Les marchés européens en nette hausse après le vote français

 |   |  765  mots
Sur les marchés, les résultats du premier tour ont provoqué une première réaction sur l'euro, qui a grimpé dans les premiers échanges en Asie jusqu'à 1,0935 dollar.
Sur les marchés, les résultats du premier tour ont provoqué une première réaction sur l'euro, qui a grimpé dans les premiers échanges en Asie jusqu'à 1,0935 dollar. (Crédits : Statista*)
Le spectre d'un duel Mélenchon-Le Pen évanoui, les marchés, soulagés, ont enregistré des performances en hausse. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien gagne 4,1% à l'ouverture, le Dax à Francfort 2% et le FTSE à Londres 1,59%.

Les principales Bourses européennes ont ouvert en nette hausse lundi après la qualification d'Emmanuel Macron pour le second tour de l'élection présidentielle française qui a rassuré les opérateurs de marché, un soulagement déjà perceptible sur l'euro et sur les marchés d'actions en Asie.

L'ancien ministre de l'Economie s'est imposé, selon des résultats définitifs, avec 23,75% des votes, devant Marine Le Pen (21,53%), qu'il affrontera au second tour. Viennent ensuite François Fillon (19,91%) et Jean-Luc Mélenchon (19,64%).

La Bourse de Paris a bondi à l'ouverture lundi (+4,1%), à 5.267,88 points. Les titres du secteur bancaire prenaient près de 8%, galvanisés par l'anticipation d'une victoire d'Emmanuel Macron.

La Bourse de Londres montait fortement de 1,74% lundi en début de matinée. À Madrid, à 9H04, l'Ibex 35 était en hausse de 3,48% à 10734.4 points. L'indice des trente valeurs vedettes allemandes Dax bondissait à 09H17 de 2,37% à 12.334,19 points, à une cinquantaine de points de son record historique,  Les investisseurs misaient depuis plusieurs jours sur une qualification de l'ancien ministre de l'Economie, donné favori dans les sondages, mais s'étaient inquiétés de la forte progression de Jean-Luc Mélenchon dans les intentions de vote, qui aurait pu aboutir à un second tour entre deux eurosceptiques.

L'euro progresse

Sur les marchés, les résultats du premier tour ont provoqué une première réaction sur l'euro, qui a grimpé dans les premiers échanges en Asie jusqu'à 1,0935 dollar, un plus haut depuis le 10 novembre et le début de la forte appréciation de la devise américaine déclenchée par l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis.

La progression de la devise européenne contre le yen, traditionnelle valeur refuge en cas de tensions sur les marchés, a été encore plus marquée. En hausse de 3%, l'euro a atteint un plus haut de cinq semaines contre la devise japonaise à 120,905 yens. La progression de l'euro s'est quelque peu ralentie mais la devise unique gagne encore 1,2% face au dollar, à 1,0856, et prend 2,3% face au yen, à 119,605. Autre signe du regain d'appétit pour le risque, l'or recule de 0,7% à 1.275 dollars l'once, après avoir touché un plus bas de deux semaines à 1.265,90.

Un resserrement attendu du spread entre l'Allemagne et la France

En Europe, l'effet de soulagement devrait aussi être perceptible sur les taux obligataires, avec un resserrement attendu de l'écart de rendement entre les taux allemand et français. Bruno Colmant, chef économiste chez Degroof Petercam, anticipe une nette baisse du spread entre la France et l'Allemagne.

L'écart entre les rendements à 10 ans des obligations d'Etat françaises et allemandes s'est resserré vendredi à un peu plus de 60 points de base contre un pic à près de 81 points de base le 21 février mais reste loin de ses niveaux de l'été dernier, autour de 25 points de base.

"L'agenda de réformes proposé par Emmanuel Macron devrait alimenter la hausse des marchés actions français mais les investisseurs resteront prudents car la mise en oeuvre de sa politique dépendra en grande partie des résultats des élections législatives des 11 et 18 juin prochains", souligne Stefan Kreuzkamp, directeur des investissements chez Deutsche AM.

De leur côté, les analystes de Jefferies ont confirmé lundi dans une note leur opinion positive sur l'indice français CAC 40 au sein de leur allocation d'actifs globale.

Au-delà de la présidentielle, une semaine chargée pour les marchés

Vendredi soir, Wall Street a clôturé en baisse, les prises d'initiatives étant restées limitées avant le premier tour de l'élection présidentielle française et ce en dépit de l'annonce par le président américain Donald Trump de la présentation, mercredi, d'un plan de réductions "massives" d'impôts pour les ménages et les entreprises.

"Les marchés sont sceptiques quant à l'annonce effective de vrais détails", indiquent les analystes de ANZ dans une note. Sur le marché des changes, le dollar évolue lundi en baisse face à un panier de devises de référence.

Cette semaine s'annonce chargée avec la réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), jeudi, et la publication, vendredi, de la première estimation du produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis pour le premier trimestre.

Sur les marchés pétroliers, les cours du brut se redressent après avoir chuté de plus de 2% vendredi avec le retour des craintes sur un excédent d'offre. Le Brent repasse au-dessus du seuil des 52 dollars le baril mais le brut léger (WTI) se traite toujours sous les 50 dollars.

*Un graphique de notre partenaire Statista

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/04/2017 à 11:25 :
A eux l'argent sans effort , et rassurés que rien ne change . Pour vous les vieilles peurs des fléaux qui ne sont arrivés que par leurs fautes dans l'histoire en trompant le petit peuple souverain laborieux . Maintenant les bourgeois font cause commune et la seule chose qui les ennuie c'est votre vote qui compte autant que le leur . Ils n'ont rien à vous promettre que diffuser des peurs , médiats journaux leurs appartenant . Les mêmes réunis pour gouverner encore .
a écrit le 24/04/2017 à 10:54 :
Avec Macron, la finance a son candidat. On se demande ce que vont pouvoir voter les électeurs de Mélenchon (20%) , ceux de Dupont Agnan (4.7%) ou d'Artaud (1%)
Sans compter la droite des RI ou beaucoup d'électeurs n'iront pas voter pour un Hollande bis. Les marchés anticipent une large victoire de Macron , mais la différence des électorats peut perturber ce pronostic.
a écrit le 24/04/2017 à 10:47 :
bonne nouvelle, et ce sera encore mieux quand Macron droitisera son programme pour la coalition que les législatives lui imposeront.
a écrit le 24/04/2017 à 10:47 :
Avec M Macron comme Présidebt qui connaît le milieu bancaire, il faut investir dans les entreprises et éventuellement sortir de l'assurance vie qui sera taxée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :