La sino-panique fait chuter les places européennes

 |   |  403  mots
Au final, la séance en Chine aura à peine duré une demi-heure, les « coupe-circuits », ayant interrompu la chute des indices.
Au final, la séance en Chine aura à peine duré une demi-heure, les « coupe-circuits », ayant interrompu la chute des indices. (Crédits : CHINA STRINGER NETWORK)
La Bourse de Paris corrige fortement dans le sillage des turbulences en provenance de Chine.

La Bourse de Paris corrige fortement dans le sillage des turbulences en provenance de Chine. C'est la chute du yuan, qui laisse craindre que l'économie se porte beaucoup plus mal qu'attendu qui provoque la panique des investisseurs. Après avoir touché un point bas à 4323 points en début de séance, le CAC remonte la pente pour se hisser jusqu'aux 4360 points, mais l'indice reste largement dans le rouge, accusant une perte de 2,62%, à 4362 points.

La Banque populaire de Chine a en effet pris de court le marché en procédant à une deuxième dévaluation en une semaine. Les autorités ont fixé le cours pivot de la devise chinoise à 6,5646 yuans pour un dollar, soit un plus bas depuis mars 2011.

Cette dévaluation constitue la baisse quotidienne la plus marquée depuis la mi-août, ce qui a renforcé l'inquiétude des investisseurs sur l'état de santé de l'économie de l'empire du milieu. Or cette dévaluation compétitive risque de mettre sous pression les autres pays asiatiques qui seront incités à leur tour à dévaluer leurs propres monnaies afin de rester compétitifs.

Au final, la séance en Chine aura à peine duré une demi-heure, les « coupe-circuits », ayant interrompu la chute des indices. Le Shanghai Composite termine sur une lourde perte de de 7,3%. Les autres places asiatiques ont suivi le mouvement, Hong Kong clôture à son plus bas depuis juillet 2013 avec un recul de 3,1%, tandis que Tokyo a clôturé sur un repli de 2,3%.

En Europe, les ventes au détail, poursuivent leur repli avec une nouvelle baisse de 0,3% en novembre après avoir déjà reculé de 0,2% le mois précédent. Une mauvaise surprise puisque le consensus tablait sur une hausse de 0,2%. En glissement annuel, les ventes affichent une progression de 1,4%

Seul motif de consolation, le taux de chômage reflux au sein de la zone euro, en s'établissant à 10,5% en novembre 2015, son plus bas niveau depuis octobre 2011.

Mais de fait, aujourd'hui ce n'est pas l'état de santé du vieux continent qui accapare l'attention, mais la Chine, qui concentre l'essentiel des inquiétudes.

Après avoir touché un point bas à 4323 points en début de séance, le CAC remonte la pente pour se hisser jusqu'aux 4360 points, mais l'indice reste largement dans le rouge, accusant une perte de 2,62%, à 4362 points.

Plus d'actualités Bourse sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :