dépréciations d'actifs [...] L'exercice de nettoyage est bien derrière nous et maintenant les entreprises sont en ordre de marche", a expliqué à l'AFP Sonia Bonnet-Bernard, associée gérante chez Ricol Lasteyrie Corporate Finance. Et d'ajouter: "La situation financière est maintenant très saine et depuis le début de l'année, on sent un certain enthousiasme après une phase d'attentisme due aux incertitudes."

Une nouvelle phase de croissance ?

Pour Marc Lefèvre, associé France chez EY, la progression de 40% de la marge opérationnelle moyenne des groupes du CAC 40 par rapport à 2015 (à 7,6%) s'explique, entre autres, par les stratégies de réorganisation et de maîtrise des coûts qui ont été menées les dernières années.

"Nous sommes dans des entreprises qui commencent à entrer dans une nouvelle phase de croissance et de développement qui va d'ailleurs devoir s'intensifier", a-t-il poursuivi auprès de l'AFP.

L'endettement net au plus bas

Preuve de ce constat optimiste, l'endettement net des entreprises du CAC 40 a poursuivi sa baisse pour la cinquième année consécutive en 2016, atteignant son niveau le plus bas depuis 11 ans, à 178 milliards d'euros. Mais aussi, la progression de l'investissement total en 2016 a augmenté de 2% à 81 milliards d'euros, représentant 6% du chiffre d'affaires global. Une grande première depuis 2012.

"Comme en 2015, Total, Orange et Engie sont les principaux moteurs de l'investissement global du CAC 40 (39% du total), qui est également alimenté par le remplacement d'Alcatel-Lucent par Nokia dans l'indice", tempèrent toutefois les deux cabinets de conseil.

Enfin, indicateur supplémentaire de confiance, les entreprises du CAC 40 ont fait appel au marché l'an dernier, autant à travers des levées obligataires (+20% en 2016) que via des augmentations de capital significatives.

"Il y a une réallocation des flux vers le produit "action" très importante mais également géographiquement depuis les Etats-Unis et l'Asie vers l'Europe", note Marc Lefèvre.

L'activité reste stable

Une nuance est cependant à préciser, l'activité des groupes du CAC 40 est restée relativement stable en 2016 par rapport à 2015 puisque leur chiffre d'affaires cumulé a progressé de 1% seulement. Cette légère hausse peut s'expliquer par l'entrée de Sodexo et de Nokia dans l'indice parisien, sans lesquels le chiffre d'affaires aurait diminué de 0,9%.

Désormais, les deux cabinets attendent de voir si la progression des résultats se poursuivra en 2017. Marc Lefèvre se montre d'ores et déjà optimiste :

"2016 a permis de rouvrir un chemin de croissance mais il faut que 2017 transforme cette réouverture, ce qui est d'ailleurs en train de se passer."

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/07/2017 à 10:05 :
Quelle surprise...
a écrit le 07/07/2017 à 9:35 :
Pourtant la bourse dévisse depuis quelques jours, on va bientôt passer en dessous des 5000 points.

Comme quoi entre la réalité et la finance il y a le grand canyon.
a écrit le 06/07/2017 à 17:10 :
excellent nouvelle pour nos entreprises ,reste à ce qu'elles partagent équitablement les fruits de cette croissance
Réponse de le 06/07/2017 à 20:32 :
Le fruit de cette croissance ne sera jamais partagé et pour cause ...

L'actionnaire te parle : les actions ne représentent que la confiance de certaines personnes dans une entreprise , pas des investissements ou des prêts ...

La bourse est un jeu , l'actionnaire mise sur une société ( X € en actions ); si les résultats sont visible ( bénéfice ) d'autres actionnaires deviendront confiant et chercheront a acquérir cette action ( combien d'acquéreurs pour combien de vendeurs ) et celle ci augmentera ou descendra suivant la confiance des actionnaires ...

En aucune façon la mise des actionnaires influe sur les résultats de l'entreprise ( comme au casino - tu participes et soit tu gagnes soit tu perds ) , l'action peut monter ou descendre ce n'est pas pour autant que le chiffre d'affaire de l'entreprise évolue .

L'action peut prendre 40 % en 1 an , le bénéfice en cas de vente de l'action est attribué a l'actionnaire pas aux salariés ni au bénéfice de l'entreprise !

L'action n'est pas représentatif de la valeur réel de l'entreprise ( son chiffre d'affaire et son bénéfice ...oui ) . L'action représente le nombre de participants qui veulent en acquérir ou qui veulent en vendre ...

L'actionnariat est un jeu ou en misant sur le CAC 40 cette année ça a rapporté 40% mais ça peut être aussi miser sur une entreprise qui a fait faillite et alors l'actionnaire perd tout !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :