L'euro sous les 1,17 dollar après le krach du franc suisse

Le krach monétaire à la Bourse de Zurich tire l'euro vers le bas face à toutes les autres monnaies: dollar, yen, livre, franc suisse.

4 mn

L'euro est au plus bas depuis 2003.
L'euro est au plus bas depuis 2003. (Crédits : CHARLES PLATIAU)

L'euro dégringolait face au dollar jeudi, tombant même en milieu de matinée à son plus bas niveau depuis novembre 2003, dans le sillage du plongeon observé face au franc suisse après l'annonce de la suppression du cours plancher de la Banque nationale suisse (BNS).

Vers 11H45 GMT (12H45 à Paris), la monnaie unique européenne valait 1,1718 dollar contre 1,1782 dollar mercredi vers 22H00 GMT. L'euro est tombé vers 09H35 GMT à 1,1575 dollar, son niveau le plus faible depuis mi-novembre 2003.

L'euro baisse aussi face au yen

La devise européenne baissait également face à la monnaie nippone, à 136,39 yens - tombant vers 09H35 GMT à 135,77 dollars, au plus bas depuis fin octobre - contre 138,30 yens mercredi. Le dollar aussi baissait face à la devise japonaise à 116,41 yens contre 117,39 yens la veille.

La BNS a aboli jeudi le cours plancher du franc suisse face à l'euro, l'axe principal de sa politique monétaire depuis plus de trois ans, et a abaissé son taux d'intérêt à -0,75%.

"Les marchés peinent toujours à déchiffrer les implications (de ces décisions) mais la dégringolade soudaine des marchés d'actions et de devises montre que (la BNS) a pris tout le monde au dépourvu", commentait David Madden, analyste chez IG.

Le franc suisse au plus haut

L'euro est ainsi tombé vers 09H50 GMT à son niveau le plus faible face à la monnaie helvétique depuis l'introduction de la monnaie unique en 1999 à 0,8517 franc suisse pour un euro, franchissant pour la première fois le seuil de parité d'un euro pour un franc suisse, avant de se hisser de nouveau légèrement au-dessus de ce seuil.

Mercredi soir, la devise suisse s'établissait à 1,2010 franc suisse Pour un euro, un niveau auquel elle se stabilisait depuis une semaine.

"Les répercussions (sur les autres devises) vont être difficiles à quantifier, mais l'on pourrait observer une volatilité accrue alors que les investisseurs et les marchés en général essaient de comprendre les implications de ce changement soudain de politique monétaire pour les futures promesses des banques centrales", commentait Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

"Mais il semble que le dollar va être le principal bénéficiaire, avec l'or, car les investisseurs vont de nouveau se tourner vers des valeurs refuge les plus sûres", ajoutait M. Hewson.

Le dollar de nouveau en hausse

L'envol du franc suisse face au dollar a très vite a entraîné une dégringolade de l'euro face au dollar. La monnaie unique européenne est tombée à son niveau le plus faible depuis novembre 2003, accentuant un mouvement de baisse entamé mi-2014 lorsque le fossé entre les perspectives monétaires de la Banque centrale européenne (BCE) et de la Réserve fédérale américaine (Fed) a commencé à se creuser.

En effet, les inquiétudes persistantes sur la vigueur de la reprise de l'économie de la zone euro devraient pousser la BCE a annoncer la semaine prochaine la mise en place d'un programme de rachats d'actifs, tandis que la Fed a mis un terme en octobre dernier à ses injections de liquidités.

Les rachats d'actifs, qui ont pour but de stimuler l'activité économique en injectant des liquidités dans un système financier, ont pour effet collatéral de diluer la valeur de la devise associée. Le marché restait donc focalisé sur la prochaine réunion de la BCE le 22 janvier.

Les gains de la veille effacés

L'euro effaçait ainsi les quelques gains enregistrés la veille face à un dollar qui avait été ébranlé par des indicateurs américains décevants.

En effet, les prix des produits importés aux États-Unis ont nettement chuté en décembre, marquant leur plus fort recul en six ans et accentuant des craintes déflationnistes.

Si la reprise américaine avait des ratés marqués, les observateurs pourraient finir par repousser leurs attentes d'une hausse des taux d'intérêt aux États-Unis, ce qui pèserait sur le billet vert.

 La livre retrouve son niveau de 2008

Vers 11H45 GMT, la livre britannique montait face à la monnaie unique européenne à 76,76 pence pour un euro, atteignant même vers 09H35 GMT 76,31 pence, son niveau le plus fort depuis mi-mars 2008. La livre sterling montait un peu face au dollar à 1,5257 dollar pour une livre.

La devise suisse montait nettement face à l'euro à 1,0268 franc suisse pour un euro, comme face au billet vert à 0,8765 franc suisse pour un dollar, atteignant même vers 09H50 GMT 0,7406 franc suisse, son niveau le plus fort depuis août 2011.

L'once d'or a terminé à 1.235,25 dollars au fixing du matin - avant de monter vers 11H20 GMT à 1.261,02 dollars, son plus haut niveau depuis le 8 septembre - contre 1.235 dollars mercredi soir.

Cours de jeudi   Cours de mercredi

----------------------------------

11H45 GMT        22H00 GMT

EUR/USD     1,1718          1,1782

EUR/JPY     136,39           138,30

EUR/CHF     1,0268          1,2010

EUR/GBP     0,7676          0,7738

USD/JPY     116,41           117,39

USD/CHF     0,8765           1,0193

GBP/USD     1,5257           1,5227

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 34
à écrit le 20/01/2015 à 16:23
Signaler
Prenez le classement compétitivité, la France 27ème... N'est-ce pas de Gaulle qui disait premier en innovation et en compétitivité? c'est une Europe tarée qui rivalise de chômage et de nullité de croissance. puisqu'on parle des banques... on tr...

à écrit le 20/01/2015 à 16:16
Signaler
On entend dire c’est la faute à l’Europe, alors qu’y faisons-nous ? Quelles réformes de l’Etat, quelles baisses d’impôts, quel dégraissage ? Pourquoi ne sort-on pas 6 millions de pré-retraites ? si les français se parlent, les pigeons font bien sur...

à écrit le 16/01/2015 à 14:48
Signaler
Je fais le pari, dans 2 ans., l'Allemagne sort de l'euro et 1 "Euro Mark" = 1 Franc Suisse ... et 30% au dessus de "l'Euro Sud "(France, Italie, Espagne...). L'Euro unique pour 27 pays qui pratiquent des politiques économiques et sociales divergentes...

à écrit le 16/01/2015 à 12:28
Signaler
car il n'y a pas de produits de remplacement en France (pétrole – Gaz - Fuel – Ecrans TV – Tablettes – Smartphones etc) ...d'où une baisse pour les Français du pouvoir d'achat restant disponible pour les produits intérieurs ce qui contribue à déprim...

le 16/01/2015 à 17:46
Signaler
Vous achetez des TV , des smartphones, des ordinateurs, de l'électro-ménager tous les jours...???? L'Allemagne gros exportateur hors zone € est gagnante...

à écrit le 16/01/2015 à 9:28
Signaler
les exportations vont peut être en profiter (mais encore) par contre les importations vont couter plus cher et sans la baisse miraculeuse du pétrole ou serions nous ,,,

le 16/01/2015 à 17:41
Signaler
Petit rappel...il y a deux trois ans, nos politiques souhaitaient une TVA sociale sur les importations.... ce qui aurait eu des conséquences encore plus fortes aujourd'hui sur le prix des importations hors zone €

à écrit le 16/01/2015 à 8:54
Signaler
TANT QUE LA DEMANDE MONDIALE BAISSERAS ?LA BAISSE DE LEUROS SERA BONNE POUR L ECONOMIE EUROPEENE MOIS JE CONTINUE A DIRE QU UN PARITE EGALE / /EUROS .DOLLARD // SERAIS IDEALE POUR LUTTEZ CONTRE LA MONAIE CHINOISSE QUI EST SOUS DEVALUEZ EST QUI FAIS B...

à écrit le 15/01/2015 à 22:22
Signaler
Pourquoi parlez-vous de "Krach" du franc suisse ? Ce titre et le terme sont impropres. Le franc suisse s'apprécie, devient une monnaie plus forte à l'égard de l'euro, dans ce sens, il n'y a aucune raison d'évoquer un "krach" de la monnaie qu'est le f...

le 16/01/2015 à 8:31
Signaler
moi aussi , le terme de krach m'a surpris. la BNS ne pouvait pas tenir longtemps une parité à 1,2 , l'ajustement était inévitable et le franc suisse est revenu à sa vraie valeur. ça va être un peu compliqué pour les entreprises suisses.

à écrit le 15/01/2015 à 21:05
Signaler
Y a autant de sens de parler d'un "krach" du franc suisse que de dire que la France va livrer les Mistral à la Russie. C'est d'intox pure et dure. Plus dans l'info, on apprend que le Grand Programme de TGV destiné à relier Moscou et Pékin, co-financ...

à écrit le 15/01/2015 à 20:30
Signaler
Personne au courant ? suite à la vente de 2 appartements Parisiens mon conseiller fiscal m'a changé en octobre 2014 1400KE en CHU et en $. Selon lui fuir absolument l'épargne en euro, il m'a fait peur. Pour moi c'est Jackpot !!!

à écrit le 15/01/2015 à 18:55
Signaler
MLP trouvera un autre argument après cette dévaluation de 22% de l'euro si la situation économique ne s'arrange pas. Elle retombe toujours sur ses pieds et portera le débat sur un autre sujet. C'est une maline...

à écrit le 15/01/2015 à 17:24
Signaler
Très bien! On va donc voir maintenant si c'était la faute de l'euro fort ou pas si la France n'arrivait pas à exporter. De Marine Lepen à Mélenchon en passant par Montebourg, ils nous expliquaient tous que l'euro était responsable de notre manque de ...

le 15/01/2015 à 18:41
Signaler
Responsable en partie car il faut considérer d'une part que seulement 50% des exportations françaises sont réalisées hors zone euro (les 50% intrazone ne résoudront pas les problèmes d'écart de compétitivité) et d'autre part, que le libre-échange s'e...

le 16/01/2015 à 11:28
Signaler
encore faudrait-il avoir des produits a exporter.

à écrit le 15/01/2015 à 17:18
Signaler
Une bonne nouvelle de plus pour la zone euro : Le Franc suisse s'envole par rapport à l'euro, tout comme le dollar, le yen et la livre sterling. Et ce alors que le prix du pétrole baisse. Autrement dit : Notre compétitivité à l'export s'améliore énor...

le 15/01/2015 à 20:55
Signaler
La facture petroliere etant libellee en dollars, ce n'est pas tout a fait ideal comme scenario.

à écrit le 15/01/2015 à 17:15
Signaler
Avec la baisse de l'Euro, les entreprises françaises vont pouvoir être rachetées pour 20% moins chère

à écrit le 15/01/2015 à 17:02
Signaler
Un coup de maître, une économie de 20% sur les dettes des banques.

à écrit le 15/01/2015 à 17:00
Signaler
Quand les banques suisse auront payé leurs amendes en US dollar et qu'ils auront remboursé les comptes des personnes qui retirent l'argent dans leurs monnaies ou en euros ou us( car plus de secret bancaire ),le franc suisse retombera

à écrit le 15/01/2015 à 16:10
Signaler
Les frontaliers premieres victimes la suisse vat moins exporter donc logiquement hausse du chomage et les frontaliers vont etre licencier

le 15/01/2015 à 16:16
Signaler
a long terme peut etre. a court terme, ils viennent de prendre +20 % d augmentation de salaire

le 15/01/2015 à 20:14
Signaler
Ne vous inquiétez pas trop, à Genève les genevois représentent à peine 40-50 % de la population active, les frontaliers près de 20 % de la population active. Avec la hausse du franc suisse, les suisses risquent de délocaliser une partie de leurs acti...

à écrit le 15/01/2015 à 15:50
Signaler
"L'euro sous les 1,17 dollar après le krach du franc suisse" Attention à vos titres racoleurs please... C'est l'inverse!!! ENVOLEE DU FRANC SUISSE !!! Pfffff....

le 15/01/2015 à 16:06
Signaler
Absolument. C'est le franc suisse qui se valorise énormément face à l'euro et un krach sur la bourse suisse. Bref si vous n'aviez pas acheté vos montres et votre chocolat, il va falloir payer beaucoup plus. Par contre quelle hausse extraordinaire d...

le 15/01/2015 à 21:11
Signaler
N'importe quoi ce titre, c'est 100% bidonné. mais quand on sait que la mauvaise foi règne en force dans la presse parisienne….

à écrit le 15/01/2015 à 15:47
Signaler
Quel krash? La tribune serait il incompétent?

le 15/01/2015 à 16:17
Signaler
krash de la bourse suisse : indice SMI perd 8 %

le 15/01/2015 à 17:47
Signaler
Juste réaction sur l'effet d'annonce, qui va se stabiliser par la suite et revenir a ses niveaux initiaux;

à écrit le 15/01/2015 à 15:31
Signaler
Un krach du franc suisse serait l'inverse, une perte brutal de sa valeur ! Là, il prend soudainement 20% par rapport à l'euro...

le 15/01/2015 à 16:07
Signaler
en fait c'est la bourse en suisse qui fait un crash, avec des valeurs de grandes sociétés suisses en perte de 15 à 16 %, du fait de l'envolée du franc suisse et donc de l'augmentation es prix à l'export

le 15/01/2015 à 16:34
Signaler
justement! la Suisse a une économie exportatrice, faut te faire un dessin ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.